Accueillir ce que nos parents nous ont transmis

Jacques Poujol lundi 20 novembre 2023

Jacques Poujol, pasteur dans la Fédération protestante de France, formateur en relation d’aide, psychothérapeute du couple et de la famille, montre comment la Bible nous encourage à développer un regard vrai à propos de nos parents, plutôt que de les vénérer. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

Pour justifier l’interdiction de se mettre en colère, notamment envers ses parents, un texte est souvent cité, surtout aux personnes qui ont eu des parents difficiles, voire toxiques ou abuseurs : « Honore ton père et ta mère, afin de jouir d’une longue vie dans le pays que l’Eternel ton Dieu te donne » (Ex 20.12). Ce cinquième commandement du Décalogue mérite qu’on s’y arrête, car la mauvaise compréhension de ce passage conduit de nombreuses personnes à un blocage dans leur travail thérapeutique.

Observons tout d’abord que la Bible, dans ce commandement et dans d’autres textes, parle du père et de la mère comme de deux individus, considérés chacun à part entière. La Bible ne parle pas d’une entité « parents », englobant les deux sans distinction. Ainsi, par exemple, nous retrouvons cette distinction où il est question de « son père et de sa mère » dans la Genèse : « C’est pourquoi, l’homme laissera son père et sa mère et s’attachera à sa femme » (Ge 2.24) ; et dans le Lévitique : « Que chacun de vous respecte l’autorité de sa mère et de son père » (Lé 19.3). Il n’est pas question d’honorer ses parents, mais « son père » et « sa mère ». Ce qui compte, c’est le rapport que la personne a, en tant qu’individu, avec chacun. Parler de « mes parents » n’est pas pareil que de dire « mon père », « ma mère ».

La principale difficulté de ce verset est, comme le souligne l’exégète Alphonse Maillot dans son commentaire sur les Dix Commandements, qu’on a trop souvent confondu « honorer son père et sa mère » et les vénérer. Or le terme hébreu employé pour honorer, « kabèd », a pour sens littéral « donner du poids »(1).

Pour l’hébreu, l’honneur désigne donc la valeur réelle de quelque chose, estimé à son vrai poids. Le respect, précise Ouaknin, rabbin et philosophe contemporain, dans son livre Les Dix Commandements(2), c’est « le poids accordé ».

Dans ce verset, cela signifie qu’honorer son père et sa mère, c’est donner, reconnaître le juste poids de l’éducation reçue, c’est-à-dire faire une évaluation critique et reconnaître ce qui a été bon, moins bon, voire carrément mauvais.

Le droit d’inventaire

La difficulté est que les patients que j’accompagne se heurtent à un tabou qui a perduré pendant des siècles : les parents interdisaient aux enfants le droit d’inventaire sur ce qu’ils avaient reçu. Les descendants étaient enfermés dans le silence à ce sujet.

On pourrait appeler cela le complexe de Noé : Noé s’enivre, son fils le voit nu et il est maudit pour cette indiscrétion. De même, les adultes ont interdit à leur progéniture de les « mettre à nu », de porter un regard sur ce qu’ils leur ont transmis et sur leur façon de le faire, développant le tabou du droit d’inventaire. Cet interdit s’accompagne d’une menace : si quelqu’un regarde ses parents et les voit nus, la malédiction va tomber sur lui. Mieux vaut alors, pour cette personne, tirer un voile sur ce passé.

Pourtant, cet inventaire est nécessaire. Notons que ce commandement est le premier auquel est attaché une promesse sur la terre. Si la personne est capable de porter un regard critique, c’est-à-dire d’évaluer le positif et le négatif, ce qu’elle a reçu de bon et de moins bon, voire de mauvais, de son père et de sa mère, et d’en voir les conséquences, alors ses jours seront prolongés sur terre(3). Ouaknin souligne qu’inversement, on raccourcit sa vie si on n’attribue pas à ses parents le poids réel qu’ils ont eu(4).

 

(1) Voir : Xavier Léon-Dufour, Le vocabulaire de théologie biblique, Cerf, 1988, p.504.

(2) Seuil, 1999, p. 129.

(3) Lire à ce sujet : James Schaller, Mon père, ma blessure, Ed. Empreinte Temps Présent, 2000.

(4) Pour aller plus loin : Jacques Poujol, La colère et le pardon – Un chemin de libération, Ed. Empreinte, 2008 ; Jacques Poujol, L’accompagnement psychologique et spirituel – Guide de relation d’aide, Ed. Empreinte, 2014.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !