Christian Schwarz : « Dans le monde, la participation au culte change de manière impressionnante »

Karsten Huhn/IdeaSpektrum vendredi 14 février 2020

Christian A. Schwarz est un expert allemand de la croissance de l’Eglise. Il a étudié 75 000 communautés dans 86 pays et publié de nombreux ouvrages, dont certains sont traduits en français (1). Dans cet entretien accordé au magazine IdeaSpektrum au début de cette année, il présente les résultats de ses dernières recherches, notamment sur la baisse de la fréquentation au culte que connaissent de nombreuses Eglises aujourd’hui.

Christian Schwarz, le christianisme change de manière dramatique actuellement. Concrètement, qu’est-ce qui change ?

Sur la planète, la participation des chrétiens à la vie ecclésiale change de manière impressionnante, notamment par rapport à la participation aux cultes ou à des petits groupes. Ce n'est pas le cas seulement à Hambourg ou à Chicago, mais aussi en Corée du Sud et en Malaisie orientale. Il y a huit ans, un membre d’Eglise très engagé assistait à un culte cinq fois par mois : à quatre services réguliers et à un service particulier. Aujourd’hui, ce membre d’Eglise très engagé ne le fait plus que trois fois. Il y a huit ans, si vous alliez au culte une fois par mois, vous ne le faites aujourd’hui plus qu'une fois par trimestre. Cela ne signifie pas nécessairement que les différentes communautés touchent moins de personnes qu'auparavant. Mais les personnes atteintes sont moins susceptibles de fréquenter les cultes. En moyenne statistique, cela se traduit par une diminution importante du nombre de participants.

Pourquoi les chrétiens s'intéressent-ils moins au culte et à la vie communautaire ?

D'une part, c’est dû à des facteurs internes à la communauté : dans de nombreuses Eglises, la qualité de la vie communautaire n'est pas bonne. Cependant, la qualité de la vie des communautés que nous avons examinées n'a nullement diminué globalement ces dernières années. Ce qui a changé, c'est l'impact de la qualité sur la croissance du nombre des participants. Ces effets sont encore clairement mesurables, mais inférieurs à ce qu’ils étaient il y a huit ans.

D'autre part, globalement, le contexte a changé. Les chrétiens choisissent leur communauté et leur dénomination de manière beaucoup plus critique aujourd'hui qu'il y a quelques années. Avec leurs smartphones et l’Internet, ils ont l'habitude de comparer et de choisir toujours ce qu'ils pensent être « le meilleur ».

Les chrétiens ne participeraient pas moins à des cultes, mais simplement ils assisteraient à ce qui leur plaît le mieux.

Oui. Par exemple, les chrétiens se rendent dans un autre culte que celui de leur Eglise ou ils utilisent des offres non ecclésiales – souvent via l’Internet – qui répondent aussi bien ou même mieux à leurs besoins. En soi, ce n'est pas un comportement répréhensible. Aujourd'hui, le besoin de communion s'exprime différemment qu'il y a dix ans. La communion non virtuelle, c'est-à-dire la rencontre de personnes avec qui vous passez du temps, que vous pouvez embrasser, avec qui vous échangez des sentiments, décline en importance. Une grande partie de ces échanges se déroule aujourd'hui virtuellement, via Facebook, Whatsapp et Twitter. Au lieu d'assister à un culte avec le pasteur local, le chrétien préfère assister à la prédication d’un pasteur vedette chez lui, via une vidéo YouTube. Aujourd'hui, beaucoup recherchent des offres sur mesure pour leur propre croissance spirituelle, parfois aussi pour leur propre divertissement.

Comment l'Eglise locale ordinaire devrait-elle réagir ?

Travailler sur la qualité de la vie de la communauté locale reste – à la lumière de nos études – le facteur décisif. De plus, les communautés devraient vérifier si les styles spirituels qu'elles proposent principalement, correspondent aux besoins spirituels des gens de leur quartier ou de leur région. Dans notre travail, nous avons développé une typologie où les communautés chrétiennes sont réparties autour de neuf styles spirituels : orthodoxe, rationnel, centré sur la Bible, enthousiaste, esthétique, missionnaire, sacramentel, sensible et mystique. Aucune communauté chrétienne ne peut incarner ces neuf styles avec la même qualité. Elle peut donc rester calme, et avoir la conscience tranquille. Mais la question qui se pose, c’est : existe-t-il des offres dans ma région pour les personnes qui sont sensibles à un style différent ? Idéalement, des personnes sensibles à un style différent devraient pouvoir fréquenter une autre communauté de la région avec un profil différent. En tout cas, cela n'a pas de sens que toutes les Eglises offrent la même chose. Ce serait de la monoculture. Toute monoculture est un obstacle à la croissance des Eglises.

Les communautés devraient-elles incarner autant de styles de spiritualité que possible?

Pour les petites communautés, c'est très difficile à réaliser, du moins en ce qui concerne le culte. Et la plupart des Eglises sont petites – Dieu aime en particulier les petites Eglises, sinon il n'en aurait pas fait autant. Une communauté qui essaie d’intégrer dans son culte tous les styles spirituels de la même manière – de très sacramentel à charismatique et enthousiaste – créerait inévitablement un culte qui ne plaît plus à personne. Qui profiterait du fait que les Psaumes de la Réforme soient accompagnés à la batterie ? Au plan personnel cependant, et pas nécessairement au travers des cultes, l’Eglise locale peut encourager beaucoup plus de personnes dans leurs styles spirituels respectifs que ce qui se passe aujourd'hui.

Propos recueillis par Karsten Huhn du magazine suisse allemand IdeaSpektrum (2020/4)

Note
1 Voici deux livres de Christian Schwarz traduits en français : Découvrez vos dons ! Paris, Empreinte Temps présent, 1988, 144 p. et Le développement de l’Eglise, Une approche originale et réaliste, Paris, Empreinte Temps présent, 1996, 130 p.
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !