Conférence : « La Fontaine des Larmes », un mémorial mettant en dialogue la Crucifixion et la Shoah

Conférence 23 février/ EEL
Conférence 23 février/ EEL (Sandrine Roulet) icon-info
vendredi 01 mars 2024

Le 23 février, l’artiste-sculpteur Rick Wienecke était invité dans les locaux de l’Eglise évangélique de Lonay pour présenter « La Fontaine des Larmes ». Devant une salle bien remplie, il a relaté comment sa quête spirituelle l’a amené à découvrir l’histoire et le pays d’Israël. Et comment sa rencontre avec le Christ l’a ensuite conduit à réaliser une oeuvre en hommage aux victimes de la Shoah.

C’est un artiste chrétien peu connu en Suisse qui donnait une conférence le 23 février dernier, dans les locaux de l’Eglise évangélique (FREE) de Lonay. Pourtant, Rick Wienecke est l’auteur d’un mémorial visité par des milliers de personnes chaque année. L’œuvre originale se trouve à Arad, en Israël, mais une seconde est présentée en Pologne, juste à l’extérieur des portes d’Auschwitz. Longue de vingt mètres et haute de quatre, « la Fontaine des Larmes » est composée de sept panneaux en pierre de Jérusalem représentant le Christ sur la Croix et ses sept dernières paroles (Luc 23, Jean 19 et Matth.27).

En face de lui, faisant écho à ses paroles, se trouve la figure d'un déporté de la Shoah. Entre les panneaux, des murs de pierres foncées symbolisent les six millions de Juifs assassinés par les nazis. Des gouttes d'eau coulent lentement sur les pierres, illustrant les larmes du texte biblique de Jérémie 9, v.1. Aux deux extrémités, deux sculptures représentent la Résurrection. «Pour moi, Jésus enlace toutes les souffrances du monde. Il est la réponse à toute forme de souffrance. Il ouvre un espace de guérison pour la victime comme l’agresseur, car nous avons tous la possibilité de devenir l’un ou l’autre», a explicité l’artiste devant les cent-vingt personnes présentes.

La mémoire de Dieu

Traduit par Luc Zbinden, l’organisateur de la soirée, Rick Wienecke a d’abord relaté comment il est arrivé en Israël dans les années 70, en quête de Dieu (cf. encadré). Rien ne destinait ce Canadien d’origine à s’intéresser à la Shoah, ni à devenir sculpteur. « Dieu a construit en moi ce talent artistique, qui est un moyen de communication, l’expression d’une prière ». En quarante ans de carrière, « La Fontaine des Larmes » a été l’œuvre la plus difficile à réaliser pour le sculpteur, qui a aujourd’hui la citoyenneté israélienne.

«Chaque étape de ce processus était remplie de larmes" confie l'artiste. "Comment aborder l’Holocauste de manière créative ? C’était une réelle lutte intérieure avec Dieu. Je lui disais : je ne suis pas Juif, ni même Européen, je n’ai pas de lien avec ce génocide. Comment créer un mémorial sans aucune mémoire à ce sujet ? Et j’ai entendu Dieu me répondre intérieurement : C’est moi qui le ferai. Moi, je me souviens de chaque enfant, chaque femme, chaque homme, chaque wagon, chaque chambre à gaz, chaque larme, chaque prière, je me souviens de tout ! ». Cette conviction que Dieu le guiderait a été le point de départ d’un processus artistique long de sept ans.

Un appel lancé aux chrétiens

Pour Luc Zbinden, « La Fontaine des Larmes » et les autres sculptures de Rick Wienecke matérialisent des vérités bibliques et illustrent le dialogue que Dieu cherche à établir avec chacune et chacun d’entre nous, dans nos questionnements, nos souffrances, nos prières. « Je les vois comme un point de rencontre entre la Parole et ma réalité », résume-t-il.

Par ailleurs, si les créations de l’artiste racontent la tragique et indicible souffrance de l'Holocauste et le rétablissement de toute chose par l’œuvre du Messie, elles expriment encore autre chose pour Luc Zbinden. Cet appel lancé aujourd’hui à l’Eglise: acceptons-nous, comme Ruth dans la Bible, d’entrer en alliance avec Israël ? De prier et nous tenir sur la brèche en faveur des projets du Dieu Eternel pour cette nation et les peuples vivant sur cette terre? »

Une même question

Luc Zbinden a découvert le travail artistique de Rick Wienecke à travers son livre (Des Semences dans le vent, éd.Emeth) puis a eu l’opportunité de le rencontrer en Israël en 2018, puis en 2022. «J’ai réalisé combien son parcours était proche du mien », partage encore l'organisateur, «celui d’un non-juif prenant conscience de la fidélité de Dieu dans toute l’histoire du peuple juif.

Cette même question nous a interpellés chacun: comment, trois ans après avoir survécu à la Shoah, ce peuple a-t-il réussi à fonder une nation qui reste debout malgré les menaces et le rejet ? Rick Wienecke a saisi combien sa foi chrétienne ne pouvait être dissociée du destin du peuple juif, de la terre d’Israël et d’un Messie juif », conclut-il.

 

Site internet de l'artiste Rick Wienecke

Pour découvrir son oeuvre

  • Encadré 1:

    Tout est parti d'un livre...

    Dans les années 70, Rick Wienecke est chauffeur de taxi à Vancouver et la plupart du temps drogué. Une nuit, dans un profond désespoir, il crie à Dieu. Dès lors, des événements inattendus ne cessent de se produire dans sa vie. Bien qu’il déteste la lecture, Rick dévore « Exodus », l’histoire d’un vieux bateau rempli d’orphelins juifs et de survivants des camps cherchant à rejoindre la terre d’Israël/Palestine.

    En refermant le livre, le jeune Canadien a cette pensée : si Dieu existe, il a quelque chose à voir avec Israël. Il décide de partir travailler six mois dans un Kibboutz en Israël. C’est au cours de ce séjour qu’il croise Arthur Blessit, connu dans le monde entier pour voyager en portant une croix. Ce prédicateur proclame : «Si je porte cette croix, c’est que Jésus est le roi de ma vie ». Rick fait alors cette simple prière : Jésus, je veux te laisser régner sur la mienne. Marié à Dafna et père de deux enfants, Rick vit en Israël depuis une quarantaine d’années.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !