« Résister d’une foi ferme », un parcours de formation qui vient à point nommé

mardi 10 août 2021 icon-comments 1

Et si les chrétiens de Suisse étaient plus proches qu’il ne le pensent de certaines formes d’intolérance et de persécution. C’est l’interpellation que nous lance le pasteur Guy Gentizon, en nous proposant d’y réfléchir au moyen du parcours de formation « Résister d’une foi ferme ».

Dans son « Bulletin de nouvelles » de juin dernier, le Réseau évangélique suisse (RES), en lien avec l’évolution des directives sanitaires actuelles, soulève une question récurrente du rapport de l’Eglise à l’Etat : « Où mettre le curseur, entre une compliance toute chrétienne aux autorités et les relations séditieuses, communautaires ou individuelles, exprimées en termes de liberté religieuse ? »

Une des décisions qui a été délicate, et qui a dépassé le « seuil de sensibilité » de bien des leaders chrétiens, concernait l’interdiction de chanter. Cela a poussé Christian Kuhn, directeur du RES, à anticiper et à se demander comment nous réagirions si, un jour, ces mesures s’étendaient à l’interdiction de prêcher, d’accéder à la salle de culte sans passeport de vaccination, de partager l’Evangile dans la sphère publique, de se réunir entre chrétiens... « Et là, poursuit-il, on réalise avec stupeur que toutes ces menaces d’interdictions sont en fait la réalité vécue par bien des chrétiens dans le monde ! Et eux aussi, dans des proportions encore bien plus impressionnantes, ont fait preuve de créativité pour poursuivre le vécu et la propagation de leur vie de foi en Jésus-Christ. » Christian Kuhn termine avec cette interpellation : « Serions-nous possiblement invités par Dieu à nous préparer à d’autres temps que ceux vécus jusque-là, depuis plusieurs décennies ? »

Persécuté, moi aussi ? Vraiment !

Ces réflexions rejoignent une offre de formation de l’organisation Portes Ouvertes, en Suisse romande(1). L’organisation propose un cours intitulé « Résister d’une foi ferme » qui s’appuie notamment sur les écrits de Ronald Boyd-MacMillan, directeur de la recherche stratégique de Portes Ouvertes international.

Dans son ouvrage « A toute épreuve », qui a largement inspiré le parcours « Résister d’une foi ferme », Ronald Boyd-MacMillan relate un épisode significatif. En 2003, il a amené trois amis occidentaux dans une Eglise de maison à Pékin. Dans cette communauté, il est d’usage que chaque réunion commence par la même question, posée aux membres par le pasteur : « Quelles sont les blessures que vous avez reçues cette semaine à cause du Christ ? »

Quand le tour de ces trois Occidentaux est arrivé, ceux-ci ont répondu : « Nous n’avons pas vraiment de blessures ; nous vivons dans un pays libre. » Il s’en est suivi un long silence. Alors, une femme a dit de manière plus innocente qu’ironique : « Vous voulez dire que vous n’avez pas de combats spirituels à mener dans les pays libres ? »

Puis, le leader du groupe de maison s’est adressé aux trois Occidentaux : « Vos blessures ne sont peut-être pas aussi sanglantes que les nôtres, mais tous les chrétiens ont une croix à porter. Cette croix vous occasionnera des blessures, mais vous apporteront également de la joie et vous rapprocheront du Christ plus efficacement qu’aucune autre expérience ».

Déclarations éclairantes

Il faut rendre justice aux nombreuses affirmations du Nouveau Testament selon lesquelles la persécution devrait être une expérience universelle pour les chrétiens. Un pasteur chinois le traduit ainsi avec ses mots : « Nous ne sommes peut-être pas tous assis sur la même épine, mais nous sommes tous assis sur la même branche ».

Un croyant âgé, ayant fui la Corée du Nord, a souligné : « Si vous réduisez la persécution à ceux qui sont en prison, ou victimes d’agressions, ou dont les biens ont été confisqués, vous laissez entendre que tous les autres chrétiens sont spirituellement morts. »

Un jeune musulman converti, torturé en Egypte à cause de sa foi, déclare : « Nous participons tous au même combat ; c’est pourquoi nous sommes un. La seule différence, c’est que votre combat prend une forme plus subtile. Le mien est brutal. Mais c’est le même combat. » Le terrible danger menaçant les chrétiens occidentaux, qui estiment ne pas faire partie de l’Eglise persécutée, c’est qu’ils ont souvent du mal à reconnaître le combat spirituel. Or, ceux qui ne sont pas conscients du combat sont en train de le perdre. »

Les diverses facettes de l’opposition et de la persécution

Le Nouveau Testament mentionne cinq sources de persécution pour le chrétien : les chefs politiques, les prêtres, les marchands, les foules, la famille. C’est toute l’hostilité venant du monde, provoquée par notre identification avec le Christ, que Satan tente de diriger contre l’Eglise. Cela inclut les sentiments, les attitudes, les paroles et les actions hostiles. Le pasteur Maurice Ray avait, lui, l’habitude de dire que l’indifférence en était un reflet douloureux.

D’autres formes d’opposition à la foi en Christ sont à l’œuvre dans le monde, engendrant d’innombrables stratagèmes de déstabilisation. Il existe, entre autres, le nationalisme religieux, l’extrémisme islamique, l’anxiété totalitaire et l’intolérance laïque. Cette dernière devient de plus en plus la marque de nos pays occidentaux. Certains pays, comme la France, poussent si loin la doctrine de l’Etat laïque que cette dernière tient lieu, inconsciemment sans doute, de religion de substitution.

En Suisse, durant ces dernières décennies, nous avons vu les valeurs chrétiennes subir les assauts du monde matérialiste et pluraliste. Cela a conduit à de nombreuses tentatives d’étouffer toute influence de l’Evangile dans les lieux publics et, notamment, auprès de la jeunesse(2). Il devient donc de plus en plus impératif de mieux prendre la mesure de cette évolution sociétale, en vue de discerner les ressources que Dieu met à notre disposition et de développer des stratégies adaptées à ces bouleversements.

Guy Gentizon

 

(1) Portes Ouvertes apporte une aide spirituelle et matérielle aux chrétiens les plus persécutés, aujourd’hui dans 71 pays du monde.

(2) Le théologien suisse Shafique Keshavjee déplore que le trésor qu’est l’Evangile soit laminé dans les médias occidentaux, écarté des écoles, jeté aux oubliettes. « Il y a une tristesse en moi. Mais elle est compensée, parce que je sais que Dieu est souverain » (cité dans « Christianisme aujourd’hui », juillet-août 2021, p.30).

 

Site internet de Portes Ouvertes : www.portesouvertes.ch.

  • Encadré 1:

    Le cours « Résister d’une foi ferme »

    Le cours « Résister d’une foi ferme » aide les Eglises et leurs responsables à développer une compréhension plus profonde et plus large des aspects bibliques, historiques et culturels du combat de l’Eglise face à l’oppression et à la persécution. Il s’agit de mieux préparer les chrétiens à appréhender les défis de la vie de disciple, du service et du ministère chrétien.

    C’est une occasion d’apprendre de l’expérience de disciples de Jésus, toujours plus nombreux, qui expérimentent déjà ces difficultés ailleurs dans le monde. Le parcours permet de mieux comprendre les stratégies de l’oppresseur, d’un point de vue historique. Il montre également les schémas de persécution dans le monde actuel, et comment y répondre.

    Le cours « Résister d’une foi ferme » sera proposé, en collaboration avec Portes Ouvertes :

    - les vendredis soir et samedis matins 3-4 septembre et 1-2 octobre 2021, à La Vallée de Joux (contact : mathilde.hiltpold@lafree.ch) ;
    - les mercredis soir 3, 10, 17, 24 novembre, 1er et 8 décembre 2021, sur la Côte, en alternance à Gland, Nyon et Gimel (contact : thomas.salamoni@lafree.ch).

  • Encadré 2:

    Un nouveau regard par rapport à la persécution

    La persécution était un concept trop éloigné de ma réalité, cantonnée à l'histoire passée ou future, réservée à des régions éloignées. La formation « Résister d’une foi ferme », théologiquement bien fondée, étayée par de nombreux exemples historiques et actuels, est une vraie source d'enseignements. Et il s’agit d’un thème peu abordé dans nos Eglises.

    A mes yeux, prier une fois par année pour l'Eglise persécutée, comme s’il s’agissait d’une bonne action, c'était presque avoir tout compris ! Pourtant, la définition de la persécution, avec les remises en question que cela suppose, a été pour moi un excellent exercice spirituel.

    Tout en sachant que la persécution des premiers chrétiens avait provoqué la dispersion et finalement la multiplication des Eglises, cette formation m'a ouvert les yeux sur ce qui se passe aujourd'hui. Elle me permet de mieux identifier les sources de la persécution, ainsi que les facteurs favorisant l'expansion de l'Eglise, même ici en Suisse. Ce sujet d’actualité est devenu passionnant pour moi. Il garde ma foi en éveil.

    Reto Lampert,
    ancien missionnaire au Tchad

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !