Béatrice Stockly: un hommage à une témoin du Christ résolue

Serge Carrel vendredi 16 octobre 2020 icon-comments 1

Depuis près d’une dizaine d’années, les sites de la FREE suivent le parcours tumultueux de Béatrice Stockly, cette otage suisse enlevée à deux reprises au Mali et assassinée par des djihadistes voilà environ un mois. Avec des éclairages et des points de vue différents. L’heure est maintenant venue de rendre hommage à cette évangélique résolue à témoigner de Jésus ressuscité dans un contexte musulman…

 

Voilà, c’est arrivé ! Ce que l’on pouvait attendre de pire depuis plus de 4 ans et demi est intervenu. Béatrice Stockly, la missionnaire évangélique indépendante, enlevée au Mali par des djihadistes le 8 janvier 2016, est morte dans des circonstances peu claires. « Médiapart » (1) qui relaie des propos de Sophie Pétronin, l’ex-otage libérée vendredi dernier, explique que la Suissesse aurait été emmenée voilà un mois derrière une dune et qu’un coup de feu aurait été entendu… Pour l’hebdomadaire « Le Point » (2), le journaliste Ian Hamel s’interroge si son « prosélytisme » n’aurait pas provoqué sa perte…

Agacement, incompréhension et rejet

Quelles que soient les circonstances de l’assassinat de Béatrice Stockly, une chose est sûre : cette femme de 60 ans aura agacé, dérangé et suscité l’incompréhension chez beaucoup.

Ses coreligionnaires tout d’abord qui l’ont quasi abandonnée… Curieux, tout de même, de voir si peu de mobilisation pour sa libération dans les médias évangéliques suisses alémaniques ! Les appels réitérés de son frère Werner sur YouTube (3) pour sa libération n’ont connu aucune médiatisation. Comme si s’afficher solidaire de cette femme, originale et volontaire, comme le milieu évangélique en connaît plusieurs, était nuisible à notre bonne réputation !

Les autorités suisses, elles aussi, ont été agacées. Impuissantes face à une femme célibataire qui désirait s’installer là où son cœur le souhaitait, elles se sont néanmoins mobilisées au niveau du Département fédéral des affaires étrangères – merci à ses représentants ! – pour avertir cet « électron libre » des dangers qu’elle encourait. Elles ont mobilisé des ressources importantes, suivi son dossier et relancé, avec les moyens de la Suisse et à de réitérées reprises, des demandes de libération auprès des autorités maliennes et des djihadistes.

L’opinion publique n’a pu également s’empêcher de faire part de son incompréhension voire du rejet du comportement de la Suissesse. A mots couverts et parfois franchement, certains ont lâché que cette « folle » l’avait bien cherché…

Définitivement une martyre !

Dans une chronique, le journaliste réformé Michel Kocher posait, sur RTS La Première (4), la question de savoir si, à propos de la Bâloise, on pouvait parler de « martyre ». Il avançait un critère : celui de l’utilité pour tous du témoignage apporté par la victime.

Sans aucun doute, Béatrice a été une martyre du Christ ! Elle a rappelé à la face du monde que la coexistence pacifique entre croyants est l’horizon du témoignage de tout chrétien, que le fait de témoigner de sa foi librement sans encourir de sanctions est un droit humain fondamental, qu’il existe un nombre impressionnant de contemporains qui, aujourd’hui – souvent en contexte musulman, mais pas que ! – endurent les mêmes traitements que la missionnaire suisse, chrétiens ou non !

Oui, Béatrice Stockly témoigne d’un universel laïc, mais aussi profondément chrétien ! Elle peut compter parmi les martyres de la foi en Jésus-Christ, elle qui, comme Polycarpe en 155 après Jésus-Christ, aurait pu échapper à une mort annoncée en fuyant hors de la région où elle se trouvait, elle qui, comme le vieil évêque de Smyrne, aurait pu rester en vie en se rétractant et en confessant la foi de ses bourreaux…

Béatrice, tu nous as dérangés, agacés et même énervés… Merci de nous rappeler que dans la vie il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis (Jean 15.13) ! Enfants et femmes de ton quartier peu recommandable de Tombouctou…

Serge Carrel

 

Notes
1 Anthony Fouchard, « L’ex-otage Sophie Pétronin révèle les détails de sa captivité », Médiapart, 11 octobre 2020.
2 Ian Hamel, « L’otage suisse du Mali aurait été victime d’une bavure », Le Point, 14 octobre 2020.
3 Voir la chaîne Youtube de Werner Stöckli, le frère de Béatrice.
4  Michel Kocher, « L’assassinat de Béatrice Stockly fait-il d’elle une martyre », RTSreligion, 11 octobre 2020.

1 réaction

  • Jacques Blandenier vendredi, 16 octobre 2020 12:46

    Le quasi silence des médias suisses à l'égard de la mort d'une compatriote est indigne, peu importe qu'elle ait été une personnalité originale - son attachement à la population, et particulièrement des enfants, au milieu desquels elle a vécu méritait autre chose que ce silence désapprobateur. Quant au doute de mon ami le pasteur Michel Kocher concernant son statut de martyre, il illustre que lorsqu'on porte une responsabilité dans certains milieux ecclésiastiques ou journalistiques, on est vite récupéré par l'institution, au risque de perdre sa vocation prophétique.

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !