La prière dans le couple par Manfred Engeli

mercredi 30 janvier 2008

Ce texte ouvre des pistes stimulantes pour les couples chrétiens. Développer une vie spirituelle à deux, c’est souvent difficile. Pas évident de prendre des rendez-vous réguliers, quand le quotidien vous accapare quasi totalement, quand un emploi du temps très chargé rend déjà difficile le seul fait de se retrouver personnellement face à Dieu. Manfred Engeli est psychiatre et psychothérapeute dans la région de Berne. Il considère que l’épanouissement d’un couple passe aussi par une vie spirituelle ensemble. Il propose un panorama de ce que ce duo peut vivre dans le domaine de la prière. Un véritable encouragement de la part d’un homme dont le couple a mis beaucoup de temps à développer une vie spirituelle propre. Un texte à lire !

On a besoin d’un lien entre foi et vie conjugale pour que la foi y injecte sa force incomparable de transformation et de compréhension et que la vie conjugale trouve sa plénitude.

Paul Tournier

Le mariage selon le plan de Dieu
Si nous voulons comprendre la signification de la prière dans et pour le mariage, nous devons prendre conscience de ce qu’étaient les intentions de Dieu lorsqu’il a créé le couple.
Dieu a constamment tenu à son principe : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Ge 2,18). Il a créé le mariage comme un duo. A Moïse, il a associé Aaron. Jésus a envoyé ses disciples deux par deux. Paul et Barnabas ont été appelés ensemble... Là où deux être humains deviennent un, la puissance de Dieu est libérée de manière particulière, parce que Jésus est au milieu d’eux (Mt 18,20) :

« Je vous le déclare aussi que si deux d’entre vous, sur la terre, s’accordent pour demander quoi que ce soit dans la prière, mon Père qui est dans les cieux le leur donnera. »
(Mt 18,19)

« Il appela ses douze disciples et se mit à les envoyer deux par deux... Ils chassaient beaucoup d’esprits mauvais et guérissaient beaucoup de malades en versant de l’huile sur eux. »
(Mc 6, 7.13)

Le couple est donc le premier duo créé par Dieu. Il le considère comme une communauté d’amour pour la vie, comme une communauté de foi, de travail et de combat, mais aussi comme un point d’appui pour le Royaume de Dieu. La particularité du duo conjugal, c’est qu’il est composé d’un homme et d’une femme. Dieu a créé les deux pour qu’ils se complètent par leur nature et qu’il puisse les amener à une union très profonde :

« Les deux deviendront un seul être. Ainsi, ils ne sont plus deux mais un seul être. Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. »
(Mt 19, 5-6)

Cette union, Dieu veut qu’elle touche toutes les dimensions de notre humanité : le plan corporel (le toucher, la tendresse, la sexualité), le plan psychique (le désir, le penchant, l’amour, le vécu commun) et le plan spirituel qui se réalise avant tout dans la prière. Cette unité qui intègre toutes les dimensions de notre humanité peut conduire à une union si profonde que ces promesses pour les duos acquièrent une valeur très particulière pour les couples.
La cellule constitue le fondement de tout être vivant, de même la communauté conjugale constitue la plus petite cellule du corps de Christ. Elle a des fonctions primordiales à remplir pour la construction, la préservation et la protection de tout le corps. Son moyen le plus important pour y parvenir, c’est la prière sous toutes ses formes.

Les formes de la prière conjugale
La prière est souvent comparée à la respiration. Du point de vue spirituel, c’est vital et elle devrait imprégner tout notre être. C’est plus évident encore quand nous comprenons que prier, en fait, c’est « développer une communion avec Dieu ». A cela nous sommes appelés (1 Co 1,9). Cet appel s’adresse non seulement à l’individu, mais aussi à cette union créée par Dieu : le couple. Etre marié, c’est donc être appelé à la communion avec Dieu également en tant que couple ainsi qu’à la prière commune. L’impératif de la prière vaut donc aussi pour la vie en couple :

« En tout premier lieu, je recommande que l’on adresse à Dieu des demandes et des prières, des supplications et des remerciements pour tous les hommes... » (1 Tm 2,1)

Les multiples manières de prier peuvent se résumer sous 4 têtes de chapitre :

1. La prière comme expression de la communion spirituelle
L’adoration commune par le chant, par la louange, par la reconnaissance et par la crainte de Dieu est d’une grande importance pour la croissance dans l’unité et dans l’amour. Souvent toutefois, une gêne craintive nous empêche de nous ouvrir pleinement devant Dieu en présence de l’autre. La réflexion commune autour d’un texte biblique fait aussi partie de cette tête de chapitre. Cette réflexion intervient lorsque chacun se place personnellement sous l’autorité du texte biblique et que, dans l’amour qui construit, on remercie pour l’autre et on relaie ses sujets de prière.

2. La prière l’un pour l’autre
Nous ne pouvons avancer dans cette forme de prière que lorsque l’amour inconditionnel de l’autre et l’expérience d’être aimé font disparaître la crainte devant le conjoint. Et là des possibilités exceptionnelles s’ouvrent devant nous ! Dieu nous fait part de ce qu’il est, en nous invitant à répandre la bénédiction (1 P 3,9). Nous pouvons donc bénir l’autre et il sera béni. C’est vraiment très encourageant de pouvoir vivre cela dans un temps de prière ensemble, au lieu de le vivre uniquement dans notre coeur !
Dieu nous invite aussi à reconnaître nos fautes l’un devant l’autre (voir Jacques 5,16). C’est difficile, mais l’expérience montre que le contraire de ce que nous craignons arrive : l’amour de l’autre à notre endroit ne diminue pas, mais il s’approfondit. Lorsque des couples ont le courage de vivre cette ouverture l’un à l’égard de l’autre, leur amour mutuel grandit par cette expérience.
Apporter devant Dieu dans la prière toute demande qui concerne mon conjoint est une évidence pour chacun. Mais peut-être devons-nous appliquer à la réalité conjugale les paroles de Jacques (4, 2-3) : il n’arrive souvent rien à notre conjoint parce que nous ne prions pas pour lui ou pour elle, ou bien parce que nous prions avec un mauvais état d’esprit. Prier pour l’autre de manière juste, c’est de première importance pour les temps de prière ensemble à haute voix. Chaque fois que ma prière à haute voix veut changer, enseigne, moralise, décourage, blesse, accuse ou même condamne, elle ne véhicule pas l’amour. Au lieu d’être construite, l’union se détruit.
Lorsque mon conjoint a devant lui une tâche importante ou difficile à remplir, je vis son accompagnement dans la prière comme une expression particulière de l’amour conjugal. C’est une source extraordinaire d’encouragement de savoir que l’autre m’accompagne dans la prière et me soutient, tout comme Aaron et Hour ont soutenu Moïse dans son combat dans la prière, pendant la bataille contre les Amalécites (Ex 17, 8-13).

3. La prière pour le chemin commun
Etre marié, c’est aussi chercher ensemble le chemin à suivre, prendre des décisions, fixer des priorités et prendre ensemble le risque de l’obéissance. Le fondement de tout cela, c’est l’écoute commune de Dieu. Si nous sommes vraiment prêts à obéir sans condition à Dieu, nous pouvons prendre au sérieux sa promesse :

« Cependant, si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui la lui donnera ; car Dieu donne à tous généreusement et avec bienveillance. Mais il faut qu’il demande avec foi, sans douter... » (Jacques 1, 5-6)

Comme toute autre chose dans le couple, nous devons aussi apprendre ensemble la prière commune pour la sagesse et l’écoute de Dieu. Etre prêt à faire des erreurs et à en porter ensemble les conséquences fait aussi partie de cet apprentissage. Une chose est sûre : regarder à Dieu et l’écouter, même si c’est très fragmentaire au début, constitue la meilleure manière d’entrer dans les chemins de Dieu (voir les déclarations de Jésus dans Jean 5, 19-20).
Dieu aimerait que nous vivions l’esprit libre de soucis, que nous restions à même de nous mobiliser avec toutes les forces qui sont les nôtres. Se faire du souci consomme inutilement des forces psychiques. C’est pour cela que l’apôtre Paul écrit aux Philippiens (4,6) :


« Ne vous inquiétez de rien, mais en toute circonstance demandez à Dieu dans la prière ce dont vous avez besoin, et demandez-le-lui avec un coeur reconnaissant. »

En tant que couple, c’est une bonne chose de pouvoir se décharger ensemble de ses soucis (voir 1 P 5,7) et de pouvoir les transformer en une prière de demande pleine de confiance. C’est alors que peut s’installer la paix de Dieu dans nos coeurs et dans nos pensées (voir Ph 4,7).
La prière commune de reconnaissance est la possibilité offerte aux couples d’accepter les choses du monde et les dons de la nature comme des cadeaux de Dieu et de les sanctifier (voir 1 T 4, 4-5). Dans ce contexte, la prière avant le repas renferme une signification particulière, surtout en des temps précaires. On peut aussi prendre des médicaments avec reconnaissance. Toutes les raisons de rendre grâces à Dieu sont source de bénédiction pour nous.
Pour les parents, c’est une prérogative particulière de pouvoir prier ensemble pour leurs enfants. Ils peuvent développer des prières de reconnaissance, des intercessions, des prières pour demander de la sagesse pour les choix de vie des enfants. Ils peuvent bénir, demander la protection et de l’aide devant le mal. Les parents peuvent accompagner par la prière le développement personnel des enfants. Ils peuvent préparer dans la durée les choix de vie importants : le pas conscient de se donner à Dieu, le choix d’une profession, le choix d’un partenaire, la découverte d’une place et d’une mission claire dans le corps de Christ. De Job, nous pouvons apprendre qu’en tant que parents nous pouvons faire encore plus pour nos enfants. Nous pouvons même porter leurs fautes à leur place, demander pardon pour eux et ainsi les sanctifier. « C’est ainsi que Job agissait chaque fois » (Job 1,5).

4. Ensemble travailler dans la prière
Nous aimerions développer sous ce point une mission importante que nous avons à remplir en tant que couple face à notre environnement et à notre communauté. Cette mission est de même nature que celle du corps de Christ. Il s’agit pour nous de construire le Royaume de Dieu. Il s’agit aussi de contextualiser dans des situations concrètes et dans des vies humaines la victoire effective de Jésus-Christ sur les puissances hostiles. Il y va d’un travail de construction et d’un combat spirituel. A côté des manières de prier que nous avons déjà mentionnées (remercier pour des gens, bénir, intercéder, etc.), j’aimerais indiquer encore trois manières de prier ensemble.
La prière commune de relation d’aide avec une personne ou un couple en détresse peut devenir une expérience très gratifiante pour le couple et constituer une authentique bénédiction. Nulle part ailleurs cette complémentarité que peuvent expérimenter un homme et une femme dans le domaine spirituel, n’apparaît de manière aussi distincte. Chacun est alors utilisé, dirigé et doté de dons par le Saint-Esprit, selon sa nature et dans la pleine dépendance de Dieu.
A ce stade, j’aimerais aussi mentionner le jeûne commun et la prière avec des objectifs de foi clairs. Actuellement, je ne fais qu’entrevoir ce que cette grande bénédiction spirituelle et corporelle peut entraîner pour chacun dans le couple. Tout cela doit être stimulant pour le couple. Cela doit également lui permettre de rayonner fortement autour de lui. Mais je dois admettre ici que, mon épouse et moi, nous sommes dans l’attente de vivre cela.
Enfin j’aimerais encore parler du combat ensemble dans la prière. Il s’agit là d’affronter la maladie et les puissances des ténèbres au nom de Jésus, c’est-à-dire avec son autorité et avec un mandat dispensé par lui. Au travers de notre prière, Jésus veut rendre sa victoire efficace, afin que la puissance de Satan soit brisée et ses plans anéantis. Croyons-nous vraiment cela :


« Ecoutez : je vous ai donné le pouvoir... d’écraser toute la puissance de l’ennemi et rien ne pourra vous faire du mal » (Lc 10,19) ?

Les conditions de la prière conjugale. Toutes sortes d’obstacles peuvent obstruer le chemin de la prière commune de sorte que nous n’en trouvons pas le temps ou que nous n’en avons pas envie. Nous en savons tous quelque chose : à mon épouse et à moi, il nous a fallu 10 ans pour réussir à mettre en place un temps de prière quotidien commun !
Chez l’un ou l’autre des conjoints, ces obstacles peuvent résider dans sa propre vie de foi. Celui qui, par exemple, ne prie jamais seul, n’aura aucune envie de prier avec son conjoint. La première épître de Jean (1, 6-7) évoque l’obstacle personnel le plus important et parle de « vivre dans l’obscurité ». Ne pas développer une relation pure avec Dieu ou avec notre environnement, se trouver dans une situation de désobéissance ou nier sa faute et ne pas vouloir s’en séparer, c’est cela « vivre dans l’obscurité ». Nous sommes séparés de Dieu comme de notre conjoint. Dans ce contexte, la prière ensemble nous est insupportable.


« Mais si nous vivons dans la lumière, comme Dieu lui-même est dans la lumière, alors nous sommes unis les uns aux autres... » (1 Jn 1,7)

Les obstacles au développement de la prière en couple résident aussi souvent dans la relation conjugale elle-même. Elle n’est pas vécue comme Dieu l’a conçue. Si nous n’acceptons pas l’ordre divin dans le mariage et si nous ne vivons pas en fonction de lui (l’homme en tant que tête aimante, la femme en soumission volontaire, chacun dépendant de Dieu et les deux égaux devant Dieu), nos prières rencontreront des obstacles (voir 1 P 3, 1-7).
Là où un couple vit selon l’ordre divin, la pleine harmonie peut émerger entre les conjoints, cette unité d’esprit sur laquelle repose la promesse incroyable de Matthieu 18,19 (voir plus haut). Avant de prier ensemble, ça vaut la peine de prendre le temps du dialogue, afin de s’unir sur ce que le couple veut demander. D’autres choses peuvent également faire obstacle à cette unité d’esprit dans la prière : le fait que l’on ne se pardonne pas mutuellement ses fautes, le fait qu’il manque un amour réciproque ou que l’un des conjoints prie en y étant contraint.
La manière de prier l’un avec l’autre peut aussi constituer un obstacle. Par exemple : lorsque la prière commune est utilisée comme une occasion propice d’annoncer indirectement quelque chose à son conjoint, de lui faire la leçon ou une entourloupe. Ne pas prendre la prière de l’autre au sérieux en lui faisant remarquer qu’elle pourrait être améliorée ou en priant à nouveau pour le même sujet constitue aussi un obstacle. Le fait de prononcer des prières interminables, qui ne laissent rien à dire au conjoint, constitue également un obstacle, tout comme le fait de manquer de simplicité dans l’énoncé de la prière. Toutes ces mauvaises manières de faire sont en fait l’expression d’un manque d’amour. Elles font de la prière en couple un devoir désagréable que l’on évite volontiers.
Savoir si l’on trouve du temps pour la prière commune ou pas, est en dernier lieu une question d’autodiscipline et de priorité que l’on veut bien accorder à la prière. Le texte suivant montre bien la signification importante que Paul accorde à la prière dans le mariage :


« Ne vous refusez pas l’un à l’autre, à moins que, d’un commun accord, vous n’agissiez ainsi momentanément pour vous appliquer à la prière ; mais ensuite, reprenez une vie conjugale normale... » (1 Co 7,5)

Un « jeûne » sexuel décidé ensemble peut être nécessaire afin de trouver du temps pour la prière commune.
A côté des obstacles à surmonter, il y a aussi des conditions à remplir pour que nos prières soient exaucées et qu’une certaine efficacité s’en dégage. A mon sens, il y a trois points qui sont d’importance pour la prière des couples.
Dans nos relations conjugales et en tant que couple, nous devons « vivre dans la lumière » et nous trouver dans une relation de pureté avec Dieu. La Bible souligne à plusieurs endroits (par ex. 1 P 3,12 ; Ja 5,16) que Dieu exauce les « justes » et qu’il pardonne leurs fautes. Nous devrions peut-être d’abord prendre du temps, confesser nos fautes communes devant Dieu et demander pardon, avant d’aller plus loin dans le temps de prière.
Une deuxième condition, c’est la confiance ferme que Dieu entend nos prières et que ce pour quoi nous prions est reçu (voir Mc 11, 23-24 : Ja 1, 6-7). Le couple doit aussi être uni dans cette confiance, si sa prière veut être efficace.
La dernière condition, c’est le sérieux. Il importe que nos prières véhiculent un réel désir : nous ne devons pas prier de manière « inappropriée », de toutes nos forces (Ja 5,17). Nous ne devons pas atteindre un état de fatigue avancé pour que Dieu nous entende (Lc 18, 1-8 ; Ro 12,12). C’est justement dans ces instants que nous pouvons découvrir qu’il est plus facile de persévérer à deux dans la prière.

La vie de prière en couple pratiquement
Et maintenant, place à la pratique ! La prière commune dans le couple peut se construire et se développer de 3 manières :

1. Intensifiez votre vie de prière personnelle ! Prenez garde aux conditions que nous avons mentionnées plus haut et exercez pour vous-même les différentes formes de prière. Une heure fixe, une durée déterminée à l’avance, des requêtes précises, une structure claire, un même lieu, si possible calme et dans lequel vous pouvez chanter et prier à haute voix... autant de conditions qui vous permettront plus facilement de persévérer dans la prière (Co 4,2).

2. N’hésitez pas à parler de ces temps de prière commune avec votre conjoint. Si vous êtes tous les deux convaincus de l’importance de la prière à deux, si vous reconnaissez ensemble les possibilités insoupçonnées qui s’ouvrent ainsi devant vous, alors ne renoncez pas tant que votre souhait d’avoir des temps de prière à deux régulièrement n’est pas devenu réalité. Sur tous ces points, vous devez vraiment tomber pleinement d’accord... ce qui n’est possible que si chacun considère les besoins et les désirs de l’autre comme plus importants que les siens et s’adapte : dans le choix du moment de la journée (le meilleur moment de notre journée ensemble devrait appartenir à Dieu), dans le choix de la durée (être bref au début permet ensuite d’accroître la durée...), du lieu (voir ce que nous avons dit plus haut), dans le choix des sujets de prière (il vaut mieux avoir peu de sujets concrets et persévérer dans la prière jusqu’à l’exaucement), dans le déroulement et la manière d’organiser le temps de prière ainsi que dans la façon de prier (que voulons-nous éviter ? Qu’est-ce qui dérange mon conjoint ?). Après un certain temps, il est important de se demander si des changements sont nécessaires.

3. Soignez la prière spontanée ensemble en exprimant toujours à nouveau le désir que votre conjoint puisse prier avec vous pour une direction avant une décision, pour la guérison en cas de maladie, pour la bénédiction avant une tâche difficile... Plus vous ferez cela, plus votre prière ensemble va imprégner votre quotidien et le façonner.

La prière commune est une bénédiction pour le mariage
Nous devons être sûrs de cela : Dieu désire intensément qu’en tant que couple nous apprenions à prier davantage ensemble. Il veut nous soutenir dans cette démarche par le Saint-Esprit :


« L’Esprit aussi vient nous aider, nous qui sommes faibles. Car nous ne savons pas prier comme il faut ; mais l’Esprit lui-même prie Dieu pour nous avec des gémissements qu’on ne peut pas exprimer par des paroles... l’Esprit prie pour ceux qui appartiennent à Dieu, comme Dieu le désire. »
(Ro 8, 26-27)

Nous pouvons compter sur l’assistance de l’Esprit de différentes manières. Il prie à notre place au moment où nous ne savons plus comment continuer à prier. Il traduit nos prières de sorte qu’elles plaisent à Dieu. Le Saint-Esprit est le maître parfait de la prière. Lorsque nous nous laissons conduire par lui, nous pouvons apprendre à prier en Esprit. Il intercède pour nous auprès du Père comme Jésus.
La prière en couple est une source de joie. Cette promesse est attachée à la prière au nom de Jésus :

« Le Père vous donnera tout ce que vous lui demanderez en mon nom... Demandez et vous recevrez, et ainsi votre joie sera complète. » (Jn 16, 23-24)

Si nous nous rappelons encore une fois la promesse de Matthieu 18,19 (exaucement de la prière faite à plusieurs), il y a donc les trois séquences suivantes : demander à plusieurs au nom de Jésus – recevoir – joie complète. Faire et refaire cette expérience appartient aux expériences les plus gratifiantes de la vie conjugale.
On l’a vu à plusieurs reprises. L’aspiration à une vie en couple selon le plan de Dieu constitue le fondement indispensable à la prière commune : l’amour mutuel, la prise en compte de l’ordre divin du mariage, le dialogue ouvert et la communion d’esprit qui découle de tout cela. La prière ensemble est aussi un moyen pour permettre aux conjoints de remplir leur mission divine l’un à l’égard de l’autre : être une aide l’un pour l’autre en vue de demeurer dans la communion avec Dieu, s’aider l’un l’autre au travers de l’intercession, en bénissant devenir bénédiction pour le conjoint, décharger son conjoint de fardeaux en les transformant en prières dans la confiance à l’endroit de Dieu. La prière ensemble est aussi incontournable pour l’éducation des enfants et pour la tâche d’être une communauté de travail et de lutte. En bref : le mariage selon le plan de Dieu ne peut être vécu sans la prière commune.
C’est le moment de revenir à la citation introductive de Paul Tournier. Au moment où, en tant que couple, nous commençons à prier l’un avec l’autre, ce n’est pas uniquement un pas dans l’obéissance, mais nous nous ouvrons à un courant de bénédiction qui va modifier notre vie conjugale. Plus nous grandissons dans les richesses de la prière conjugale, plus notre vie conjugale va connaître la plénitude que le Seigneur lui a promise.

Manfred Engeli, psychologue et psychothérapeute, Berne

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !