×

Message

Failed loading XML...

« Dans l’œil du cyclone… et après ? » avec Evelyne Schluchter, la maman de Marie

Gabrielle Desarzens vendredi 17 janvier 2014

Il est possible de survivre et de vivre à nouveau après le drame. Et de traverser l’épreuve avec Dieu. C’est ce dont témoigne Evelyne Schluchter, la maman de Marie, enlevée et assassinée en mai dernier.

Peut-on renaître après le drame ? Et si oui, à quoi ? Evelyne Schluchter, 57 ans, parle imperceptiblement, posément. « On sait que cela ne sera plus comme avant, dit-elle, mais on peut donner du sens à ce qu’on va vivre. Même si l’on est amputé d’une partie de soi, qu’il y aura toujours des séquelles, il est possible de retrouver une force nouvelle qu’on ne soupçonnait pas. » Le lundi 13 mai dernier, sa fille Marie qui venait de fêter ses 19 ans est enlevée et assassinée. « Quand j’ai appris son décès, j’ai cru que c’était la fin pour moi, que je ne me relèverais pas. Le mercredi, en rentrant du service de médecine légale, je me suis retrouvée seule dans cette maison, avec la lettre de la police judiciaire attestant de la mort clinique de Marie. C’était terrible. J’étais complètement perdue. Je me suis mise à genoux ici au salon, ne sachant pas quoi prier. Mais j’ai crié à Dieu : ‘Reste avec nous !’ Et il l’a fait. »

Un cataclysme
Evelyne porte ses origines malgaches dans la peau comme dans l’accueil de l’autre, qu’elle reçoit généreusement dans le chalet qui l’abrite elle et son mari, le pasteur Antoine Schluchter, à Villars-sur-Ollon (VD). Elle vient de Tuléar, une ville du sud-ouest de Madagascar, « qui connaît des cyclones et tempêtes tous azimuts », indique-t-elle. Rien à voir pourtant avec la mort de Marie, qui a été un cataclysme « d’une portée trop élevée » sur l’échelle de Richter. « Mais c’est comme l’AVC fulgurant (ndlr : accident vasculaire cérébral) que j’ai eu il y a sept ans : je me sens diminuée, soit ; je reçois pourtant la vigueur qu’il me faut pour vivre jour après jour. » Elle a connu cependant de longs mois hantés de cauchemars nocturnes : « Je revivais ce que Marie a vécu. J’étais rouée de coups, me sentais étranglée, entendais les cris de ma fille appeler au secours… » Et puis il y a eu ce voyage de trois semaines sur la Grande-Ile, en octobre, où elle a notamment vu longuement ses deux sœurs. « Enfants, nous avons été bercées avec nos trois frères par une éducation chrétienne vécue profondément par nos parents. Et là, avec mes sœurs, nous avons passé beaucoup de temps ensemble à parler, à prier, à pleurer ; sans modération ! Cela a été bénéfique pour chacune d’entre nous. J’ai notamment accepté d’être exhortée, encouragée par des versets bibliques… Je me suis sentie relevée, ressuscitée ! C’était grandiose. »

« Pour une vie meilleure »...
Il faut dire que Marie était née chez l’une des sœurs d’Evelyne, qu’elle avait ensuite vécu une année chez l’aînée avant d’arriver en Suisse dans le foyer des Schluchter. « De mes deux filles malgaches adoptées, Marie est celle dont j’ai suivi la procédure personnellement et pour laquelle je me suis battue bec et ongles, alors que mon pays avait rendu le processus d’adoption particulièrement diffi-cile », raconte Evelyne. Elle se tait, ajuste ses lunettes et puis reprend : « A Madagascar, j’ai aussi rencontré la mère biolo-gique de mes filles, qui me les avait confiées ‘pour une vie meilleure’... J’ai pu partager ma douleur avec cette femme, qui a une foi simple et joyeuse. Et moi, qui suis toujours intervenue pour le bien des jeunes et des enfants, et qui n’ai pas su protéger ma propre fille… » Son regard se perd, et sa voix se fait ténue : « Je me sentais coupable. » Puis, regardant à nouveau son interlocutrice : « D’en parler avec cette maman a été libérateur pour moi. J’ai vraiment laissé un joug derrière moi. »

Entre douleur et espérance
Evelyne Schluchter a été très soutenue par la communauté d’Ollon-Villars, qui lui a été d’un grand réconfort. « Nous n’avons pas été seuls dans notre peine, c’est tangible ce que je dis là, souligne-t-elle ; ce ne sont pas seulement des paroles. » Ce qui est pourtant mort avec Marie ? « Toute perspective d’un avenir que je souhaitais vivre avec elle, qui était gaie et qui nous a beaucoup apporté. Je n’arrivais plus à chanter… Cela revient maintenant mais doucement », déclare-t-elle en souriant légèrement. Les yeux encore marqués par une infection qu’elle a contractée au pays, elle montre à son poignet un bracelet qui porte l’inscription : « Va avec la force que tu as », que stipule la Bible dans le livre des Juges (6.14). « Je l’ai reçu d’une amie, commente-t-elle. Je partage désormais ma douleur, mais aussi mon espérance. » Car Evelyne indique ne pas avoir été ébranlée dans la foi chrétienne qui l’habite. Et vouloir vivre jour après jour avec reconnaissance ce qu’elle peut avec Laetitia, la sœur de Marie, et sa famille aux Etats-Unis. « Tout en gardant une mémoire vive de ma fille décédée », dit-elle simplement.

Un cadeau
Evelyne s’est rendue là où Marie a été enlevée : « J’y ai pleuré trop fort. Je ne le referai pas. » Mais quand elle passe près du cimetière où sa fille est enterrée, que ce soit en car postal ou dans une voiture, elle lève toujours le bras en signe de bénédiction, un geste qu’elle a toujours fait en faveur de sa fille et qui signifiait pour Evelyne : « Dieu t’accompagne ! » « Car oui, Marie a été une vraie bénédiction dans ma vie. Cela a parfois été une réelle aventure que de vivre avec cette enfant pas toujours facile, mais ça n’a jamais été banal ! L’avoir eue à nos côtés pendant toutes ces années, avec ses yeux noir cerise, cela reste un grand cadeau. C’est cela que je veux garder en moi. »

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Quelqu'un meurt

    Quelqu’un meurt,
    Et c’est comme des pas qui s’arrêtent...
    Mais si c’était un départ
    Pour un nouveau voyage ?
    Quelqu’un meurt,
    Et c’est comme une porte qui claque...
    Mais si c’était un passage s’ouvrant
    Sur d’autres paysages ?
    Quelqu’un meurt,
    Et c’est comme un arbre qui tombe...
    Mais si c’était une graine germant
    Dans une terre nouvelle ?
    Quelqu’un meurt,
    Et c’est comme un silence qui hurle...
    Mais s’il nous aidait à entendre la fragile
    Musique de la vie ?

    Benoît Marchon

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !