"La traite des êtres humains au pilori" par Gabrielle Desarzens

jeudi 07 mars 2013

La lutte contre la traite des êtres humains s’intensifie en Suisse, notamment grâce à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Des ONG chrétiennes et le chanteur Philippe Decourroux saluent cette évolution.

Avec le trafic de stupéfiants et le trafic d’armes, la traite des êtres humains compte parmi les activités les plus lucratives du crime organisé. En Suisse, des centaines d’hommes et de femmes en sont victimes chaque année, que ce soit à des fins d’exploitation sexuelle, de travail forcé ou de prélèvement d’organes. Le combat s’organise.
Sous l’impulsion de la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) Simonetta Sommaruga, la Suisse prend cet esclavagisme moderne à bras le corps : un premier plan d’action national de lutte contre la traite des êtres humains a été récemment adopté et une nouvelle procédure de protection des témoins est effective depuis le 1er janvier. Les principales victimes de ce trafic sont les femmes et les jeunes filles, suivies des enfants. Les Nations Unies estiment à 32 milliards de dollars les profits générés dans le monde par la traite des êtres humains et l’exploitation sexuelle représente près de 80% des cas connus.
 
La Mission chrétienne dans les pays de l’Est au front
Quand elles n’ont plus de valeur marchande, les victimes rentrent parfois dans leur pays d’origine « dans un état qu’on n’imagine pas », indique Irène Hirzel, cheffe de projet à la Mission chrétienne pour les pays de l’Est. Notamment en Moldavie et en Ukraine, cette ONG a mis en place des programmes de prévention et d’aide au retour pour les victimes de ce trafic inhumain. Depuis le siège de la mission à Worb, Irène Hirzel se bat aussi contre la pornographie qui est pour elle en lien étroit avec la traite des êtres humains. « La foi en Jésus-Christ me motive bien sûr dans ma lutte. J’essaie surtout de transmettre le message comme quoi chaque être humain a une valeur intrinsèque aux yeux de Dieu. Mais il ne s’agit pas tant de le dire que de le vivre : cela signifie d’abord prendre les victimes dans ses bras et pleurer avec elles. »
 
« J’étais traitée moins bien qu’un animal ! »
En Suisse romande, le foyer pour femmes Au cœur des Grottes à Genève accueille chaque année et depuis 10 ans plus de dix victimes de la traite humaine, dont une majorité liée à l’exploitation de la force de travail. Dans la cuisine communautaire du lieu, Julie* témoigne : « J’étais traitée moins bien qu’un animal, comme si j’étais quelque chose à jeter à la poubelle ! » Originaire de la Corne de l’Afrique, cette jeune femme de 18 ans a vécu 2 ans séquestrée sous la poigne de fer d’une femme d’Arabie saoudite où elle était allée chercher du travail. En été 2011, la famille s’envole pour la Suisse et l’emmène dans ses bagages. Sans savoir dans quel pays elle se trouve, Julie parvient un jour à échapper à la surveillance de ses maîtres. A ses côtés, Elisa* enchaîne : « Moi, j’étais vendeuse de bananes et d’ananas au village. Je viens d’Afrique de l’Ouest. Un jour, un touriste suisse a dit être amoureux de moi, il m’a fait des papiers, et je suis arrivée ici. Mais sitôt dans l’appartement, il m’a enfermée et m’a obligée à recevoir plusieurs hommes par jour. C’était tous les jours, pendant 4 mois, et je n’ai jamais pu sortir. Une fois, il a oublié de fermer la porte à clé et j’ai couru dehors. J’ai dormi dans la rue, sous un pont, c’était à Lausanne. J’ai atterri aux urgences du CHUV, où on m’a fait toutes sortes d’analyses... pour me dire à la fin que j’étais enceinte. »
 
Toujours enfermées
Caroline*, elle, est Française. Rencontrée à Lausanne, elle indique avoir répondu à l’annonce – parue dans des journaux de l’Hexagone – d’un patron en Suisse qui disait rechercher des barmaids, « débutantes acceptées », 3000 euros fixes par mois, hébergement inclus. L’homme est venu la chercher à la gare pour l’amener dans son établissement à l’enseigne Salon de massage érotique, en campagne vaudoise. « On était une douzaine, la moyenne d’âge des filles était de 18 ans, il y avait des mineures. Le patron en a dépucelé certaines avec un godemiché pour le bien-être des clients. Cet homme avait nos papiers, on était toujours enfermées à l’étage, on descendait vers 16h seulement. Il était très persuasif, avait aussi une sacrée stature. Et toujours une batte de baseball avec lui. » Arrêté puis relaxé, ce trafiquant a par la suite été jugé par défaut, condamné à 5 ans d’emprisonnement pour traite d’êtres humains. Il est actuellement en fuite.
Julie et Elisa quant à elles ont témoigné et porté plainte. Aucun de leurs abuseurs n’est à l’heure actuelle derrière les barreaux.
Le climat se dégrade et le marché est toujours plus volatile, commente un inspecteur de la sûreté vaudoise. « Des filles de l’Est arrivent de plus en plus jeunes pour travailler dans le milieu de la prostitution et surtout en rue : elles offrent leurs prestations derrière les réverbères ou dans une voiture, sous l’œil de quelqu’un qui les surveille. Si on s’en inquiète, elles peuvent disparaître en un claquement de doigt. »
Gabrielle Desarzens

*Prénoms d’emprunt

Le site de la Mission chrétienne pour les pays de l’Est.

  • Encadré 1:

    Simonetta Sommaruga : « On ne peut tolérer cela ! »

    La traite des êtres humains ne laisse pas indifférente Simonetta Sommaruga. La conseillère fédérale est passée à l’action.
     
    Madame la conseillère fédérale, est-ce que ce dossier est pour vous prioritaire ?
    Simonetta Sommaruga – Oui, c’est un dossier qui me tient beaucoup à cœur. Ce trafic est une grave atteinte à la dignité humaine et va à l’encontre des droits les plus élémentaires. Tous les cantons sont concernés et un travail de sensibilisation est nécessaire pour montrer que cette forme de criminalité est à combattre, comme on lutte contre le trafic de stupéfiants ou le trafic d’armes.
    La traite humaine est une forme d’esclavage et on ne peut tolérer cela aujourd’hui dans notre pays, dans nos cantons, dans nos villes. La collaboration internationale est aussi essentielle. J’ai d’ailleurs créé un groupe de travail binational avec la Roumanie où je me suis rendue. J’y ai rencontré les autorités, des victimes et des organisations de la société civile. Au niveau international, la Confédération peut et doit selon moi intervenir dans la prévention, la protection des victimes, et bien sûr dans la poursuite pénale : apporter une contribution dans cette dimension, c’est aussi ma motivation.

    Vous dites avoir rencontré des victimes ; dans quel but l’avez-vous fait ?
    Pour moi, une personne qui fait de la politique ne peut rester dans son bureau : c’est pour les gens qu’on fait de la politique. Et je tiens dès lors à connaître ces gens – en l’occurrence les victimes.
    En Suisse, je me suis rendue à Zurich dans ce but. Je suis allée dans un appartement, en fait dans une toute petite chambre, où une victime de traite humaine vivait et travaillait jour et nuit ; elle ne pouvait pas sortir, elle était complètement dépendante. Elle avait peur, ne connaissait aucune des langues de notre pays, et ne pouvait par conséquent pas s’exprimer. En Roumanie, j’ai rencontré une victime qui, pendant une année entière, a transité d’un pays à l’autre sans savoir parfois exactement où elle se trouvait...
    Le plus impressionnant est de découvrir l’état dans lequel ces victimes se trouvent. Le trafic humain peut détruire complètement la personnalité de femmes qui ne parviennent plus à réagir, à se défendre. C’est pourquoi il est important qu’il y ait des gens spécialisés qui puissent les aider à retrouver confiance en elles et à retrouver leur identité. C’est un très grand travail. Et j’ai beaucoup de respect pour la police, mais aussi pour tous ces professionnels qui font ce travail d’aide qui est parfois très lourd.
    Propos recueillis par G.D.

    La traite humaine a été l’objet d’un dossier dans Hautes Fréquence sur RTS-La Premières et d’une série A vue d’Esprit sur Espace 2, à réécouter ou podcaster.

     

  • Encadré 2:

    DVD « Le nouvel esclavage »

    Le chanteur jurassien Philippe Decourroux a réalisé un DVD sur le trafic humain et l’industrie du sexe. Tourné en Moldavie et dans plusieurs quartiers « rouges » d’Europe, le documentaire met cet esclavage moderne dans le collimateur.
     
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !