Cristina Heierli : « Une spiritualité saine peut prévenir un burnout ! »

lundi 20 avril 2009

Le burnout apparaît de plus en plus comme le mal de notre temps. Notre « hyperactivité » professionnelle conduit certains à épuiser leurs ressources. Tant physiques qu’intérieures. La psychiatre et psychothérapeute Cristina Heierli accompagne régulièrement des victimes de burnout. Elle fait le point sur ce mal de notre temps et ouvre des pistes de prévention.

« Le burnout peut entraîner une invalidité à 100 pour-cent ! » Cristina Heierli est psychiatre et psychothérapeute à Gümligen, près de Berne, dans le cadre du Centre de thérapie chrétienne Siloah. Dans son accompagnement médical, elle suit plusieurs personnes atteintes d’un burnout grave et en arrêt maladie pour 6 mois au moins. « C’est une chose que l’on n’a pas encore intégré aujourd’hui, mais une personne qui utilise ses réserves à l’excès et qui connaît une certaine fragilité psychique, peut atteindre un épuisement qui fera d’elle un handicapé à vie ! »

Le burnout, le lot de beaucoup aujourd’hui
Très sollicités en situation de crise, des responsables d’entreprise ou des cadres connaissent aujourd’hui le burnout. En Allemagne, une statistique révèle que plus de 30 pour-cent des enseignants sont touchés par ce syndrome, plus de 30 pour-cent également du personnel soignant et environ 10 pour-cent des médecins... Dans les Eglises aussi, des pasteurs stressés vont au bout de leurs ressources et développent un épuisement qui les rend inaptes à la poursuite de leur activité pastorale. L’augmentation constante de la productivité et la multiplication des exigences professionnelles poussent de plus en plus de gens dans les limites de leurs capacités.
« Le burnout est un état d’épuisement physique et émotionnel, explique la Dr Cristina Heierli. C’est très progressif et il peut s’écouler 9 mois avant que la personne prenne conscience qu’elle ne peut plus continuer comme cela. » Pendant ces 9 mois, elle essaie de se maintenir en fonction, mais le coeur n’y est plus. « Parmi les signes avant-coureurs d’un burnout, il y a le fait que la personne n’arrive plus à suivre au niveau professionnel. Elle connaît des troubles du sommeil importants. Elle est irritable et développe des conflits avec son entourage. De plus sa libido s’éteint. »
Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face au burnout. Pour Cristina Heierli, une femme est plus à l’écoute d’elle-même. Elle prend plus rapidement conscience qu’elle est épuisée et qu’elle n’a ni joie ni entrain dans son quotidien. « La femme demandera plus facilement de l’aide, ajoute-t-elle, alors que l’homme va essayer de maintenir le rythme, même si son corps donne des signaux d’alarme importants. »

Retrouver son « fil d’or »
Pour cette femme médecin, qui a fait ses études à Lausanne, il y a deux phases dans l’accompagnement d’une victime d’un burnout. D’abord l’accueil de la personne là où elle se trouve et une écoute dans la durée, puis un renvoi dans le quotidien pour voir comment la personne se débrouille avec les différentes clés qu’elle a intégrées. « Il n’y a pas de recette toute faite, s’empresse d’ajouter la psychiatre. Avec chaque personne, des facteurs différents jouent un rôle qu’il importe de découvrir. Avec mes patients, j’essaie d’examiner leurs motivations face à la vie et même parfois de réfléchir au sens qu’ils donnent à leur existence. »
Cristina Heierli suit actuellement un patient en arrêt pendant 6 mois. Avec lui, elle a réfléchi à sa trajectoire de vie et découvert qu’il y avait des raisons plus profondes qui l’avaient conduit à son épuisement. « A différents niveaux, cette personne a essayé de reprendre contact avec elle-même. Elle a ainsi pris conscience qu’elle avait un deuil à faire face à l’absence d’enfant au sein de son couple et que, professionnellement, il était important de dresser un bilan de son activité pour mieux rebondir. » Pour exprimer cette reprise de contact avec soi-même, Cristina Heierli aime utiliser l’image du fil d’or. En chacun de nous, il y aurait un endroit très précieux, un lieu où nous pourrions trouver le fil d’or de notre existence : ce qui nous tient et ce qui fait sens dans les aléas du quotidien. « Le burnout peut donc représenter une chance si la personne cherche un vis-à-vis avec lequel réfléchir à sa situation. Il devient possible alors de renouer avec son fil d’or, de redéfinir un équilibre personnel et de négocier un aiguillage qui peut constituer un moment très créatif dans sa vie. »

Et le vide en forme de Dieu ?
Dans le Centre de thérapie chrétienne Siloah, les intervenants sont ouverts à un accompagnement qui intègre une réflexion sur le sens de la vie. « Dans les premiers entretiens avec une personne, explique Cristina Heierli, je demande toujours à mon interlocuteur si il a une vie de foi, s’il croit à quelqu’un au-dessus de lui ou si il ne dépend que de lui-même et de ses propres forces... » Convaincue qu’en tout être humain il y a un vide en forme de Dieu, elle considère que ni le travail, ni l’argent, ni les biens matériels ne pourront remplir ce vide. Pour elle, ce « lieu » doit être pris en considération dans la gestion d’une vie équilibrée.
« Une spiritualité saine représente donc un apport important pour la santé psychique d’un individu et pour la gestion de son quotidien, relève-t-elle. Avoir une relation à un Dieu qui nous aime permet de définir nos priorités et de ne pas chercher au plan relationnel ou professionnel ce que l’on ne peut recevoir que de sa relation à Dieu. »
Ces dernières années, Cristina Heierli a suivi une femme prise à 200 pour-cent par son travail. « Au travers de nos rencontres, cette femme a découvert qu’au fond d’elle-même il y avait un vide profond. Sa boulimie d’activités était une sorte de compensation. Fille d’un père absent, elle multipliait ses engagements pour combler sa soif de reconnaissance. En fait, elle a découvert en Dieu la paternité qu’elle cherchait. » Par la suite, cette femme a repris un travail où elle était beaucoup plus protégée au niveau de ses horaires. Aujourd’hui, elle se sent bizarre parce qu’elle n’a plus les mêmes modèles qu’avant. Elle doit découvrir un nouvel équilibre et faire des choix qui ouvrent de nouvelles possibilités.

Découvrir sa dignité en Dieu
Développer une spiritualité saine permet aussi d’éviter un burnout, c’est la conviction de la Dr Cristina Heierli. Pour elle, la parole de Jésus : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos » (Mt 11,28) peut jouer un rôle fondamental dans la prévention du burnout. Parce que Jésus se définit lui-même comme l’eau qui désaltère et le pain qui rassasie (Jean 6,35), la psychiatre considère que la proximité de Jésus nourrit et permet à chacun de découvrir sa dignité non pas dans ses activités ou dans ses réalisations, mais en Dieu. « Une saine spiritualité autorise le chrétien à devenir vraiment libre. Très souvent les personnes qui connaissent un burnout sont très collaborantes et s’adaptent facilement aux demandes extérieures. Le fait de découvrir Dieu comme celui qui nous accepte et qui fonde notre vie, permet de dire non et de se faire respecter avec ses propres limites ! »

Des stratégies anti-stress
Du point de vue pratique, le fait d’ancrer sa vie en Dieu et de vivre dans la proximité de Jésus permet de réaliser plus facilement dans sa vie l’équilibre entre des temps d’engagement et de ressourcement. « Pour moi, explique Cristina Heierli, l’équilibre se trouve dans l’alternance entre des temps d’activité et des temps de repos. » Chacun doit ainsi prendre conscience de son rythme, de ses besoins de repos et développer des stratégies anti-stress. La psychiatre bernoise conseille ainsi d’entrecouper ses journées de courtes pauses afin de renouer avec soi-même, avec le fil d’or qui nous porte. Les courtes siestes ne doivent pas non plus être négligées... « De plus, si dans une journée, les tâches à effectuer se multiplient, relève-t-elle, n’hésitez pas à vous arrêter et à vous interroger si le fait de déplacer telle ou telle tâche au lendemain entraîne des conséquences catastrophiques. On découvre alors souvent que l’on peut déplacer une tâche urgente au lendemain, sans que cela ne porte trop à conséquence ! »

Serge Carrel

Suite de notre mini dossier: "Georges Musy: 2 ans et 3 mois d'arrêt à cause d'un burnout", le témoignage d'une victime d'un burnout.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !