Les Eglises émergentes ou missionnelles : un phénomène stimulant pour les chrétiens occidentaux (1)

lundi 02 juillet 2007

Le thème des Eglises émergentes suscite de l’intérêt. Après Henri Bacher qui a publié une dizaine d’articles à ce sujet sur votre site, voici Jane Maire qui met à notre disposition 4 contributions autour de ce thème. A l’occasion d’un congé sabbatique, cette missionnaire avec la Wycliffe s’est penchée sur les Eglises émergentes ou missionnelles. Elle a découvert que ces communautés accomplissaient aujourd’hui en Occident ce qu’elle et son mari avaient entrepris en son temps pour traduire la Bible en Côte-d’Ivoire. S’incarner dans une société, puis y proposer une inculturation spécifique de l’Evangile. Un propos stimulant à découvrir avec Jane Maire.

Non, vous ne trouverez pas le mot « missionnel » dans votre Petit Robert, pas plus que le terme original anglais « missional » ne se trouve dans l’Oxford Dictionary. Mais on ne peut pas parler d’Eglise émergente sans parler de « missional church ».
Pourquoi ce nouveau terme ? Pourquoi ne pas utiliser « missionary »/« missionnaire » qui existe déjà ? Justement parce que les termes existants ont déjà acquis certaines connotations. Ils ont une certaine saveur, évoquent une certaine image, qui empêcheraient ou tordraient le message à passer. Merci de m’accorder votre indulgence par rapport au terme « missionnel » que j’ai lancé lors d’un débat Skype en mars dernier, organisé par le site lafree.ch. Il faut poursuivre la discussion entre francophones pour décider s’il faut garder ce terme ou en utiliser un autre. Ces prochaines semaines, je vous offre donc un peu de chair à mettre autour de ce squelette, pour stimuler notre réflexion.

Les boeufs avant la charrette !
Il est important de poser un fondement historique avant de parler contenu pour comprendre le « pourquoi » de ce mouvement des Eglises émergentes qui est en train de devenir mondial. On pourrait vite réagir au nom en disant : « Pour qui se prennent-ils ? » Mais ce serait mal comprendre ce qui se passe. Les Eglises émergentes ou missionnelles ont pris forme dans plusieurs endroits du monde à la fois. Des chrétiens étaient interpellés par le fait suivant : si certaines Eglises grandissent, parfois beaucoup, c’est surtout dû à un déplacement de chrétiens, et non à l’arrivée de nouvelles personnes qui viendraient du dehors de l’Eglise. Ces observateurs se sont rendu compte que les Eglises en Occident, toutes dénominations confondues, y compris les leurs, ne savaient plus comment communiquer avec la culture environnante dite « postmoderne ». Nos Eglises ont perdu leur capacité à exprimer un propos pertinent aujourd’hui, elles ont perdu leur voix et leur vocation.
Ces observateurs ont compris que l’Eglise a besoin d’une approche semblable à celle qui caractérise certaines missions transculturelles : une approche qu’on pourrait qualifier de « nous venons vers vous » plutôt que « venez vers nous ». On s’installe chez un peuple pour le connaître de l’intérieur, pour participer à sa vie, pour pouvoir ensuite annoncer Jésus Christ avec compassion et pertinence. Nous devons faire en fait comme Dieu a fait pour nous, au travers de la personne de Jésus de Nazareth. L’Eglise tout entière en Occident doit retrouver son élan missionnaire pour le monde qui l’entoure et ne pas reléguer la réalité missionnaire à quelques appelés pour les terres lointaines.
Il y a un mois, lors d’une rencontre que j’animais dans un Groupe biblique des écoles à Bienne, nous avons réfléchi au mandat que Jésus a donné aux disciples, juste avant son ascension : « Et vous serez mes témoins à Jérusalem, en Judée, en Samarie, et jusqu’aux bouts de la terre » (Actes 1,8). Nous avons constaté que l’ecclésiologie de Jésus est caractérisée par ce mandat de témoins sous forme d’un seul continuum, partant de chez soi et finissant aux bouts de la terre. L’Eglise est missionnelle partout !
La question se pose : sommes-nous d’accord avec l’affirmation que l’Eglise en Occident a beaucoup de peine à accomplir sa mission de témoigner du Christ à ses contemporains ? Cela nous préoccupe-t-il ? Si nous répondons par l’affirmative, nous pourrons énormément profiter de ce que l’Eglise émergente a à nous dire.
Brian McLaren (1) est l’un des précurseurs et actuellement l’un des « penseurs » du mouvement des Eglises émergentes. Avec les anciens de son Eglise, il a un jour décidé de « fermer les portes » de sa communauté, au sens propre comme au sens figuré. Pendant 10 mois, ils ont fermé les portes de leurs bâtiments et « fait retraite » pour que tous puissent changer complètement d’orientation et d’attitude par rapport à la manière d’« être l’Eglise » et de « faire l’Eglise ». Pendant ces 10 mois, ils ont formé les membres de leur communauté, entre autres, à ouvrir leurs maisons aux « pas encore chrétiens » et à nouer des amitiés avec eux. Ils ont aussi totalement revu leurs rencontres. Ensuite ils ont redémarré dans un lieu différent et sous un nouveau nom pour refléter leur nouvelle orientation. Cela date de la fin des années 80. Et ce même genre de mise en question s’est produit dans plusieurs endroits du monde, plus ou moins en même temps. Des chrétiens se sont levés pour sauter dans la brèche, quittant l’église qu’ils connaissaient pour aller vers l’église « de l’autre côté » (2), tout en sachant que ce serait une aventure ardue et souvent désordonnée.

Et la charrette…
Les chrétiens émergents sont des passionnés de Jésus Christ et du message de l’Evangile. Dans le même temps, ils sont passionnés par une communication pertinente et reformulée de l’Evangile. Ils sont enthousiasmés par la conviction que le Dieu de la Bible a quelque chose de pertinent à dire aux gens d’aujourd’hui. L’Eglise missionnelle n’est pas une nouvelle dénomination. C’est un mouvement transdénominationnel lié par le contact du web. Au lieu d’être sur la défensive, elle joue l’offensive. Elle ne se préoccupe pas beaucoup d’ailleurs de liste de membres et de statuts d’Eglise. Elle ne se voit pas non plus comme concurrente des Eglises existantes, mais veut que tous les chrétiens travaillent ensemble, comme de vrais amis, de vrais frères et soeurs. Au lieu des « oui mais » (ce qui veut dire « non ») de nos querelles doctrinales, ils disent « et si…».
Les Eglises émergentes s’incarnent dans des formes extrêmement variées : dans des bars/cafés, dans des maisons, dans des lieux commerciaux de services, des cryptes de vieux bâtiments d’églises (leurs membres sont très sensibles à l’art et à la beauté). Elles peuvent constituer de petites communautés comme de grandes. Elles sont parfois liées avec d’autres mouvements que Dieu est en train de susciter de par le monde, tels que « les Eglises de maison » (qui connaissent un grand essor en Inde) et DAWN (« Discipling a whole nation » – une association internationale lancée aux Philippines dans les années 70) qui sont eux aussi nés pour chercher des solutions à la marginalisation de l’Eglise.

Trois caractéristiques importantes
Les Eglises missionnelles ont trois caractéristiques principales que l’on peut exprimer ainsi :
- Elles procèdent par incarnation (anglais « incarnational ») et non par attraction (anglais « attractional »).
- Elles sont messianiques au lieu d’être dualistes.
- Elles sont apostoliques ou « plates », au lieu de verticales ou hiérarchiques.

Nous examinerons chacune de ces caractéristiques dans nos prochaines contributions.

Jane Maire

Lire la suite du propos de Jane Maire.

Notes :
1 Brian McLaren, Réinventer l’Eglise, Communiquer l’Evangile dans un monde postmoderne, Valence, Ligue pour la lecture de la Bible, 2006, 208 p.
2 Michael Frost, Alan Hirsch, The Shaping of Things to Come : Innovation and Mission for the 21st-Century, Peabody, Hendrickson Publishers, 2003, 256 p.

  • Encadré 1:

    Bio express
    Jane Maire travaille depuis de nombreuses années avec Wycliffe, une œuvre missionnaire d’approche holistique qui se consacre particulièrement à la traduction de la Bible et à l’alphabétisation. Avec John, son mari, elle a séjourné en Côte-d’Ivoire pendant 15 ans avant de s’installer dans la région de Bienne pour y travailler au bureau de Wycliffe en Suisse. Jane et John ont 4 enfants. Jane est passionnée de tennis !

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Jeu 07 avril 2022

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Lun 04 avril 2022

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !