Verdicts rendus à Strasbourg : Michael Mutzner choqué

mercredi 23 janvier 2013

La liberté religieuse n’est pas une valeur absolue : c’est ce que démontrent les verdicts rendus par la Cour européenne des droits de l’homme dans quatre affaires en lien avec les convictions de chrétiens. A Genève, le spécialiste Michael Mutzner se dit notamment choqué par l’un des cas.

La Cour européenne de Strasbourg est un moyen de recours pour les personnes qui estiment que leurs droits fondamentaux n’ont pas été respectés. Le 15 janvier dernier, elle a rendu son verdict dans quatre affaires concernant des chrétiens britanniques qui estimaient avoir été licenciés ou mutés de façon abusive en regard de leurs convictions religieuses.

 
Victoire pour une hôtesse de l’air
Une hôtesse de l’air de la compagnie British Airways a obtenu gain de cause contre son employeur. Elle avait été mutée pour avoir refusé de retirer son pendentif en forme de croix. La Cour a estimé que le code vestimentaire de la compagnie aérienne ne pouvait pas empiéter sur les convictions de l’intéressée. « Les juges de Strasbourg ont reconnu que le port d’une croix chrétienne fait partie de la liberté religieuse, ce que n’avait pas reconnu les tribunaux britanniques, et cela me réjouit, confie à Genève Michael Mutzner, secrétaire général adjoint du Réseau évangélique suisse et auteur d’un dossier sur l’expression religieuse dans l’espace public *. Le fait que ceci n’est pas une pratique obligatoire découlant de la foi chrétienne n’y change rien : elle reste malgré tout comme une composante de cette liberté. »
 
Une infirmière n’obtient pas gain de cause
Une infirmière qui refusait pareillement de retirer son pendentif en forme de croix dans l’exercice de son métier a par contre été déboutée : la Cour a donné raison à l’employeur pour des motifs de sécurité professionnelle. « Dans ce cas précis, il faut savoir que l’hôpital lui avait proposé des alternatives, tenant compte à la fois des exigences sanitaires comme l’interdiction de pendentifs, tout en lui permettant de porter sa croix en broche, ce que cette personne a refusé », précise Michael Mutzner.
 
Un thérapeute et une officière d’état civil déboutés
Les deux autres cas sont liés à des refus d’exercer sa profession à l’égard de couples homosexuels. Un thérapeute familial et une officière d’état civil sont concernés. Le premier a laissé sous-entendre qu’il ne pourrait conseiller des homosexuels, et la seconde a refusé de conclure des cérémonies de partenariat civil entre couples de même sexe. Dans ces deux affaires, la Cour a estimé que la liberté religieuse ne pouvait empiéter sur les droits d’autrui. Elle a donc rejeté ces deux demandes.

Une question de curseur
« En rapprochant quatre affaires distinctes, la Cour a voulu définir les limites de la liberté religieuse, analyse dans les colonnes du journal La Croix Patrice Spinosi, avocat à la Cour de cassation et spécialiste de la Cour européenne des droits de l’homme. La Cour veut bien montrer où est placé le curseur, poursuit-il. Les juges de Strasbourg disent que dans l’espace public et dans l’espace privé, la liberté de pouvoir exprimer sa religion existe, sauf lorsqu’elle aboutit à méconnaître une autre liberté publique ou présente un danger pour certaines personnes. »
 
Violation de la liberté de conscience
La décision qui concerne l’officière d’état civil choque néanmoins profondément Michael Mutzner : « Ses conditions de travail ont évolué en cours d’emploi, l’amenant à faire quelque chose qui allait contre sa conscience, à savoir enregistrer et conduire des cérémonies pour des couples homosexuels. Plutôt que de rechercher une solution pragmatique et mesurée, son employeur a voulu la forcer à aller contre sa conscience, sous peine de licenciement. Il s’agit pour moi d’une violation flagrante de la liberté de conscience de cette personne. »
Pour transposer le cas en Suisse romande, est-il par conséquent à craindre qu’un pasteur se fasse licencier s’il refuse de célébrer un rite entre partenaires de même sexe ? « Effectivement, répond tout de go le secrétaire général adjoint du Réseau évangélique suisse. Si une telle décision de licenciement venait à avoir lieu en Suisse, et que les tribunaux suisses n’intervenaient pas en faveur du pasteur, la Cour européenne ne viendrait probablement pas davantage à son secours et estimerait que ce licenciement ne représente pas une violation de la liberté de conscience du pasteur. »
 
L’assistance au suicide sous la loupe
Autre cas hypothétique romand sous la loupe avec l’assistance au suicide qui a fait son entrée dans les EMS vaudois : « Si le jugement de la Cour n’est pas renversé par la Grande Chambre (ndlr : qui peut être saisie dans des cas de recours exceptionnels), alors effectivement la liberté de conscience d’un directeur d’EMS qui refuserait d’appliquer la nouvelle loi vaudoise sur l’assistance au suicide ne serait pas protégée par la Convention européenne des droits de l’homme, estime Michael Mutzner. La Cour dirait probablement que l’on se situe dans le domaine de la marge d’appréciation laissée à la Suisse dans l’application de la Convention européenne des droits de l’homme. »
La Cour de Strasbourg n’a toutefois pas la compétence de remettre à l’ordre elle-même un directeur d’EMS en Suisse. Seules les autorités helvétiques ont cette compétence.
Gabrielle Desarzens
 
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !