×

Message

Failed loading XML...

Alain Normand publie un livre de 440 pensées: «Que du bonheur… malgré tout!»

Serge Carrel vendredi 02 octobre 2020

A 81 ans, Alain Normand, homme de médias, publie un livre de 440 pensées autour du thème du bonheur (1). L’occasion pour celui qui aujourd’hui est atteint de troubles de l’élocution de continuer à faire résonner sa voix en rappelant que « le bonheur, c’est de suivre à la trace celui qui est le Chemin ». Interview réalisée grâce à un échange de courriels.

 

Pourquoi avez-vous publié 440 pensées ?

En fait, 439 + 1… Je les ai écrites de juin 2019 à juillet 2020. Il y en a eu une douzaine de plus, mais comme je ne voulais pas dépasser 160 pages pour ce genre de livre, j’ai fait en sorte que… l’inspiration n’aille pas plus loin ! Appeler la dernière « + 1 », c’est un petit suspense malicieux en forme de gag, tout comme, à côté, la photo d’une sculpture en bois taillée à la tronçonneuse, et qui, paraît-il, ressemble à s’y méprendre à un auteur… qui écrit des pensées ! J’y verrais plutôt une sorte de prophète qui montre, la main levée, d’où vient le bonheur.

Quelle est la pensée de ce livre que vous affectionnez le plus ?

Toutes ! Sans exception ! Car elles sont l’expression d’une inspiration intégrée comme la vie, avec ses facettes plurielles, qui, de la naissance à la mort, fait un tout. Mais peut-être que mes lecteurs réussiront, quant à eux, à en choisir une en particulier, celle de leur préférence ?

En quoi le genre littéraire « pensées » vous paraît-il pertinent aujourd'hui ?

C’est leur aspect lapidaire. Les pensées peuvent être lues rapidement, pour une méditation prolongée. Le jour, la soirée, la nuit même. Dans le train, au bord du lac, et même… au petit coin, ce lieu de solitude favorable à une cogitation de courte durée ! D’autre part, avec les pensées, il y a un phénomène particulier qui se passe : la curiosité du lecteur se trouve titillée, notamment par le côté original, voire ludique du style. On a envie de savoir ce que va être la prochaine pensée. Et ainsi, celui qui est plus familier des réseaux sociaux que de la lecture de livres, pourra quand même en faire la découverte, aidé en cela par des pensées courtes pour réfléchir plus longuement sa vie. Enfin, dans ce livre, j’ai usé de ce genre littéraire, dans une approche missionnelle, pour l’attrait à la fois des croyants et de ceux qui ne le sont pas encore.

Ce livre entretient-il un lien particulier avec les « Pensées » de Blaise Pascal ?

Non, pas du tout. Si j’ai pu apprécier dans le passé les écrits de Blaise Pascal, ce catholique presque protestant, je suis plutôt admiratif de Jean de la Fontaine et de ses fables, écrites au XVIIe siècle. Déjà à cause de son style littéraire, aussi élégant que percutant, et du rythme dans son écriture. Il est d’ailleurs resté très moderne.

La plupart du temps on l’ignore, mais on a tiré de ses fables de nombreux proverbes, très courts, que l’on utilise souvent dans le langage courant de notre culture francophone. Et si en lisant mes pensées on se plaît à dire que je suis aussi un moraliste, j’en serais honoré, car comme Jean de la Fontaine, je ne suis pas du tout moralisateur pour autant. La comparaison s’arrête là…

J’ajouterai volontiers que savoir qu’il se soit converti à Jésus-Christ et qu’il ait accueilli son pardon, deux ans avant sa mort en 1695, ce dont il a témoigné auprès de ces MM. de l’Académie, n’est pas fait pour me déplaire.

Que signifie le « malgré tout » du titre de votre livre ?

C’est un souci de réalisme et de vérité. J’avais choisi d’abord le titre : « Que du bonheur… », cette phrase qui qualifie en général un ressenti heureux par rapport à quelque chose qui est perçu comme agréable. Mais j’éprouvais un malaise avec ce titre, qui, pour finir, m’est apparu inapproprié, voire arrogant. Alors, pensant aux vicissitudes de la vie humaine que nous traversons tous, moi y compris, j’ai ajouté ce « malgré tout ! ». D’emblée, mes lecteurs pourront se sentir concernés. D’expérience, les certitudes de la foi chrétienne au défi de la souffrance permettent de recevoir et de vivre ce bonheur, qui n’est pas subordonné aux aléas de l’existence, mais qui est don et présence de Dieu, en toutes circonstances, dans ce « malgré tout ».

Le bonheur, qu’est-ce pour vous ?

Je l’ai dit 439 + 1 fois… Que pourrais-je ajouter ? D’une manière simplement pragmatique, je dirai encore : Dieu avec nous, c’est déjà le Ciel sur la terre ! Et tout spécialement pour mes lecteurs, je conclus avec espérance : De par la grâce de Dieu, le meilleur du bonheur est devant nous !

Propos recueillis par Serge Carrel

 

Note
1 Alain Normand, Que du bonheur… malgré tout !, 439 + 1 pensées toutes nouvelles, et toutes sur le bonheur, Couvet, 2020, 160 p. Prix : 15 fr./14 €. Pour toute commande : clise.normand@bluewin.ch. ou auprès du secrétariat de la FREE à l'adresse compta@lafree.ch.
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !