Jean-Michel Rey, un entrepreneur social avec des projets plein la tête

jeudi 19 juin 2008
Jean-Michel Rey est un entrepreneur pas comme les autres ! En tant que président d’une fondation, il achètera en décembre un terrain de 15'000m2 à St-Cergue, pour y accueillir des jeunes en difficulté. Idée délirante ou inspiration divine ? Jean-Michel rêve d’y installer la Ficelle, le mythique métro lausannois…

Jean-Michel Rey n’en est pas à son premier coup de folie ! Il y a dix ans, à partir de rien, il créait à Nyon le SEMOLAC (Semestre de motivation de la Côte), afin de mettre au travail 5 jeunes en difficulté, puis 10… et aujourd’hui 120 ! « Mon but premier est d’insérer ces jeunes professionnellement, mais on ne peut le faire sans tenter de résoudre d’abord des problèmes sociaux, de logement ou d’argent, qui constituent pour eux l’obstacle fondamental », confie Jean-Michel.

Nouveau concept
5 à 10% des jeunes dont le SEMOLAC s’occupe, ont de graves problèmes de logement. Jean-Michel Rey a décidé d’agir avec l’aide de ses partenaires, en lançant un nouveau concept : l’achat d’une auberge communale désaffectée, sur le terrain des Cheseaux à St-Cergue, pour offrir un hébergement à ces jeunes en difficulté.
« Avec 60 à 70 de ces jeunes, nous devons réaliser des travaux d’utilité publique. Il fallait créer un gros chantier permanent, permettant d’avoir du travail varié pour un grand nombre », explique l’entrepreneur social. Depuis une année que la promesse de vente est signée, l’équipe retape les locaux et aménage le terrain. L’idée serait à terme d’offrir aussi un coup de pouce à des adultes précarisés. Le site des Cheseaux pourrait être un lieu de vie, où ils trouveraient un soutien matériel et logistique.

Une grâce particulière
Tous les jours, il y a d’énormes défis. Jean-Michel Rey sent vraiment la grâce de Dieu qui le soutient. « J’en suis tout ébranlé », nous confie-t-il. Le terrain sera acheté le 14 décembre prochain. Les ateliers ont déjà commencé à restaurer des chambres de l’auberge avec les jeunes, « et quand les trois premières chambres ont été terminées, quatre demandes d’hébergement sont arrivées ! »
Le week-end avant l’entrée des résidents, Jean-Michel et sa femme Claire sont allés préparer les chambres. Ils venaient de recevoir du matériel qu’une école hôtelière liquidait. En ouvrant les sacs reçus, ils ont trouvé des draps, des oreillers, des linges de toilette… tout était là !
Un billard et un piano sont aussi arrivés de façon tout à fait providentielle. « Les contacts échangés autour du billard ont permis de créer une ambiance entre les résidents », se réjouit l’explorateur social, comme il se définit lui-même. Les Rey ont embauché leurs enfants et des amis pour effectuer des veilles. Pour Jean-Michel, « c’est un véritable défi d’embaucher des jeunes qui ont à peu près l’âge des résidents des Cheseaux. Mais c’est une forte interpellation, pour les résidents, de voir des jeunes qui se comportent différemment. »

Quand les idées fourmillent…
La fondation a racheté un mini-golf. Le suivi en est confié aux résidents ainsi qu’aux membres du groupe de jeunes de St-Cergue. Il s’agit de vendre des entrées de mini-golf. Et l’argent récolté sert à des plans de désendettement pour les jeunes en difficulté. « Comment peut-on envisager un avenir, quand à vingt ans on se retrouve avec 20'000 francs de dettes, et ce d’autant plus que ces jeunes n’ont jamais gagné d’argent ? Pour réussir ce challenge, il faut que des gens viennent jouer au mini-golf ! » lance l’explorateur social tout enthousiaste.
Jean-Michel Rey fourmille d’idées : aménager un terrain de foot et de volley, une piste pour des voitures à pédales, un circuit de petit train, un parc pour des animaux… Il s’agit de donner une occupation valorisante et interactive à ces jeunes. Jean-Michel avait prévu d’installer de vieux wagons CFF. Dernièrement, il tombe sur une annonce des transports lausannois : « Qui adopterait la Ficelle ? » Alors sans attendre, il téléphone…

Un bout de Ficelle, s’il vous plaît !
 « Ils ont cherché un repreneur dans le monde entier, auprès de collectionneurs et de musées. C’est le seul métro à crémaillère du monde ! » s’exclame Jean-Michel. « J’ai dû réadapter un peu mon projet des Cheseaux. J’ai offert aux transports publics lausannois de reprendre ce qui leur restera, sauf deux locomotives sur les trois. Il y a une forte vraisemblance qu’une rame du métro lausannois finisse à St-Cergue ! » dit Jean-Michel, le regard pétillant. « C’est difficile de dire où est ma propre folie ou bien l’inspiration divine… Où je suis ému, c’est que ce projet délirant d’un train était déjà prévu sur la maquette. Il faisait partie du concept. »

Un journaliste de « 24 Heures » a appris que Jean-Michel s’intéressait à la Ficelle. Le lendemain, l’entrepreneur social a des sueurs froides : son projet faisait les gros titres… et la municipalité de St-Cergue n’était pas encore au courant ! « Ce qui est génial, c’est que cela m’a permis d’obtenir en une semaine l’autorisation de la municipalité ! Elle est enthousiasmée par ce projet, pour les retombées touristiques et l’image de marque du village ». L’idée est de transformer les wagons en ateliers, pour en faire un train des artisans pour des personnes précarisées.

Attention ! Départ du train dans… 3 mois !
« Le métro doit quitter la ville de Lausanne en février, ce qui m’impose un timing que je n’aurais pas choisi », s’inquiète Jean-Michel. Il s’agit de négocier le métro en 3 mois, de finaliser l’achat du terrain en décembre… et d’acheter la parcelle contiguë qui vient d’être mise en vente ! Pour trouver le financement, l’entrepreneur social a fait appel à des associations et fondations… et il attend avec foi !
Jean-Michel Rey est soutenu par un groupe d’amis et par ses collaborateurs. Il est tellement dépassé par les événements qu’il peine à donner des nouvelles régulières aux Eglises. « Cette année, j’ai monté autant de projets qu’en 7 ans au SEMOLAC ! J’ai mis en place un lieu qui permettrait aux chrétiens d’être témoins, de servir… et pourtant je n’ai que peu d’échos. »

Evangéliser ?
« La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. » En relisant ce texte de l’Evangile, Jean-Michel Rey a découvert deux choses : le Seigneur sème et les anges moissonnent. Or souvent, les chrétiens se croient obligés de semer et de moissonner ! « Pourquoi y a-t-il peu d’ouvriers ? A cause d’un profil peu alléchant : « Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». C’est une très mauvaise annonce en terme de marketing ! Et pour ceux qui n’auraient pas encore compris, Jésus dit : « Ne prenez rien avec vous ! » Cela signifie oser vivre dans la pauvreté. Or ceci ne représente aucun intérêt pour le chrétien moyen actuel ! » conclut Jean-Michel Rey. On ne doit pas évangéliser ou convertir les gens, mais les servir. C’est peu valorisant et peu spectaculaire, mais c’est ce que Dieu nous demande. Et il saura lui-même se manifester à eux.
« Je suis réjoui de voir combien les gens ont des questions. Il y a une soif d’apprendre sur Dieu qui est incroyable. Il ne faut pas qu’on gaspille cet élan ! » Jean-Michel Rey est aussi conscient des difficultés : « Le peuple de Dieu ne peut plus se permettre de snober la détresse de l’humanité. Mais il est dans un tel désarroi qu’on ne sait pas s’il peut encore s’occuper de la détresse des autres... »
A la résidence des Cheseaux, Jean-Michel se contente de répondre aux questions. Et comme par hasard, tous ont des questions sur Dieu ! « Certains demandent :
- Vous croyez que Dieu nous entend ?
- Oui.
- Bon, mais vous croyez que par rapport à mon problème, il entend ?
- Tu veux qu’on lui dise ?
- Ouais, mais comment on fait ?
- Dis-moi ton problème, puis dis-le à Dieu !
- J’y arrive pas.
- Bon, je vais le lui dire pour toi : Dieu, tu vois, X a tel problème, tu peux t’en occuper ? Amen.
Certains reviennent vers moi tout enthousiastes de ce qui est arrivé. L’Eglise doit apprendre beaucoup sur le service, la patience, le désintérêt… et je ne suis pas tellement un bon exemple, car je retire beaucoup de mon travail ! » reconnaît Jean-Michel.

Un service d’accueil
L’ancienne auberge des Cheseaux recevra bientôt les jeunes et les familles. Un restaurant social proposera des repas de midi à tarif réduit. Un tea-room ouvrira l’après-midi. Un bar-jeunesse le soir accueillera les jeunes du village dans une atmosphère saine. Le week-end sera réservé à des activités pour les familles. « Mon rêve ? Que les Eglises adoptent cet endroit comme lieu de détente ! », conclut Jean-Michel Rey.

Anne-Catherine Piguet

  • Encadré 1: Bio express
    Claire et Jean-Michel Rey
     ont trois enfants. Ils font partie de l’Eglise évangélique de l’Arc-en-ciel à Gland (AESR). Après sa formation d’instituteur, Jean-Michel Rey a travaillé 16 ans comme éducateur. Il se définit comme un entrepreneur et explorateur social.
Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Il était une foi des sages [1]

    Ven 12 juillet 2024

    Combien de fois, en croisant une personne ou en discutant avec elle, vous êtes-vous posé la question : « Je me demande comment elle était quand elle était petite ? » Mais notre pudeur toute suisse nous empêche de poser des questions. Il ne faudrait quand même pas déranger avec nos questions, n’est-ce pas ?

    Marie Ray, dans ce podcast, est allée interviewer des sages, à propos de leur enfance, de leur adolescence et de leur foi. Le résultat ? Un récit de vie à deux voix qui vous plonge dans l’histoire insoupçonnée d’un sage inspirant. Venez donc chaque semaine retrouver Antoine, Pierre-André, Vreni, Cécile et les autres.

  • Concours de la FREE : Quatre bourses d’études ont été attribuées

    Ven 12 juillet 2024

    Début 2024, par le biais de son journal VIVRE, la FREE a lancé un concours pour encourager des chrétiennes et chrétiens, jeunes ou moins jeunes, à entrer dans leur vocation. Les quatre gagnants, trois garçons et une fille dans la vingtaine, sont aujourd'hui connus. Chacune et chacun recevra une bourse de formation en vue de ses études à la HET-PRO ou à la Start Up Ministries.

  • France: Une enquête sur l'éducation sexuelle auprès des jeunes évangéliques

    Ven 05 juillet 2024

    Quels sont les besoins en matière d’éducation sexuelle des jeunes évangéliques ? Quels sont les apports et les manques de l’enseignement des Églises dans ce domaine ? C’est sur ces questions que s’est penchée l’enquête « Éducation sexuelle scolaire versus communautaire : impacts, besoins et disparités de genre chez les jeunes adultes évangéliques en France ». Publiée en mai dernier, cette enquête est le fruit du travail d’André Letzel, ancien pasteur, conseiller conjugal et sexologue, et de Brice Gouvernet, docteur en psychologie et maître de conférence. 

  • Donald Trump, à nouveau « le moindre mal » pour les évangéliques blancs !

    Jeu 04 juillet 2024

    C’est probablement le premier candidat à l’élection présidentielle américaine à être visé par plusieurs procédures judiciaires. Toutefois, Donald Trump recueille à nouveau le suffrage d’une majorité d’évangéliques blancs. Éléments d’explications avec Matthieu Sanders, pasteur baptiste à Paris. Ce Franco-américain est diplômé en sciences politiques et en théologie. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Églises évangéliques.]

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !