Coincée

jeudi 23 décembre 2021

Chaque année, Gilles Geiser, pasteur dans l’Eglise évangélique de Châble-Croix à Aigle (FREE), écrit un conte de Noël. L’occasion pour lui de dire quelque chose d’important en lien avec l’Evangile. Cette année, il nous parle de train… mais sur la route.

J’aurais dû prendre le train. Quelle conne !

Je le savais. Je le sentais. Mais non ! Tête dure, comme d’habitude. Tête de mule.

Du coup, j’avance en accordéon, sans l’accordéon. Sur l’autoroute des retours de week-end. Dimanche soir, en hiver.

Coincée.

Ah… on dirait que ça se débouche… (trente mètres plus loin)… ah non. Je déteste ce sentiment de faire du sur-place, de ne pas avancer. Ça me rappelle trop ma vie, je crois. Oui, parce que, là non plus, je n’avance pas.

Et je redoute tellement ces fêtes de Noël, ces rencontres de familles, avec toujours la même question : « Alors, Steph, tu en es où, toi ? »

Comme si c’était obligatoire d’en être quelque part.

J’en suis où… j’en sais rien, moi ! Je t’en pose des questions ?

J’aurais dû prendre le train !… C’est la millième fois que je me dis ça, mais là, ça devient de plus en plus clair ! J’aurais dû prendre le train. Oui, je sais. Sauf que le train est passé, et que ça ne sert pas à grand-chose de ressasser ce genre de pensée.

« Il y a certains trains de la vie qu’on peut prendre plusieurs fois, Stéphanie. »

C’est venu comme ça, dans ma tête, pourtant embuée de plein de pensées. Une petite voix. Ma conscience, peut-être, ou un ange, je ne sais pas. En tous les cas, une voix.

« Il y a certains trains de la vie qu’on peut prendre plusieurs fois, Stéphanie. »  

C’est là que j’ai commencé un de ces monologues dont j’ai le secret : « Mais de quoi on parle, là ? De mes études ? De mon métier ? De mes choix – peu rationnels, j’avoue – en matière de relation amoureuse ? Hein ? De quel train on parle ? »

« On parle de ton train de vie, Stéphanie. » Encore cette voix ? C’est pas vrai !

Pour éviter d’y faire face, j’allume la radio. Les nouvelles : « Neuf mille huit cent septante six cas de Corona ; vingt-neuf morts ; cent quatorze hospitalisations ». J’éteins direct. On ne pourrait pas parler d’autre chose ? Ça fait deux ans qu’on nous bassine avec les mêmes chiffres, les mêmes thèmes, les mêmes rengaines. On ne pourrait pas nous donner le nombre quotidien de personnes guéries ? Ou le nombre de ceux qui sont sortis de l’hôpital ?

Si on peut compter ceux qui entrent, on peut aussi compter ceux qui sortent, non ? Non, visiblement, ça, on ne peut pas.

Du coup, me voilà repartie dans mon monologue intérieur !

– Mon train de vie… mon train de vie. Qu’est-ce qu’il a mon train de vie ?

– Il est trop rapide, Stéphanie. Il s’emballe. Il va dérailler. Ralentis !

– J’aimerais bien t’y voir, toi ! Je le sais, tout ça, mais j’peux pas. Trop d’attentes, trop de poids, trop d’obstacles à la joie. J’peux pas.

– Tu ne peux pas ? Ou tu ne veux pas ?

L’ennui avec cette radio-là, cette radio intérieure, c’est qu’on ne peut pas l’éteindre aussi rapidement que l’autre. Quand c’est parti, ça ne s’arrête pas. En tous les cas chez moi.

Un train de vie inarrêtable. C’est possible, ça ? Plus d’arrêt. Plus de pause.

Et pour combien de temps ? Six mois, douze au plus… et pour gagner quoi ? Du temps ? Ce temps que j’ai tellement l’impression de perdre.

Et voilà qu’on me  klaxonne ! Ça va aller, oui ? C’est quoi le problème ? Ah, oups… j’ai oublié d’avancer, moi. Presque deux cent mètres de retard ! Deux cent mètres d’une seule traite, ça fait des heures que ça ne m’est plus arrivé, ça. Trop d’émotion d’un coup ! Attention, il va falloir gérer !

(Deux cents mètres plus loin) C’est bon. Me voilà de nouveau arrêtée. Point mort.

Le problème, avec mon train de vie, c’est que je n’ai même plus le temps de profiter du paysage, de profiter des relations. Tout passe tellement vite. Je n’ai pas encore déraillé, c’est vrai, mais j’ai l’impression que ça fait longtemps que je ne sais plus pour quoi je roule.

Ce n’est pas tellement le sens ou la direction qui me manque, je crois. Mais plutôt la raison de tout ça. La raison à tout ça.

Je fais un nouvel essai avec la radio… suspens… les inforoutes ? Ah non… Jacques Brel… c’est presque pire ! « Quand on n’a que l’amour ». Ça tombe bien, dis, moi qui suis toute seule dans ma voiture, toute seule dans mon lit, toute seule dans ma vie.

J’ai eu envie de crier au ciel : « Tu fais exprès ou quoi ? » Mais j’ai rien dit. Parce que cette chanson, juste au moment où je me pose la question de la raison de ma vie, ça m’interloque. Ou ça m’interpelle, je ne sais plus comment on dit.

« Quand on n’a que l’amour ». C’est ce qui me manque, en fait. C’est ce qui nous manque, à tous. Quel que soit le rythme de notre vie.

« Il y a certains trains de la vie qu’on peut prendre plusieurs fois, Stéphanie ».

Et si je prenais le prochain ? Pas celui de l’amour humain, non. Pas prioritairement du moins. Mais le train d’un amour plus grand.

Le train d’un amour qui me viendrait du ciel, par exemple. Un train d’amour qui nous vient de Dieu, ça existe, ça ?

« Il y a certains trains de la vie qu’on peut prendre plusieurs fois, Stéphanie. »

La prochaine fois, je prends le train.

Promis.

 

Gilles Geiser

  • Encadré 1:

    Notes de l’auteur

    On a cru qu’avec le premier confinement, on avait compris combien c’était bon de réduire la vitesse de notre train de vie. Sauf que, dès que ça s’est ré-ouvert, tout est reparti. De plus belle. De plus vite. On s’était promis de ne pas reprendre le même itinéraire qu’avant… mais voilà. C’est fait.

    On se retrouve coincé.

    On se dit qu’on aurait dû prendre le train.

    A Noël, l’amour de Dieu, l’amour en personne, est venu dans ce monde pour nous rappeler que la raison de cette vie, c’est de le rencontrer. Pas seulement de l’attendre sur le quai de la gare, de le regarder, et de le laisser passer. Mais d’y monter. En croyant.

    C’est le train de l’amour de Dieu. C’est le train de VIE.

    Ce qu’on fête à Noël, c’est une nouvelle extraordinaire ! Dieu s’est fait homme pour qu’on puisse rencontrer son amour, et en être rempli.

    Dieu a réduit sa vitesse. Il l’a adapté à la nôtre. Il s’est arrêté pour qu’on puisse croire en lui, simplement. Sans faire un saut dans le vide. Sans courir comme des dératés sur le quai de la gare en essayant désespérément de le rattraper.

    Dieu n’est pas comme ça. Dieu nous attend. A Noël, Il s’arrête, à notre hauteur. Il nous invite à monter dans son train de Vie. Ça nécessite de lui confier la nôtre. 

    C’est comme ça que la rencontre se fait.

    C’est comme ça qu’elle se vit, en vrai.

    C’est comme ça que Noël devient une extraordinaire nouvelle.

    Joyeux Noël !

     

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !