Remise du Prix catholique des médias à Gabrielle Desarzens

vendredi 03 mars 2023

A cause de la pandémie de Covid, le Prix catholique des médias n’avait été remis que par la poste en 2021 et 2022. Cette année, il a été remis à la lauréate de 2022, mais aussi aux lauréats des années précédentes. La journaliste Gabrielle Desarzens, gagnante du Prix 2020, était de la partie.

Le Prix catholique des médias de la Conférence des évêques suisses a été remis mercredi premier mars 2023, lors d’une cérémonie organisée dans les locaux de la Basilique de la Trinité, à Berne. La journaliste Gabrielle Desarzens était conviée à cette cérémonie, parce qu’elle était gagnante du prix décerné en 2020. Mais, à cette époque, la cérémonie de remise du prix avait été annulée à cause de la pandémie de Covid.

Ainsi, mercredi dernier, le Prix catholique des médias 2022 a été remis à la journaliste Christine Mo Costabella pour une série d’interviews à propos de l’infertilité de couples chrétiens. Mais les gagnants des années précédentes ont également été félicités : Astrid Alexandre pour son podcast « 1,7 milliuns » (« 1,7 millions ») diffusé sur la RTR ; Martin Schmidt pour son interview « Kronig muss gehen. Ein letztes Gespräch mit einem Sterbenden » (« Kronig doit partir. Une dernière conversation avec un mourant ») paru sur Walliser Bote ; Gabrielle Desarzens pour son reportage « Cul-de-sac bosnien » diffusé sur la RTS ; Christine Lather et Felix Huber pour leur spectacle « Ich habe den Himmel gegessen » (« J’ai mangé le ciel »).

Le reportage de Gabrielle Desarzens, primé en 2020 et intitulé « Cul-de-sac bosnien », a été diffusée en février 2020, dans l’émission Hautes Fréquences, sur RTS La Première. Il décrit la situation de migrantes et de migrants bloqués en Bosnie, à la frontière de l’Espace Schengen.

Une pierre blanche

« J’ai reçu ce prix en pensant à celles et ceux que j’ai rencontrés, à Sarajevo, mais aussi dans la Jungle de Calais, à Lampedusa, Lesbos, Budapest, Kosice, etc, souligne Gabrielle Desarzens. Ces personnes m’ont fait confiance et, avec elles, j’ai vécu un tout petit bout de vie, mais tellement riche en termes de dignité humaine et de partage. Ce prix est une pierre blanche dans le fil de mes reportages. »

Chaque année, le Prix catholique des médias met en compétition des productions suisses – presse écrite, audio et audiovisuelle – qui rendent compte du message de l’Evangile. Le prix reçu par Gabrielle Desarzens est donc doublement remarquable : il met en évidence une production francophone, issue d’un milieu non catholique.

Rappelons enfin que Gabrielle Desarzens a travaillé durant de nombreuses années pour les médias de la FREE. Elle est toujours salariée à temps partiel par la FREE dans le cadre de Médias-pro, le département médias des Eglises réformées de Suisse romande.

 

► Emission « Cul-de-sac bosnien », sur RTS : https://www.rts.ch/play/radio/hautes-frequences/audio/cul-de-sac-bosnien?id=11061640

► Article « Prix catholique des médias : la journaliste Gabrielle Desarzens lauréate 2020 », sur lafree.info : https://lafree.ch/info/suisse/gabrielle

► Le prix catholique des médias 2022 : https://www.eveques.ch/le-prix-catholique-des-medias-2022-a-ete-decerne/

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !