Vivre une « conversion écologique » : se tourner vers l’Espérance (4), une chronique StopPauvreté/Radio R de Serge Carrel

jeudi 05 décembre 2019

Face à la disparition de la biodiversité et à l’urgence climatique, de nombreux contemporains sont saisis par le désespérance. Les chrétiens qui en appellent à une « conversion écologique » tablent malgré tout sur l’amour indéfectible de Dieu. Serge Carrel rappelle que cet amour qui s’enracine dans la résurrection de Jésus-Christ ouvre une Espérance extraordinaire ! Cette chronique a été diffusée sur Radio R et elle est parrainée par StopPauvreté.

Lorsque l’on parle de réchauffement climatique, d’effondrement de la biodiversité, d’urgence à changer de mode de vie, le désespoir pointe rapidement à l’horizon. L’humanité, nous-mêmes… parviendrons-nous à opérer toutes les modifications dans notre mode de vie pour maintenir le réchauffement climatique à 1,5 ou 2 degrés ? Certains sont confiants dans les développements technologiques futurs qui devraient nous permettre d’opérer les changements nécessaires, d’autres pas du tout. Des spécialistes se lancent dans des discours catastrophistes où l’effondrement de notre civilisation est à l’horizon (1). Ces « collapsologues », comme on les appelle, considèrent que d’ici 2030 ou 2050, au plus tard 2100, notre civilisation industrielle connaîtra un effondrement majeur…

Dieu présent malgré tout

Dans ce contexte, les écologistes chrétiens ne spéculent pas sur les dates d’un « collapse », mais ils rappellent qu’en matière d’espérance et de visions de fin du monde la foi chrétienne véhicule quelque chose de particulier. La conversion à Jésus-Christ, la découverte de la proximité de Dieu dans notre monde, nous fait réaliser que, derrière tous ces signaux extraordinairement alarmants, Dieu demeure présent. Au cœur de cette création qui soupire à être mieux traitée par l’humanité, Dieu est là… présent.

Contrairement à ce que certains pourraient penser, cette attitude n’est pas une prime à l’inactivité et au « jem’enfoutisme », mais la certitude que tout ne va pas s’arrêter avec un effondrement de civilisation.

La Résurrection : émergence d’un monde nouveau

La résurrection de Jésus-Christ, son retour de la mort à la vie, invite à ne pas perdre espérance. Au moment de la mise à mort de Jésus, ses disciples touchaient le fond. Ils baignaient dans la désespérance. Mais le dimanche de Pâques, Jésus ressuscité annonce dans notre présent l’émergence d’un monde nouveau, d’un monde où la mort et la dépréciation de la création n’est plus. Par sa résurrection, Jésus-Christ est l’amorce de la nouvelle création, l’amorce du monde nouveau (2).

Etes-vous prêts à voir votre désespérance illuminée par la résurrection de Jésus, la source extraordinaire d’un autre regard sur toutes les situations désespérées ?

Serge Carrel

Notes
1 Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Paris, Seuil, 2015, 304 p.
2 N.T. Wright, Surpris par l’espérance, Charols, Excelsis, 2019, 440 p. 
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

3 juin

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

10 juin

  • «La paternité de Dieu» avec Paul Hemes (Ciel! Mon info)
  • «La protection divine» avec Anne Emmett (Vitamine B)

myfreelife.ch

  • L’Eglise La Passerelle investie dans le don de nourriture pour près de 500 personnes

    Mer 27 mai 2020

    Dans l’opulente Riviera lémanique, à Vevey, près de 500 personnes viennent chercher chaque semaine des produits alimentaires frais dans les locaux de l’Etape. « Le semi-confinement a plus que triplé le nombre de personnes dans le besoin », commente sur place Jean-Blaise Roulet, pasteur de l’Eglise La Passerelle (FREE), partie prenante de cette aide.

  • « Dieu m’a conduite. »

    Mar 19 mai 2020

    « Travailler dans une œuvre chrétienne n’est pas toujours facile. Il faut savoir pourquoi on est là ! » Rire en cascade et lunettes bien ajustées, Françoise Huguelet tire fin juin sa révérence à la FREE, qu’elle aura servie pendant 13 ans. Rencontre.

  • «Chronique de la salle de bain #9» : «Il était une fois un homme sage et son disciple...» (Marie Ray)

    Lun 11 mai 2020

    Dans un pays lointain d'ici, il y avait un homme parcourant le pays pour partager la Bonne Nouvelle de Jésus, souvent avec son disciple... Un jour, tout bascule et ils se font arrêter et jeter en prison... Quelle sera leur attitude dans cette épreuve? C'est la découverte que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa neuvième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Sion : le culte "drive-in" passe à la trappe

    Jeu 30 avril 2020

    Après une première très concluante dimanche 26 avril, le culte en mode drive-in à Sion ne peut se répéter : le pasteur Matthias Radloff a reçu mercredi 29 avril une interdiction de la part des autorités cantonales. Il fulmine.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !