Philippe Jobin, syndic, député et bientôt au Conseil national ?

Serge Carrel vendredi 04 octobre 2019 icon-comments 2

Plusieurs membres ou proches des Eglises de la FREE sollicitent les suffrages des électeurs en vue des élections au Conseil national. Après le portrait de Laurent Wehrli (PLR), voici celui de Philippe Jobin, syndic d’Echichens, député et chef de groupe au Grand Conseil vaudois, qui court sous les couleurs de l’UDC.

« Il faut voter pour quelqu’un qui a des compétences et une éthique ! » Sur les hauts d’Echichens, Philippe Jobin reçoit sur son exploitation arboricole et agricole. Ce membre de l’Eglise évangélique de l’Oasis à Morges (FREE) est actuellement très occupé par sa candidature au Conseil national. Syndic du lieu depuis le 1er juillet, député au Grand Conseil vaudois depuis 12 ans, il est aussi le chef du groupe des 25 UDC au parlement vaudois. Actuellement, ses activités politiques au plan communal et cantonal l’occupent à 75 ou 80 pour cent.

Avec André Bugnon comme mentor

Pour mener sa campagne à bien, Philippe Jobin s’est entouré d’un comité de 7 personnes, principalement des jeunes entre 20 et 30 ans, avec son épouse Laurence comme responsable des finances. Et l’équipe est active : avec des affiches du candidat suspendues aux lampadaires, avec des clips de campagne sur les réseaux sociaux, avec des courriers personnalisés à certains électeurs potentiels, et avec des portraits du candidat répartis aux quatre coins du canton sur des affiches grand format.

« J’arrive à un âge où c’est un peu quitte ou double, explique ce producteur de jus de pomme et de cidre. Je suis vieux sans l’être trop. Et mon mentor, André Bugnon, ancien président du Conseil national, m’a encouragé à me lancer. » Fort de cet appui qu’il a nommé « chef de campagne », Philippe Jobin espère compter parmi les représentants vaudois UDC à Berne.

« Un peu seul » contre le mariage pour tous !

Parmi les motivations qui le poussent à poser sa candidature au conseil national, il y a tout d’abord les questions éthiques. « Sur des sujets comme le « mariage pour tous », j’ai l’impression d’être parfois un peu seul, déplore-t-il. Mais à mon sens le Pacs est suffisant. Je suis contre l’adoption d’enfants par des couples homosexuels et le don de sperme à des couples de lesbiennes. » Sur les questions de migration et d’accueil des étrangers, il ne comprend pas le pasteur Norbert Valley (FREE) qui recourt devant la justice contre sa condamnation pour « crime de solidarité ». « Pour moi, il est impératif qu’un pasteur respecte la loi qui a été adoptée par les chambres fédérales, l’émanation du peuple. La désobéissance civile conduit à l’anarchie. »

Mais ce n’est pas uniquement pour des raisons éthiques que le chef du groupe UDC au Grand Conseil vaudois aimerait siéger à Berne. Il souhaite aussi défendre le monde paysan dans les débats autour de l’Accord de libre-échange avec les pays d’Amérique latine (Mercosur), mais aussi contre la stigmatisation dont sont victimes les éleveurs de bétail par certains antispécistes. « Les médias ont rapporté différentes attitudes répréhensibles de producteurs de viande, que je condamne également. Mais on a mis tout le monde dans le même panier. Les médias ont fait une généralisation et cela je ne le supporte pas. 98 pour cent des agriculteurs font très bien leur travail. Et il importe de leur en faire crédit ! »

Pour une couverture sociale des femmes paysannes

Dans ses objectifs pour Berne, Philippe Jobin souhaite aussi valoriser la reconnaissance des femmes paysannes. « J’étais à leur manifestation le 14 juin dernier sur la place fédérale avec Anne Challandes, la présidente de l’Union des femmes paysannes et des femmes rurales de Suisse, pour que notre société reconnaisse le travail des paysannes et qu’elles puissent toucher un salaire et les prestations sociales qui leur sont dues, notamment au moment de la retraite. Il y a trop de couples d’agriculteurs qui, une fois retraités, se retrouvent dans la disette. Et ce n’est pas juste, alors qu’ils ont travaillé à deux sur leur domaine pendant toute leur vie ! » Avec Laurence son épouse, Philippe Jobin se considère comme un couple atypique, puisqu’ils sont tous les deux actionnaires à 50 pour cent de leur entreprise, et qu’ils touchent un salaire avec paiement des cotisations sociales et constitution d’un deuxième pilier.

A la question de savoir s’il est facile de se déclarer évangélique dans le monde politique, Philippe Jobin est franc… et lâche : « Etre évangélique en politique, c’est un peu comme être femme dans ce monde-là! Il faut prouver que tu en as l’étoffe, plutôt au niveau 4 qu’au niveau 1 ! »

Serge Carrel

2 réactions

  • Norbert Valley vendredi, 04 octobre 2019 09:40

    Nous n'avons apparemment pas la même conception de l'amour du prochain. Quand la loi est inique il faut s'y opposer même quand elle est approuvée par le peuple. Faudrait-il suivre le peuple si dans une votation il décidait majoritairement que Dieu n'existe pas ?

  • Rusovsky Désiré vendredi, 04 octobre 2019 10:18

    J'avoue que j'ai beaucoup de peine à comprendre comment on peut concilier les valeurs de l'Évangile avec celles de l'UDC.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !