France : le sociologue Sébastien Fath allume un débat sur le financement par l’Etat des réformés et des luthériens en Alsace-Moselle

Serge Carrel jeudi 05 avril 2018

La France est laïque… sauf l’Alsace et la Moselle qui reconnaissent trois cultes officiels : catholique, juif et protestant luthéro-réformé. Dans une chronique du journal français Réforme, le sociologue Sébastien Fath met en cause cet « abus de position dominante » et récolte les foudres des autorités de l’Union des Eglises protestantes de cette région.

« Abus de position dominante », « Faire cesser les discriminations », « statut privilégié » « fortement discriminatoire à l’égard de l’islam, des protestants évangéliques, des bouddhistes »… Dans une chronique parue le 21 mars dans l’hebdomadaire protestant français Réforme, l’historien et sociologue Sébastien Fath rappelait, suite à un colloque sur l’œcuménisme tenu à Paris, que les bonnes relations entre évangéliques et luthéro-réformés, c’est aussi jeter un regard critique sur la pratique des autres composantes du protestantisme. En question concrètement : le statut de culte financé par l’Etat français, dont bénéficient les Eglises luthérienne et réformée d’Alsace et de Moselle. « Il s’agit d’une inégalité de droit », constatait le sociologue. Et ce serait « un acte de laïcité et d’œcuménisme pratique de bon aloi » de mettre fin à ce « financement discriminatoire, hérité d’un autre âge » !

Une réponse vive des autorités luthéro-réformées

Christian Albecker, le président de l’Union des Eglises protestantes d’Alsace et de Lorraine, s’est fendu d’une réponse particulièrement vive en mettant en cause la connaissance de la situation locale du sociologue et en justifiant le statut des « cultes statutaires », des catholiques, juifs et luthéro-réformés, financés par l’Etat français. Principal argument avancé : le fait qu’il y a là un modèle « pragmatique » des gestions des relations Eglises-Etat, y compris sur le plan financier (une somme de 50 millions d’Euros est allouée chaque année aux trois entités reconnues). De plus, ce modèle pourrait permettre de mettre en place un enseignement interreligieux à l’école et de « faire connaître aux jeunes l’ensemble des grandes religions et leurs principes spirituels ».

Etendre le principe de séparation à tous les cultes : une urgence

Dans sa réponse « Vers la fin de la discrimination concordataire: le débat continue », Sébastien Fath en appelle à « un débat constructif dans la direction d’une meilleure égalité des droits ». Il surenchérit en dessinant un cap pour l’avenir qui serait « de supprimer ce financement discriminatoire, ce qui permettrait aussi des économies que l’Etat emploierait mieux ailleurs, par exemple dans la promotion de la laïcité ». Dans la réalité française contemporaine, il considère qu’il est urgent d’étendre le principe de séparation entre l’Eglise et l’Etat à tous les cultes « afin de les remettre sur un pied d’égalité laïque. Les cultes sont appelés à se financer eux-mêmes. L’impôt a d’autres fins. »

Pour conclure le sociologue convoque une citation de Monseigneur Lafont, évêque catholique de Cayenne qui, en 2014, par rapport à cet « abus de position dominante » déclarait qu’il serait bon que « l’Eglise renonce d’elle-même à un privilège plutôt que d’attendre qu’il lui soit enlevé ».

Serge Carrel

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !