Italie du Sud : visite dans un centre de migrants mineurs (reportage écrit et radio par Gabrielle Desarzens)

vendredi 06 février 2015

Sur 170’000 migrants arrivés par la Méditerranée en Italie l’année dernière, on compte plus de 20’000 mineurs. Un nombre qui ne cesse d’augmenter. Ces jeunes risquent de tomber dans les filets mafieux de la traite des êtres humains. Le centre Mediterranean Hope des Eglises protestantes d’Italie est l’un des rares qui les accueillent en Sicile. Reportage écrit à lire ici, mais aussi à écouter sur la RTS.

Il s’appelle Mustafa, il a 14 ans. Sa famille lui a financé le voyage de Syrie en Italie. En tout, 16’000 euros. Sur l’atlas qu’il tient devant lui, il montre la ville d’Alep, proche de la frontière turque et dit venir d’un village tout proche de celui d’Idlib. Cet ado indique ensuite la route qu’il a suivie : « Je suis venu en bateau depuis Mersin, en Turquie. C’était ma troisième tentative. Nous étions 250 sur le bateau, dont la majorité était des femmes et des enfants. L’équipage nous a abandonnés, puis le navire n’a plus eu de carburant. » A-t-il eu peur ? « J’ai passé 4 jours en mer, sans boire, ni manger. » Il mime ensuite une mer agitée… Sa casquette grise vissée sur la tête, il déclare enfin, ses yeux noisette rivés dans ceux du traducteur : « Comparé à la situation dans mon pays, ce voyage, c’était rien ; j’ai vécu bien pire en Syrie. »
Mustafa est l’un des quelque 40 jeunes migrants mineurs non accompagnés accueillis par le centre Mediterranean Hope que vient d’ouvrir la Fédération des Eglises protestantes d’Italie (FCEI) à Scicli, dans le sud de la Sicile. « Les mineurs qui nous sont confiés par la Préfecture de Ragusa ont de 14 à 17 ans, explique Giovanna Scifo, responsable de la structure. Ils ont des histoires souvent incroyables et ont été mis dans des bateaux parfois par leurs propres parents. »
Amin, lui, est un Somalien de 15 ans. Il a quitté sa terre d’Hargeysa, où il risquait d’être enrôlé dans l’une des milices qui ravagent son pays. A ses côtés, Mahmoud est Sénégalais. D’une maigreur presque maladive, il dit avoir 17 ans, et venir de Casamance d’où il a fui pour échapper aussi à un enrôlement armé forcé. « Dans le désert entre le Niger et la Libye, c’était très difficile. Et puis pendant la traversée sur la mer, une personne est morte. C’était très effrayant. » Ces jeunes sont arrivés il y a quelques jours seulement en Sicile. Encore sur la retenue, ils lâchent difficilement quelques bribes de leur trajectoire dramatique.

Des numéros au poignet...
Les migrants mineurs non accompagnés sont toujours plus nombreux. « Sur les 170’000 personnes débarquées en Italie en 2014, ils doivent être plus de 20’000 », évalue à Rome Paolo Naso, collaborateur de la FCEI. Et les structures d’accueil qui leur sont dévolues ne sont pas assez nombreuses : « Le ministère de l’Intérieur a lancé un appel pour solliciter l’ouverture de nouveaux centres spécialisés pour les jeunes », confirme à Ragusa le Préfet Annunziato Vardè.
A Scicli, la sonnerie de la porte du lieu ne cesse de retentir ; des personnes rentrent, d’autres sortent. « Le centre de premier accueil de Pozzallo au bord de la mer vient de fermer ses portes, explique Giovanna Scifo. Nous venons d’accepter tous les mineurs qui y logeaient. » Certains portent encore un bracelet avec un numéro à leur poignet… A Pozzallo, ils étaient 400 dans un vaste hangar. Aucun mur de séparation, des matelas fins et sales se chevauchant par terre, hommes, femmes et enfants se partageaient cet espace sans avoir le droit de sortir. Une grève de la faim menée par les migrants semble avoir accéléré la fermeture de ce centre pour laquelle la Préfecture invoque « des problèmes techniques ».
A son tour, Francesco Sciotto, le pasteur méthodiste de Scicli, pousse la porte. Il est aussi l’une des personnes impliquées dans le centre Mediterranean Hope. « Bienvenue », c’est la première parole à faire entendre aux jeunes que nous accueillons, déclare-t-il tout de go. « Et ce n’est pas qu’un mot : il faut dire à ces jeunes que la première partie de leur voyage est finie et que les suivantes, on les leur souhaite moins dramatiques. Le risque pour eux, c’est de finir dans des réseaux criminels, de devenir dealers ou de se prostituer. On doit les accueillir dans des lieux protégés pour éviter qu’ils ne rentrent dans ces réseaux qu’ils ont déjà connus pour venir jusqu’en Italie. Et c’est facile d’entrer ici en contact avec la mafia qui veut les exploiter. Ils sont fragiles ! On doit les aider à entrer en lien avec une partie saine de la société. »

Le chemin de la mort
Yolande, elle, est une des rares femmes présentes dans le centre de Scicli. Elle a accouché il y a un mois d’une petite Esther Sarah à l’hôpital voisin de Modica. « Je suis Ivoirienne. J’ai quitté la Côte d’Ivoire car j’étais pro-Gbagbo (ndlr : ancien président de ce pays d’Afrique de l’Ouest) et j’ai dû fuir avec mes amis, témoigne-t-elle. Nous sommes partis sur la Tunisie en avion. Puis de là, nous avons quitté en direction de la Libye, où nous avons été parqués dans un camp où régnait une grande violence. Les filles étaient brutalisées, violées... Nous étions terrorisés. Nous savions que la Méditerranée, c’était le chemin de la mort, mais je n’ai pas osé rester seule alors que mes amis étaient décidés à partir. Nous avons réussi à embarquer dans un petit zodiaque, puis nous avons été recueillis par un plus grand bateau. » 

Le pasteur Francesco Sciotto parle encore des migrants comme de personnes qui vivent « dans la périphérie de la vie » et avec lesquels on doit faire l’expérience de la rencontre. « A l’exemple du Christ qui s’est rendu en dehors de Jérusalem pour avoir contact avec les gens qui vivaient en marge de la société. » Accueil et intégration sont les deux mots qu’il martèle alors volontiers, « pour que leur présence soit une opportunité et non un problème ». Cela dit, l’Eglise peut et doit, selon lui, montrer la possibilité d’un monde nouveau, où il est possible d’être ensemble.

Gabrielle Desarzens

Il est possible d’écouter sur ce même sujet les émissions radio que Gabrielle Desarzens a réalisées en Italie pour RTS Espace 2 dans le cadre des émissions A vue d’esprit (2 au 6 février). Un autre reportage a aussi été diffusé le dimanche 18 janvier sur RTS La Première dans le cadre de l’émission Hautes fréquences.

  • Encadré 1:

    Mare Nostrum encore en semi-activité 

    L’opération européenne Triton de contrôle des frontières qui a remplacé Mare Nostrum ne décourage pas les migrants qui continuent de fuir leur pays pour sauver leur vie. « Les Siciliens sont un peuple de marins qui vont secourir les personnes en difficulté en mer sans se demander de quelle nationalité elles sont, parfois bien plus loin que les 30 miles marins que prévoit Triton », souligne sur l’île de Lampedusa le maire-adjoint Damiano Sferlazzo. Deux vedettes de l’opération Mare Nostrum sont ainsi encore en fonction jusqu’aux côtes libyennes, confie-t-il, sur les cinq qui naviguaient dans les eaux internationales avant la mise en place de Triton. Cette nouveauté européenne est d’ailleurs considérée de façon critique sur ce bout de terre de 20 km2 située entre l’Afrique et l’Europe. Plusieurs Siciliens dénoncent son aspect militaire, qui vise à « défendre la forteresse européenne » uniquement. 

    A la question de savoir pourquoi les migrants débarquent aujourd’hui plutôt à Pozzallo et non plus à Lampedusa, Damiano Sferlazzo explique qu’un changement est intervenu après la tragédie du 3 octobre 2013, quand 365 personnes ont perdu la vie dans un naufrage : « La maire Nicolini Giusy a alors poussé un cri de détresse qui a permis une concertation politique et créé l’opération Mare Nostrum qui a évité beaucoup de morts en mer. Cela a permis des arrivées ailleurs en Sicile et l’ouverture de nouveaux centres de premier accueil. »

  • Encadré 2:

    Infiltration de terroristes ? 

    Plusieurs thèses affirment dans des blogs ou sur les réseaux sociaux que certains migrants sont en fait des terroristes musulmans prêts à déstabiliser l’Europe. Francesco Sciotto rétorque : « Ces extrémistes sont déjà  en Europe ; plus même, ce qui est arrivé à Charlie Hebdo – et ailleurs sur le Vieux-Continent – démontre que les terroristes sont des Européens, qu’ils sont Français, Italiens ou Anglais, et qu’ils vivent dans nos villes. Et que ce sont les mêmes qui vont aussi en Syrie ou en Irak, pour tuer des gens. Les migrants qu’on héberge ici fuient ces pays à cause de la guerre. »

  • Encadré 3:

    Pieds nus

    Un collectif alternatif indépendant, « Askavusa » qui signifie pieds nus, a monté sur l’île de Lampedusa un lieu d’exposition, « Porto M », qui présente différents objets qui ont appartenu à des migrants.
    A l’entrée, ce sont des chaussures retrouvées en mer et sur les plages de l'île qui sont suspendues au plafond. Sur une étagère, de petits sachets de la terre du pays que les migrants ont emporté avec eux, des lettres, des photos...
    « Notre intérêt est de préserver des objets qui finiraient à la décharge, commente Ana-Lisa, l’une des membres du collectif. Pour montrer autre chose que ce qu’on peut lire et entendre dans les médias. » Sur un mur, une sorte de mappemonde est conçue à partir de vêtements : des jeans forment le fond comme pour représenter la mer et ses tumultes. Et des habits colorés en provenance de divers pays dansent sur ces vagues qui ont englouti plusieurs de leurs détenteurs... 

    Le site du collectif.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !