×

Message

Failed loading XML...

Sécheresse : un été éprouvant pour les paysans

Sandrine Roulet vendredi 19 août 2022

Nicole et Luc Lambercy, des paysans chrétiens, ont vécu un été difficile à cause de la sécheresse. Et ces difficultés nous impacteront tous durant l’hiver à venir. Dans cette situation éreintante, ils constatent que Dieu renouvelle leurs forces.

« Nous ne savons pas encore comment nous ferons face au manque de fourrage cet hiver, expliquent Nicole et Luc Lambercy. Cela peut nous amener à nous séparer d’un certain nombre de bêtes. Mais c’est compliqué pour nous qui vivons de la production laitière ». Rattaché à l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), ce couple d’agriculteurs, producteurs laitiers et employés d’un syndicat d’alpage, vit un été difficile.

Faute de pâturages verdoyants, Nicole et Luc Lambercy effectuent de nombreux déplacements pour acheminer du fourrage et de l’eau – avec l’aide du syndicat – sur leur alpage de la région du Mont-Tendre, au sud du Lac de Joux. Et l’impact de cette période de sécheresse risque de perdurer, « car le prix du fourrage va certainement exploser et celui des bêtes de boucherie dégringoler, si aucune mesure n’est prise par les autorités », souligne Nicole.

Toutefois, cette chrétienne de longue date, qui fait partie du conseil d’anciens de sa communauté, préfère cultiver l’espérance que la négativité : « Là où la foi nous porte, c’est de savoir que Dieu reste le Créateur de toute la création, qu’il connaît nos peines et nos besoins. Nous vivons une situation éreintante, mais Dieu renouvelle nos forces et nous donnera des solutions ». Développer encore plus la dépendance envers Dieu, ainsi que l’humilité, sont aussi des leçons qu’elle tire de cette période.

La branche agricole souffre

Coordinateur de l’association chrétienne Solidarité Paysans Romandie (https://www.solidaritepaysans.ch), Jean-Michel Rey est en contact avec nombre d’agriculteurs. Selon son analyse, la sécheresse met toute la branche en péril. L’entrepreneur social explique : « Dans notre région, le lait destiné à la production de fromage est payé plus cher que le lait industriel. Mais en plaine, où les troupeaux ont dû redescendre plus tôt, il n’existe pas les infrastructures nécessaires à la production du fromage. Les paysans devront donc vendre leur lait pour la consommation et auront un manque à gagner, alors que la production de fromage diminuera ».

A ce problème s’en ajoutent plusieurs autres. Ainsi, les paysans ont perdu le marché russe qui est un gros consommateur de fromage suisse. Quant à ceux qui se seront séparés d’une partie de leurs vaches, ils ne les remplaceront pas. Résultat : la production locale de lait diminuera, créant un risque de pénurie.

« Du côté du blé, les moissons ont été assez bonnes, souligne Jean-Michel Rey. Mais, dans certaines régions, les grains sont plus petits car ils ont manqué d’eau. La situation est semblable en ce qui concerne le colza, dont la teneur en huile est moins importante que d’habitude. Quant aux pommes de terre, elles pourraient être déclassées par les grossistes si elles ne correspondent pas à leurs attentes.

Actions solidaires

Toutefois, quelques agriculteurs, qui ont eu de bonnes récoltes en 2021, ont fait des réserves de fourrage leur permettant de passer l’hiver. D’autres s’en sortent bien grâce à la luzerne, qui est résistante à la sécheresse. Ils ont pu la récolter verte et en faire des ballots. Certains se sont entraidés pour descendre leurs bêtes en plaine. Quant à la Conférence des paysans, organisée chaque année par la fondation Schleife à Winterthur (https://www.bauernkonferenz.ch/fr/page-daccueil), elle a lancé une cagnotte pour aider ceux qui ont des défis spécifiques.

Une réflexion à propos de l’adaptation des cultures au changement climatique est en cours. Pour Jean-Michel Rey, il s’agit de chercher le conseil de Dieu à propos des nouvelles cultures à pratiquer et des bonnes périodes de semis. Concernant la météo, l’entrepreneur social remarque que dans le langage courant, la pluie est toujours qualifiée de mauvais temps, « alors que, pour un paysan, le mauvais temps, c’est le même temps qui dure trop longtemps ».

Intercéder, acheter local, dénoncer les injustices

A la question : « Comment les chrétiens peuvent-ils soutenir les paysans ? », Jean-Michel Rey suggère de ne pas prier pour une météo qui nous arrange, mais « d’intercéder pour un temps propice à la production de notre nourriture ». Car comme la population s’en rend compte cette année, les effets de la sécheresse vont bien au-delà du monde agricole et du prix des denrées. Ils impactent aussi la production d’énergie, l’approvisionnement en eau de certains villages, la santé des forêts, etc.

L’entrepreneur social nous encourage à consommer local, mais également à manifester notre mécontentement lorsque les grands distributeurs font trop de bénéfices sur le dos des paysans : « Ces derniers fournissent le lait en-dessous du prix de production et les grossistes, eux, se prennent des marges de 40 % ou déclassent des produits non calibrés. Et Jean-Michel Rey de dénoncer encore les tracasseries administratives sans fin que subissent les travailleurs de la terre : « Ils forment un peuple mandaté pour nous nourrir, mais ils ne peuvent plus remplir leur mission dans de bonnes conditions ».

 

Article à propos de l’association Solidarité Paysans Romandie : https://lafree.ch/info/une-association-au-secours-des-paysans-romands-qui-souffrent

  • Encadré 1:

    Un appel à se repentir

    Plusieurs groupes ou mouvements préparent des initiatives de prière en vue du prochain Jeûne fédéral, le 18 septembre. Impliqué dans l’un d’eux, Jean-Michel Rey estime que les problèmes rencontrés par la Suisse ne sont pas déconnectés du domaine spirituel. Il demande : «N’est-il pas temps de se repentir pour ce qu’on a laissé faire au niveau des mœurs, de l’exploitation des humains, des pratiques occultes, des systèmes injustes dans l’économie ? » Et il ajoute que, dans la Bible, les événements de sécheresse sont liés à des avertissements ou à des sanctions de Dieu, qui devraient toujours déboucher sur la repentance du peuple (2Ch 7.14).

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !