Liz Mc Comb ou le gospel comme arme pour la paix

mercredi 20 juillet 2005

Le 12 septembre 2004, la chanteuse et pianiste de gospel Liz Mc Comb a chanté avec ses musiciens à La Marive à Yverdon-les-Bains lors de la fête FEEL-AESR. Ce fut l’occasion de découvrir une belle personnalité de cette musique noire américaine. Ouverture sur ce qui l’anime profondément.

Elle chante du gospel au Maroc. A Fès en 2004, au Festival des musiques sacrées. Dans un contexte musulman, elle porte haut l’étendard du negro-spiritual et du gospel, source de toutes les musiques noires américaines contemporaines.

 

« Blessed are the Peacemakers ! »

 

Liz Mc Comb vit aujourd’hui à Paris. Cette diva du gospel ne limite pas sa musique aux arrière-salles de paroisse ou d’église. Elle veut le gospel sur la place publique, dans les salles de concert les plus diverses et les plus populaires. Cette Américaine, native de Cleveland (Ohio), croit dur comme fer que le message que véhicule sa musique peut apporter une contribution décisive à la paix. « Heureux les artisans de paix !» (« Blessed are the Peacemakers ! »), son dernier tube, tout droit inspiré du Sermon sur la montagne de Jésus, annonce que les « pacificateurs » seront appelés « fils de Dieu ». Jusque dans les conflits qui broient les humains et leur font ériger des barrières de haine ou d’indifférence les uns à l’endroit des autres.

A Bethléem ou à Paris, dans la salle de l’Olympia au milieu de SDF... elle chante, convaincue que « nous ne pouvons pas faire la paix avec nos voisins, si nous ne sommes pas en paix avec nous-même ». Liz Mc Comb n’a pas toujours ressenti cette paix intérieure. Jusqu’à ce qu’elle quitte les siens et s’installe en France dans les années 80, elle vit cette paix par procuration. Elevée dans une famille chrétienne, la jeune Liz se définit avant tout comme une « fille qui veut faire la fête ». « J’allais souvent à l’Eglise, mais on ne trouve pas toujours Dieu dans les Eglises ». Ce qui la branche, c’est la musique : le blues et le jazz. Au fil des années, la pratique du violon, du piano et du chant lui permet de s’approcher un peu de Dieu. « La musique est quelque chose de tellement spirituel que je peux chanter du jazz ou entendre « Le Messie » de Haendel et sentir la présence de Dieu. Un Psaume de l’Ancien Testament ne dit-il pas que Dieu habite nos louanges ? »

 

La paix ? D’abord une conquête individuelle

 

En fait, elle découvre cette paix intérieure après avoir quitté les Etats-Unis. Eloignée de sa famille, avec peu d’argent en poche, Liz Mc Comb connaît des années de galère en Europe. Elle « apprend Dieu toute seule en France ! J’avais toujours été introduite à Dieu par ma famille, explique-t-elle, être seule m’a appris à le vivre, à le dormir, à le manger... »

La solitude, un chemin qui mène à la paix intérieure ? La chanteuse de gospel Liz Mc Comb en est persuadée. Et c’est même, selon elle, une chance à saisir ! « Cette solitude que personne ne peut ressentir à notre place, c’est le début de quelque chose de grand ! » Elle l’a vécu personnellement durant ses premières années en Europe. Dans sa quête de paix, elle cherche à remplir ce vide intérieur de toutes sortes de manières. « Par l’alcool... mais cela ne vous aide pas ! Quand l’effet du bourbon ou du scotch disparaît, votre sentiment de solitude revient de plus belle ! » Liz Mc Comb cherche aussi à combler ce vide existentiel par le sexe. « Lorsqu’on se sent seule, on se dit que si on trouvait un « mec » bien, ça supprimerait passablement de difficultés... Mais là n’est pas la réponse au vide spirituel qui nous habite ! »

Liz Mc Comb apprend alors à faire une place à cette solitude et à l’habiter par la prière. « Quand j’ai essayé de vivre ma solitude en présence de Dieu, j’ai ressenti un amour extraordinaire venir en moi, un amour plus grand que la distance qui nous sépare des étoiles... et aussi petit et tendre qu’un bébé qui vient de naître. » Depuis lors, elle apprend l’écoute de Dieu. Elle essaie d’entendre cette voix intérieure qui, parfois, lui murmure des intuitions. « Le Saint-Esprit n’arrive jamais en vous tapant sur la tête... Il parle dans le silence ! » Et Liz Mc Comb de témoigner d’expériences d’écoute des chuchotements de Dieu, datant d’hier et d’aujourd’hui. « Au début de ma carrière en Europe, j’avais besoin de jolies chaussures pour me produire sur scène et je n’en trouvais pas qui conviennent à mes pieds. J’ai prié le Seigneur et il m’a indiqué où trouver la paire qui me conviendrait. » Mais Liz Mc Comb se dit que l’endroit chuchoté ne peut offrir des chaussures à son goût. Elle fait de nombreux magasins. Sans rien trouver. De guerre lasse, elle se rend dans le magasin dont la voix intérieure lui avait parlé et découvre chaussures à son pied !

 

« Trois chants... et pas un de plus ! »

 

L’Esprit du Seigneur lui parle aussi à l’occasion des concerts qu’elle donne aux quatre coins du monde. Mi-mai 2004, elle chante du gospel à Paris, lors du repas de gala d’un congrès des maires des plus grandes villes du monde. Elle reçoit la consigne : « Trois chants... et pas un de plus ! » Elle commence par un classique de la musique noire : « Let my people go ». Puis chante son dernier tube : « Peacemakers », avant d’interpréter un air plus léger tiré du patrimoine New Orleans. Les maires des plus grandes villes du monde sont emballés. Ils applaudissent à tout rompre. Mais une voix à l’intérieur d’elle-même l’invite à ne pas en rester là. Elle hésite, puis se résout à descendre de scène. Un Africain du Sud vient tout de suite à sa rencontre. Il lui exprime sa reconnaissance. Et Liz Mc Comb de lui expliquer qu’à l’occasion de la libération de Nelson Mandela elle a écrit un chant. Le maire sud-africain ne tient pas en place. Il veut entendre la chanson. Liz Mc Comb remonte sur scène et s’exécute. « Au moment où j’ai commencé à chanter à nouveau, raconte-t-elle, les participants à ce dîner de gala se sont levés de leur siège. » Debout dans les couloirs autour des tables, ils se sont donné la main et ce fut un moment extraordinaire ! « Si je n’avais pas été disponible à cette voix intérieure, nous aurions passé une bonne soirée ensemble. Mais là ce fut un moment exceptionnel ! Alors pourquoi passer de bonnes soirées ensemble, quand on peut en avoir d’extraordinaires... »

 

Serge Carrel

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Wanted : La FREE cherche son responsable financier, un poste-clé pour le développement de projets

    Lun 19 février 2024

    Membre du Bureau des Rencontres Générales, Bernard Frei assure ad intérim le rôle de responsable financier de la FREE. En effet, le poste laissé par Stéphane Bossel est toujours vacant. Le profil recherché ? Un esprit entrepreneurial et collaboratif, en plus d’une expérience dans les finances. Aidez-nous à trouver !

  • Les évangéliques font du "vacarme" sur la Radio suisse romande

    Sam 17 février 2024

    Cette semaine, l'émission Vacarme de la RTS a tenté de cerner pourquoi les communautés évangéliques attirent plus de 40'000 fidèles en Romandie. Le journaliste Samuel Socquet a tendu son micro à plusieurs membres (et ex-membres) d'Eglises évangéliques entre Tavannes, Lausanne et Genève. Des reportages aux titres un brin provocateurs. Mais plutôt représentatifs des convictions évangéliques sur le fond, selon Stéphane Klopfenstein, directeur adjoint du Réseau évangélique suisse (RES).

  • Agriculture : 270 paysans et consommateurs se sont encouragés et ont prié ensemble

    Ven 09 février 2024

    Une journée pour s'encourager, réseauter et prier ensemble: voilà ce qu'ont pu vivre les professionnels des métiers de la terre le 27 janvier dernier. Et pour cette édition dans les locaux du Gospel Center d'Oron, des représentants des consommateurs avaient aussi été conviés. Le Ministre vaudois de l'agriculture a également répondu présent à l'invitation d'une participante.

  • Du métier de pasteur·e. Et vous.

    Ven 09 février 2024

    Philippe Henchoz, pasteur dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, partage sa réflexion à propos du ministère pastoral et de ses défis.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !