Joëlle Emery, animatrice GBE : une passion pour les jeunes!

lundi 12 novembre 2007
Joëlle Emery est animatrice dans les Groupes bibliques des écoles (GBE) du canton de Vaud, un secteur d’activité des Groupes bibliques des écoles et des universités romands (GBEU). Ce qui l’enthousiasme? Le contact avec les jeunes et un profond désir de les encourager à annoncer l’Evangile dans leur environnement scolaire.

«Les GBE ont été le lieu où s’est forgée mon envie de témoigner et où j’ai reçu aussi des outils pour le faire! s’exclame Joëlle Emery. J’ai découvert la dimension du témoignage en groupe, avec des jeunes d’Eglises différentes. C’est là qu’a commencé mon engagement pour le Seigneur.»

L’école: un lieu de choix!
Après avoir élevé ses enfants, Joëlle voulait reprendre une activité professionnelle. «Pendant mes années d’études, c’était facile de témoigner... j’ai eu des occasions comme jamais! J’aimerais encourager les étudiants et leur dire de profiter de ce temps pour témoigner! Car des occasions comme ça, après il n’y en a plus», raconte Joëlle. Durant leurs études, les jeunes sont plus ouverts. L’école est un lieu de choix: tout leur rappelle qu’ils sont en marche, en train de définir leur avenir.
«Alors qu’après, poursuit Joëlle, quand on est impliqué dans une profession, on a le sentiment que l’on a déjà défini sa vie et qu’il n’y a plus rien à changer.» Dans leur lieu de travail, les jeunes adultes se laissent donc moins facilement interpeller par l’Evangile. «Mon témoignage souffrait de ne plus rencontrer les mêmes conditions qu’avant, raconte Joëlle. Bien sûr, je parlais avec mes voisines, j’invitais quelques personnes, mais ce n’était pas aussi facile. Bref, j’avais la nostalgie du temps de mes études.»

Une journée décisive...
Avec Daniel, son mari, Joëlle allait chaque année à la «journée amitié» des Groupes bibliques des écoles et des universités (GBEU). Cette fois-là, le thème était le partenariat. «En fin de journée, se rappelle Joëlle, j’ai demandé à trois jeunes d’un GBE: qu’est-ce que vous attendriez d’un aîné? Comment imaginez-vous vivre concrètement le partenariat? Et ils m’ont dit: on aimerait beaucoup qu’un ancien GBUssien nous visite une fois, nous apporte une petite méditation, et surtout prie pour nous, s’intéresse à nous et soit un vis-à-vis. Je leur ai dit: eh bien moi, cela me plairait beaucoup. Et ils m’ont invitée!»
Les jeunes de ce groupe ont beaucoup apprécié le soutien de Joëlle. Les GBEU avaient justement envie de créer un réseau d’aînés. Et voilà qu’on propose à Joëlle d’être la «marraine» du groupe! Son rôle? Visiter les jeunes en début d’année scolaire, voir leurs visages, enregistrer leurs prénoms... afin de prier pour eux! «Je priais pour eux toute l’année et appelais les responsables une fois par trimestre pour prendre des nouvelles du groupe, savoir ce qui se passait et comment cela allait», raconte Joëlle.

De marraine à animatrice
Joëlle aimait ce rôle de marraine. Le poste d’animatrice venait de se libérer et Joëlle s’y était intéressée. Mais elle manquait de confiance en elle. Suite à l’encouragement d’amis, elle postule... «C’est un cadeau, un travail que j’aime et où je me sens revivre! s’enthousiasme Joëlle. Je suis derrière les jeunes pour les encourager et leur donner des outils pour témoigner à l’école. Les groupes ont deux objectifs: aider les jeunes à oser être chrétiens sur leur lieu
d’études et les stimuler à inviter leurs amis non chrétiens. C’est chouette de témoigner de personne à personne. Mais c’est toute une autre dimension, quand on peut inviter son ami à rencontrer d’autres chrétiens, et qu’il entre en contact avec la Bible!»
Joëlle est maintenant en lien avec tous les GBE du canton de Vaud, soit 23 responsables de 14 groupes. Dans presque tous les gymnases du canton, il y a un GBE. «Quand il y a une tradition de GBE dans une école, cela se passe généralement bien, car le directeur en a l’habitude, explique Joëlle. Je lui écris en début d’année pour lui signaler qui sont les responsables. Je joue donc le rôle de facilitateur.» Ainsi, quand les jeunes demandent une salle, le directeur est déjà avisé. Dans les écoles professionnelles, c’est plus difficile, car il n’y a pas une tradition de GBE. Joëlle facilite alors le démarrage du groupe. Et généralement, elle est convoquée par la direction pour expliquer ce que sont les GBE.

Du «réseautage»
Joëlle réunit les responsables de groupes 4 à 5 fois par année, pour une petite formation et des temps de partage. Elle les encourage à communiquer entre eux leurs sujets de reconnaissance et de prière. «Le «réseautage» commence à bien marcher. L’an dernier, par exemple, il y a eu plein d’affiches qui ont circulé entre les groupes. Elles ont pu servir plusieurs fois... et ils se sont beaucoup encouragés avec cet échange!»raconte Joëlle.
L’année dernière, un responsable a pris l’initiative de faire un grand pique-nique au bord du lac. Il avait invité tous les GBE du canton de Vaud, en utilisant la liste d’adresses de Joëlle. Une bonne trentaine de jeunes sont venus, ce qui a beaucoup encouragé l’initiateur de cette rencontre. En même temps, cela a été très formateur: il a vu l’effort que représentait l’organisation d’un tel événement.

Faire confiance aux jeunes!
L’atout des GBEU, c’est de faire confiance aux jeunes. Il y a quelque temps, une fille craignait de devenir responsable. Alors elle a pris un jour pour prier. Suite aux encouragements de Joëlle, elle s’est trouvé une amie pour prier avec elle. Puis Joëlle a eu l’idée de leur proposer de petites méditations autour de la prière, pour les aider à commencer. Finalement, ce groupe a très bien fonctionné, sans plus avoir besoin d’aide pour préparer leurs méditations. «On travaille à notre disparition!» s’exclame Joëlle avec une pointe d’humour.
En début d’année, il est très important de créer la confiance, pour que les responsables aient le sentiment d’appartenir à une équipe. «Je visite chaque groupe deux fois par an. J’essaie de voir leurs besoins. Une fois, j’ai été appelée par des responsables à jouer un rôle de médiation. J’ai trouvé cela très riche, et leur confiance m’a énormément touchée», se souvient Joëlle. L’an dernier, une responsable avait à cœur de distribuer des bandes dessinées d’Alain Auderset dans son école. Joëlle a appuyé ce projet et s’est beaucoup réjouie de l’enthousiasme que cette action a suscité à tous les niveaux.

Un témoignage fragile...
Joëlle considère son rôle de «facilitateur» comme tout simple... mais c’est dans un contexte de grande fragilité! «Parce que c’est fragile, le témoignage des jeunes! Reconnaît Joëlle. L’école est un lieu d’affermissement de leur foi. Notre association permet de soutenir leur témoignage dans la durée. Je fais aussi le lien entre les jeunes qui sortent des écoles, pour les orienter vers les groupes des universités. Et là, il y a des jeunes qui viennent de pays fermés à l’Evangile... c’est une terre de mission incroyable!» C’est certain: Joëlle a la passion des jeunes. Mais la passion qui l’anime pardessus tout, c’est de leur partager l’Evangile!

Anne-Catherine Piguet

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Le Coast Camp a dû changer de chalet au pied levé, mais l’enthousiasme reste au beau fixe

    Ven 09 décembre 2022

    Un mois et demi avant le début du Coast Camp – un camp de ski réunissant plusieurs groupes de jeunes chrétiens – ses responsables ont dû trouver un autre hébergement. Le revers positif de la médaille, c’est que le nouveau centre de camp permet d’accueillir plus de monde. Les inscriptions sont encore ouvertes.

  • La FREE a signé la Charte « Ensemble contre les comportements transgressifs », élaborée et lancée par le Réseau évangélique suisse

    Ven 09 décembre 2022

    Présentée le 6 décembre 2022, la Charte « Ensemble contre les comportements transgressifs » vise à prévenir l’exploitation sexuelle, l’abus de pouvoir et d’autres violations de limites au sein des Eglises, organisations et œuvres chrétiennes. A l’instar d’une douzaine de fédérations d’Eglises, la FREE s’est engagée, par sa signature, à prévenir les comportements abusifs.

  • HET-PRO : une première volée de maîtres de stage

    Ven 09 décembre 2022

    La Haute école de théologie (HET-PRO), à Saint-Légier, vient de décerner vingt et une attestations à des personnes – pasteurs ou collaborateurs dans des œuvres chrétiennes – qui se sont formées comme maîtres de stages. Les participants témoignent de l’utilité d’une telle formation.

  • Un Suisse dans les prisons africaines du Congo RDC

    Jeu 08 décembre 2022

    Le Valaisan José Mittaz, prêtre et chanoine du Grand-St-Bernard, est actuellement au chevet des détenus de Bukavu et Kabare en République démocratique du Congo. Il met ainsi à profit un temps sabbatique auprès d’une population dans laquelle il dit reconnaître des sœurs et des frères en humanité. Un engagement inspirant dans cette période de l’Avent.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !