Emmanuel Schmid, un volcan au service de la jeunesse de Suisse romande

mercredi 16 janvier 2008
Depuis une année, Emmanuel Schmid est le coordinateur jeunesse de la FREE. L’homme est direct. Désireux de transmettre son trésor à la jeunesse de nos Eglises et aux autres. Côté ecclésial, Emmanuel vient de l’Armée du salut. Il affiche un parcours pour le moins atypique... Portrait.

Si vous demandez à Emmanuel Schmid depuis quand il est converti, il vous répondra avec un brin d’humour : «Depuis ma naissance !» Dans l’Armée du salut, l’Eglise de ses parents, Emmanuel avait l’habitude de s’avancer lors de chaque appel à la conversion. Ce qui ne l’empêche pas de traverser une profonde crise à l’adolescence. A partir de 15 ans et demi, il vit et s’assume seul... Il entreprend un apprentissage de menuisier. Il garde quelques contacts avec l’Eglise. Mais sa vie, c’est les copains !

Ne plus jouer avec Dieu...
A 20 ans et demi, Emmanuel se marie avec Monique. «J’ai décidé de ne plus jouer avec Dieu, et de vivre sans les puissances qui me dominaient. J’étais fan de hard rock... et je me suis rendu compte que je n’étais pas libre. Alors j’ai décidé de rompre avec cela et de devenir esclave de Dieu !» se souvient Emmanuel. Depuis son enfance, il avait conscience que le Seigneur l’appelait à un ministère à plein temps. «Mais je refusais de devenir officier de l’Armée du salut !» reconnaît Emmanuel.
Après ce tournant dans sa vie, Emmanuel arrête ses études de trompettiste. Il part avec Monique dans une école de disciples de la Porte ouverte, à Chalon. Ils suivent deux années de formation avant de faire un stage de 6 mois dans le Jura. Bouillant pour le Seigneur ! Dans le feu de son enthousiasme, Emmanuel part comme missionnaire en Afrique. Il pensait y rester toute sa vie... Mais après quelques semaines, lorsque son épouse arrive sur place avec les enfants, Emmanuel l’accueille par ces mots : «On s’est trompés...» Six mois plus tard, c’est le douloureux retour en Suisse. Mais cet échec ne les arrêtera pas dans leur enthousiasme pour le Seigneur ! Emmanuel trouve un poste de directeur adjoint à la Résidence de l’Armée du salut à Lausanne. Durant trois ans, il s’occupe de ce lieu d’accueil à seuil bas, destiné aux personnes toxicomanes et alcooliques. Puis il retourne 3 ans dans le pastorat, à Fleurier… mais pas question de faire l’école militaire de l’Armée du salut !

De directeur, pasteur, entrepreneur, éducateur...
Pendant 5 ans, Emmanuel dirige ensuite le Service d’entraide et de liaison (SEL) en Suisse. En parallèle, il exerce un ministère pastoral aux Ponts-de-Martel. Ensuite, il crée sa propre entreprise : Vision Plus. Son but ? Implanter des Eglises, grâce à un travail auprès des enfants.
Ainsi, Emmanuel fonde ou soutient des écoles au Burkina-Faso et au Tchad. «Avec Vision Plus, j’ai voulu aider là où les autres ne vont pas. Mon but était de servir la cause des plus petits, par un engagement social qui démontre l’amour de Dieu. Ensuite, l’idée était d’implanter des Eglises.» L’entreprise ne permettant pas de faire vivre la famille, Emmanuel travaille 4 ans comme éducateur et maître socioprofessionnel au Foyer André, qui s’occupe de personnes toxicomanes à la Côte-aux-Fées.

... à coordinateur jeunesse
L’aumônier du Foyer André a vu l’annonce de la Commission jeunesse de la FREE (CJ), et l’a transmise à Emmanuel. «Et je l’ai mise à la poubelle, car je ne connaissais pas...», admet Emmanuel. Mais le Seigneur avait ses plans ! Et c’est à l’unanimité que la CJ a plébiscité son nouveau coordinateur jeunesse !
Ce qui passionne Emmanuel ? «L’œuvre de Dieu, pour les jeunes et moins jeunes ! Esaïe 61 est le centre de mon appel : proclamer la liberté à tous ceux qui sont sous l’esclavage, que ce soit dans leur corps, dans leur âme et dans leur esprit», raconte le coordinateur jeunesse.

Grand saut dans la FREE!
Emmanuel a sauté d’un coup dans la FREE, une Fédération qu’il ne connaissait pas du tout. Et il a eu plusieurs surprises positives… Dieu merci ! «J’ai découvert une grande ouverture et humilité, ainsi que la capacité de remise en question de la part du corps pastoral, se réjouit Emmanuel. J’apprécie aussi la richesse des individualités, qui fait que la «base» se mobilise. Mais la force de l’identité congrégationaliste a aussi ses faiblesses : il faut convaincre chaque individualité, car il manque une autorité externe à l’Eglise locale.» Le cheminement est long jusqu’à ce qu’on fédère et mobilise chacun !
Cette année, Emmanuel l’a surtout consacrée aux contacts. Il encourage et forme les animateurs
Régionaux, ainsi que les responsables de groupes de jeunes qui le demandent. Son rêve ? Que toutes les Eglises de la FREE bénéficient d’un animateur jeunesse régional qui soit au service de la Suisse romande. Cela correspondrait à 10-12 plein temps...
Le coordinateur jeunesse regrette quelques visions trop étroites. «On a de la difficulté à voir au niveau romand, à avoir une vision plus large que l’Eglise locale, déplore Emmanuel. La Fédération, ce n’est pas d’additionner des forces, mais de les mettre en synergie. Ainsi, on peut libérer des ministères dans les Eglises locales, pour en faire bénéficier toute la Romandie. Il n’y a pas d’opposition entre un service local, régional ou même international !»

«Booster» les jeunes...
Le message pour les jeunes est simple, mais profond : «Bouge-toi pour Jésus, choisis qui tu veux servir, travaille pour Dieu... bref, sois consacré !» s’enthousiasme Emmanuel. Ainsi, le dernier dépliant des activités de la CJ s’appelle « En marche ! ». Et les activités proposées concernent aussi bien les ados que les jeunes et jeunes adultes.
«J’ai envie de donner le moyen aux jeunes de vivre leur consécration missionnaire, sociale, humanitaire. Car on est là pour les perdus ! C’est important de motiver les jeunes et moins jeunes à aller vers les gens de la rue... Je ne renie pas du tout mes origines salutistes : on est sauvés pour servir ! Tel était l’état d’esprit de William Booth, le fondateur de l’Armée du salut», explique Emmanuel.
Pourquoi la consécration ? «Parce que cela en vaut la peine ! s’exclame Emmanuel. Le manque de sécurité d’emploi ne change pas Dieu ! Dieu est fidèle, il n’a pas changé : il appelle toujours autant. S’il y a moins de jeunes qui se lèvent pour la mission, c’est qu’ils ne répondent pas... Il s’agit de prendre des risques. Qui va relever les défis de Dieu aujourd’hui?»

... et les aînés !
Emmanuel n’hésite pas non plus à interpeller les aînés : «Osons accepter de nouveaux modèles d’Eglises, osons changer de modèles !» Le nouveau coordinateur jeunesse a très à cœur de travailler avec les conseils d’anciens, pour oser réfléchir ensemble à de nouveaux modèles. «Cela fait souffrir les aînés, de mourir à leur culture... reconnaît Emmanuel. Mais il est capital de développer une vision d’Eglise qui corresponde à la société d’aujourd’hui ! C’est un don de soi, de la part des aînés, de payer et de libérer des ministères.» Avec cette image forte, Emmanuel conclut : «Soyons des trampolines, pour libérer les jeunes... plutôt que des bouchons !»

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Le Coast Camp a dû changer de chalet au pied levé, mais l’enthousiasme reste au beau fixe

    Ven 09 décembre 2022

    Un mois et demi avant le début du Coast Camp – un camp de ski réunissant plusieurs groupes de jeunes chrétiens – ses responsables ont dû trouver un autre hébergement. Le revers positif de la médaille, c’est que le nouveau centre de camp permet d’accueillir plus de monde. Les inscriptions sont encore ouvertes.

  • La FREE a signé la Charte « Ensemble contre les comportements transgressifs », élaborée et lancée par le Réseau évangélique suisse

    Ven 09 décembre 2022

    Présentée le 6 décembre 2022, la Charte « Ensemble contre les comportements transgressifs » vise à prévenir l’exploitation sexuelle, l’abus de pouvoir et d’autres violations de limites au sein des Eglises, organisations et œuvres chrétiennes. A l’instar d’une douzaine de fédérations d’Eglises, la FREE s’est engagée, par sa signature, à prévenir les comportements abusifs.

  • HET-PRO : une première volée de maîtres de stage

    Ven 09 décembre 2022

    La Haute école de théologie (HET-PRO), à Saint-Légier, vient de décerner vingt et une attestations à des personnes – pasteurs ou collaborateurs dans des œuvres chrétiennes – qui se sont formées comme maîtres de stages. Les participants témoignent de l’utilité d’une telle formation.

  • Un Suisse dans les prisons africaines du Congo RDC

    Jeu 08 décembre 2022

    Le Valaisan José Mittaz, prêtre et chanoine du Grand-St-Bernard, est actuellement au chevet des détenus de Bukavu et Kabare en République démocratique du Congo. Il met ainsi à profit un temps sabbatique auprès d’une population dans laquelle il dit reconnaître des sœurs et des frères en humanité. Un engagement inspirant dans cette période de l’Avent.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !