« Edmée Cottier (1915-1997) : ‘Pas de victoire sans sacrifice !’ » par Gabrielle Desarzens

dimanche 07 juillet 2013

Otage du mouvement rebelle angolais Unita en 1979, Edmée Cottier a marché trois mois et demi et 1600 kilomètres pieds nus dans la brousse angolaise à l'âge de 64 ans. Souvent éreintée et découragée, elle a puisé dans la Bible comme dans les slogans de ses ravisseurs de quoi nourrir sa vie spirituelle... et se remettre en route.

Elle voulait vivre une vie « qui vaille la peine »... Elle n'a pas été déçue ! Trois semaines après l'armistice qui mettait fin à la Seconde Guerre mondiale, cette Suissesse originaire du Pays-d'Enhaut a pris le train de Genève à Lisbonne – une semaine de voyage –, puis un cargo de Lisbonne à Lobito, en Angola – 66 jours de traversée –, pour venir en aide en tant qu'infirmière aux différentes ethnies angolaises dans le besoin.
Son périple africain de 34 ans s'est soldé par une prise d'otage en janvier 1979, dont elle est sortie malade, amaigrie et affaiblie, mais riche de nouveaux enseignements qu'elle a par la suite généreusement partagés. « Les jeunes soldats qui m'accompagnaient étaient tous des volontaires qui avaient répondu à l'appel de leur leader Jonas Savimbi pour, disaient-ils, sauver leur pays des communistes. Presque tous en guenilles, ils étaient très motivés, prêts à donner leur vie pour leur chef. Ils scandaient : 'Pas de victoire sans sacrifice !' en marchant au pas avec leurs fusils-mitrailleurs tout neufs en provenance de l'un ou l'autre pays anti-communiste du monde libre. En les côtoyant si maigres et pleins d'entrain, je me disais que moi, qui suis du Christ, je n'allais pas renoncer, redouter la souffrance ! 'Pas de victoire sans sacrifice !' C'est là le sermon le plus bref et le plus vrai que je n'aie jamais entendu ! »
Originaire des Préalpes vaudoises, Edmée Cottier est née dans une famille paysanne de Rougemont. Elle a grandi aux côtés d'une mère très douce et d'un petit frère de quatre ans son cadet. Son père, lui, avait ce caractère rude des gens de la montagne : il n'exprimait que peu ses sentiments et appelait ses vaches du nom des gens qu'il appréciait ou non, c'était selon... A son image, Edmée était d'une pièce, n'hésitant pas à formuler le fond de sa pensée. Et elle était solide, tant physiquement que psychiquement. « Elle supportait tout, mangeait de tout, même s'il y avait, par exemple, des fourmis dans sa nourriture, illustre l'une des personnes qui a travaillé avec elle en Afrique. Tout lui coulait de source, elle ne s'en faisait jamais. » Et Edmée avait aussi le contact facile et chaleureux : « Elle encourageait, donnait des idées, riait... et faisait preuve d'un grand dévouement : elle aurait tout donné. »

La Bible : la Parole de Dieu
Avant l'Afrique, Edmée a connu au cœur des Préalpes vaudoises « des chrétiens rayonnants » qui lui ont fait envie, témoigne-t-elle dans un documentaire qui rend compte de son enlèvement. Elle a suivi le catéchisme dans l'Eglise réformée mais, à 16 ans, n'a pas pu se décider à confirmer son baptême. « Le pasteur de l'époque au village a bien compris mon indécision et m'a encouragée à lire la Bible sur deux ans. Jusque-là, je la lisais en 'discutaillant'. Je disais : 'Oui, Dieu, ça d'accord', et puis : 'Non, là, ça tient pas debout'. Lors d'un séjour que j'ai fait en Angleterre, dans une Eglise vivante où l'on prêchait la Parole de Dieu, j'ai eu un déclic : j'ai compris qu'il y avait dans ce livre des choses qui dépassaient mon intelligence. J'ai alors fait le troc : j'ai mis la Bible au-dessus de mon intellect. Mais... je ne suis pas devenue bête pour autant ! » Edmée sourit face à la caméra, hausse les épaules et continue dare-dare : « Après cette décision d'obéir à la Parole de Dieu, de servir le Christ et de lui donner la première place dans ma vie, je suis rentrée en Suisse en 1935, où j'ai débuté ma formation d'infirmière à l'école de La Source à Lausanne. » Jusque-là, elle voulait se marier et avoir six enfants. « Elle avait déjà imaginé le prénom de chacun d'eux », se souviennent ses amies, dont Anny Bréchet qui, la première, lui parlera des opportunités professionnelles en Angola. Saisie par le message de l'Evangile, Edmée changera ses projets pendant ses études, se dédiera à la mission et restera célibataire.
« L'engagement d'Edmée dans la foi chrétienne est le résultat d'un approfondissement. Elle a toujours regretté ne pas avoir été saisie par l'Evangile, comme Paul sur le chemin de Damas », commente Jacqueline Roehrich, 95 ans, avec laquelle Edmée a toujours entretenu une longue correspondance.

Le pays des « Pourquoi »
Edmée effectue ses premiers pas professionnels d'abord en Belgique parmi les mineurs du Borinage, partageant avec eux les situations dramatiques au moment de l'invasion allemande. C'est là qu'elle se confronte aux premiers « pourquoi » face à l'enfer qui l'environne. « En 1939, un mineur m'ayant trouvé assise en larmes au bord du chemin et gémissant des 'pourquoi' eut tôt fait de me remettre debout en me disant dans le parler rude des prophètes : 'Allons ma grande, ici-bas c'est le pays des pourquoi, mais nous sommes en route vers le pays des parce que'. »
Souhaitant toujours venir en aide aux plus nécessiteux du globe, c'est en 1945 qu'elle part pour l'Angola. Elle a juste 30 ans.
Elle engagera d'abord toute son énergie dans l'hôpital pour lépreux de Kalukembe, alors en pleine expansion. Après sept ans de labeur, elle aspire à un renouvellement personnel et imagine un bref séjour en Suisse. Les échos du réveil chrétien en Afrique de l'Est l'impressionnent et, en 1952, elle décide de passer par cette région du monde, alors qu'elle est en route pour son premier congé en Europe. Elle emprunte des taxis-brousse, fait du stop... Ravie notamment par l'accueil fraternel de chrétiens au Rwanda, elle se fait reprendre par l'un d'entre eux qui lui dit que son orgueil est un grand obstacle dans sa vie. D'abord décontenancée par la remarque, elle l'accepte et se sentira riche d'une nouvelle énergie, montrant ainsi être toujours prête à entendre l'autre et à se remettre en question. « Mais en m'appuyant toujours sur ce roc que représente pour moi et une fois pour toutes la Parole de Dieu. »
De retour en Angola en 1953, elle prend en charge le dispensaire d'Ebanga. Puis s'impliquera dans la léproserie de Jamba, où elle travaillera de concert avec Gandhi Marinova, une autre Suissesse, infirmière missionnaire, qui a été prise en otage par l'Unita comme elle un an plus tôt. « Edmée m'intimidait, témoigne Gandhi. Elle avait 15 ans de plus que moi, elle était grande, parlait bien... et c'était une femme de prière extraordinaire ! »

Au cœur de la guerre civile
En 1965, Edmée revient au Pays-d'Enhaut pour s'occuper de ses parents affaiblis par l'âge. « Tout en soignant ses parents, elle a fait l'infirmière au village », se souvient Jacqueline Roehrich, qui était à l'époque l'épouse du pasteur de Rougemont.
Après le décès de ses deux parents, c'est presque naturellement qu'elle reprend le chemin de l'Angola, au début de 1970. A Nondumbo, à l'est du pays, elle s'intègre dans une nouvelle équipe. D'énormes changements politiques surviennent les années suivantes. La guerre civile, peu après l'indépendance, déstabilise le pays de fond en comble. En 1975, les communistes prennent en effet le pouvoir avec António Agostinho Neto Kilamba, premier président du pays et secrétaire général du Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA). L'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA) entre alors dans l'opposition armée, plongeant le pays dans l'insécurité et la peur.
Après la libération de Gandhi Marinova, kidnappée par l'UNITA en décembre 1977 – et qui aura parcouru 3200 kilomètres en 7 mois –, l'inconcevable arrive : Edmée est à son tour capturée à Nondumbo et emmenée, le 18 janvier 1979. « Une violente fusillade déchira le silence de l'aube. Les soldats encerclèrent la mission, le dispensaire se vidait de tous ses médicaments, la librairie de toutes ses bibles. Tandis qu'ils mettaient le feu à ma jeep devant chez moi, je tentais vainement de parlementer avec le lieutenant qui me disait : 'Vite, dépêche-toi, prépare tes affaires, tu pars avec nous !' » Moyens de pression sur l'opinion internationale pour des mouvements qui n'ont pas les moyens de faire connaître les raisons de leur combat, les prises d'otages sont l'arme du pauvre, analysera plus tard Edmée. Sur le moment – en ceci plus favorisée que Gandhi Marinova –, elle peut emporter sa Bible, ses lunettes, son livre de chants, un parapluie et des couvertures. Une longue marche commence... et les nuits « mille étoiles » se succèdent ! « Le soir, quand on s'installait pour dormir sous les arbres, si je n'étais pas trop éreintée, on chantait des cantiques et je priais avec mes ravisseurs. » Edmée, qui parlait umbundu, l'une des cinq langues bantoues utilisées dans le pays, n'a en effet jamais éprouvé de haine envers ceux qui se bornaient finalement à exécuter les consignes de leurs supérieurs. Elle a appris à être reconnaissante pour les petites choses. « Pour moi, sur ces pistes désertes de la brousse, quand au bivouac du soir autour du feu, un soldat voyant que je n'arrivais pas à avaler ma ration de bouillie, m'offrait un bout de sa patate douce – alors qu'il n'en avait lui-même que trois ou quatre pour la journée... qu'il me la mettait à rôtir et me la tendait en m'encourageant : 'Goûte voir, Tante...', j'apprenais la valeur des gestes simples... et rendais grâce à Dieu. »
Suite à une marche nocturne, elle rencontre le général Savimbi. Elle s'entretient deux heures avec cet homme, qui se montre courtois... et qui lui confie une lettre pour ses « parents suisses », un évangéliste dont la famille l'avait reçu comme un fils pendant ses études.

« A toi la gloire ! »
Edmée Cottier sera finalement libérée à la frontière namibienne. A son arrivée en Suisse, sur le tarmac de l'aéroport de Genève, un comité d'accueil l'attend en entonnant le cantique « A toi la gloire, O Ressuscité! A toi la victoire, pour l'éternité... »
Edmée avait perdu 18 kilos, n'avait presque plus de cheveux, était rongée par la vermine... Une fois rétablie, elle se rend partout où on l'invite. Elle aime parler... Ce don naturel, sa gaieté, sa franchise et son expérience particulière d'otage lui ouvrent des portes pour parler de sa foi. « C'est comme si le Seigneur avait mis cette expérience dans une bulle translucide. Je la vois, je me revois en captivité, mais cette expérience ne me fait plus souffrir, elle n'a plus d'impact sur moi. » De conférence en conférence, elle participe au ministère de La Barque, une œuvre d'écoute et de prière à Lausanne, et s'y engage avec joie pendant neuf ans, témoignant là aussi de l'amour de Dieu. Elle fait à chaque fois mouche auprès des jeunes, toujours nombreux à écouter cette vieille dame au verbe convaincant : « C'était quelqu'un ! »
Atteinte dans sa santé par une sclérose latérale amyotrophique qui l'empêchera finalement de parler, Edmée Cottier est décédée le 8 mars 1997. Sur sa tombe, les trois premiers verbes de l'épître de Jude ont été gravés, comme pour résumer sa vie : « Appelée, aimée, gardée. »
Gabrielle Desarzens

Un portrait à écouter et à podcaster sur Paroles.ch.

  • Encadré 1:

    Pour aller plus loin :
    - Film :
    Kidnappée, sans chaussures, mais avec sa Bible, TVP, Cortaillod (1992).
    Documentaire à partir du témoignage d'Edmée Cottier
    - Livre :
    Gandhi Marinova, Edmée Cottier et Flora Quintin, Histoires d'otages, Chailly-sur-Montreux, RDF, 1994, 158 p.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !