Convention baptiste du Sud : la radiation des Eglises indifférentes aux abus sexuels et une liste des prédateurs à l’ordre du jour

Serge Carrel jeudi 21 février 2019

Aux Etats-Unis, la Convention baptiste du Sud (Southern Baptist Convention) veut changer de culture autour des crimes et des prédateurs sexuels. Elle devrait proposer à ses membres de radier les Eglises « indifférentes » à ce problème et de constituer une liste des prédateurs, pasteurs et bénévoles.

Lors d’une rencontre les 18 et 19 février à Nashville, le Comité exécutif de la Convention baptiste du Sud a décidé de proposer un amendement à sa constitution, qui vise à exclure toute Eglise membre qui se montrera « indifférente aux problèmes des abus sexuels ». J. D. Greear, l’actuel président de la Convention baptiste, a souligné auprès de la chaîne de télévision CNN que les Eglises qui protégeaient les abuseurs « n’avaient pas leur place dans le cadre de la Convention baptiste du Sud ». Une dizaine d’Eglises « indifférentes » ont été nommées.

Les critères de radiation

Pour le président, cette attitude indifférente est évidente lorsqu’une Eglise emploie une personne condamnée pour crime sexuel, lorsqu’elle permet à un abuseur de travailler comme volontaire avec des mineurs, lorsqu’elle continue à employer une personne qui a caché illégalement des informations concernant un abus sexuel commis par un employé ou un bénévole…

Cet amendement devra être approuvé par deux tiers des délégués aux rencontres annuelles 2019 et 2020 de la Convention baptiste du Sud.

Un registre des abuseurs aussi sur la table

J. D. Greear a aussi souligné, selon le Houston Chronicle, qu’un registre des responsables d’Eglises et des bénévoles condamnés ou accusés de manière crédible de crimes sexuels « était aussi sur la table ». Ce registre réclamé depuis de nombreuses années par les victimes et par les groupes de personnes concernées au sein de la Convention baptiste, a obtenu le soutien de nombreuses autres personnalités de la plus grande Eglise protestante américaine.

Dans son discours d’ouverture lundi soir 18 février, le président de la Convention baptiste du Sud a invité les membres de sa fédération à « entrer dans une saison de pleurs, de deuil et de repentance », suite aux affaires de crimes sexuels mis au grand jour par les médias. Il a aussi indiqué que cette prise de conscience initiée par le Houston Chronicle et le San Antonio Express-News « n’était pas fabriquée par des gens hostiles à la foi chrétienne. Nous n’avons pas pris suffisamment au sérieux, a-t-il confessé, les comptes rendus d’abus dans nos Eglises, comme nous le demande l’Evangile. Parfois, nous avons même fait pire : nous avons ignoré délibérément les victimes et nous leur avons demandé de se taire. »

Serge Carrel avec différents médias aux Etats-Unis (Houston Chronicle, Baptist Press et Christianity Today).

  • Encadré 1:

    Crimes sexuels : les 5 choses que les catholiques peuvent apporter aux baptistes du Sud

    Dans un article, le site Religion News Service propose aux membres de la Convention baptiste du Sud de retenir 5 choses que les catholiques ont apprises du scandale pédophile par lequel ils sont passés :

    1. Ne pensez pas que cela va s’éteindre. Lorsque les victimes se mettent à témoigner et que les scandales éclatent, ce n’est que le début, pas la fin.
    2. Dénoncez toutes les accusations d’abus à la police. Un abus sexuel n’est pas qu’un péché, c’est un crime !
    3. Adoptez et développez la politique de la tolérance zéro pour les pasteurs et les employés des Eglises. La protection des mineurs est prépondérante.
    4. Lorsque des responsables d’Eglises sont soupçonnés, mettez en place une instance qui puisse mener des recherches transparentes et crédibles.
    5. Donnez la priorité aux victimes. Dans toute discussion autour des abus sexuels dans l’Eglise, le sujet central, c’est : aider les victimes à survivre et à se remettre des abus qu’elles ont subis. La réputation de l’Eglise, la réhabilitation d’un ministère, les finances de l’Eglise et la possibilité d’un scandale ne sont rien par rapport à l’aide à apporter aux victimes.

    Pour aller plus loin : « What Catholics and Southern Baptist can learn from each other about sex abuse crisis », Religionnews, 15 février, 2019.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

16 octobre

  • «Le Saint-Esprit» avec Christian Kuhn (One’Talks)
  • «Avez-vous l’impression d’être “vidé“?» avec Camille Kursner (SPPA)

23 octobre

  • «Les arts» avec Valérie Ziehli (One’Talks)
  • «Le repos sans stress» avec Camille Kursner (SPPA)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !