«Quelle image de Dieu suis-je pour la création?», une chronique StopPauvreté/Radio R de Serge Carrel

Serge Carrel jeudi 12 septembre 2019 icon-comments 1

Les êtres humains, « images de Dieu » selon la Genèse, disent quelque chose de leur Créateur par leurs comportements et leurs choix. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne les défis écologiques.

Image de Dieu… C’est l’un des termes phares que les chrétiens utilisent pour exprimer leur conception de l’identité de l’être humain. Aujourd’hui cette identité est l’objet de nombreux débats. D’un côté, vous avez les antispécistes qui considèrent que l’humain est un être vivant parmi d’autres et qu’à ce titre, il ne doit bénéficier d’aucune prérogative par rapport aux autres êtres vivants. De l’autre, vous avez les transhumanistes qui font tout pour, grâce à de nouveaux développements technologiques, permettre à l’être humain d’échapper aux limites de la mort et de dépasser ainsi sa condition limitée.

Le premier récit de la Bible – Genèse 1 et le début du chapitre 2 – raconte que Dieu a créé l’être humain comme son image sur la terre, comme son représentant parmi tous les êtres vivants. Le mot hébreu « tsélem », traduit en français par l’expression « pour image », se retrouve en Egypte pour caractériser la statue du pharaon, manifestation de Dieu et image de la puissance du pouvoir égyptien. On retrouve encore le mot « image » en Mésopotamie pour caractériser des représentations du roi destinées à rappeler de manière visible son autorité dans une région.

Image de Dieu sur terre

C’est un peu comme dans toutes les mairies de France où la photo du président trône dans la salle de réception. C’est aussi un peu comme dans de nombreux pays autoritaires, où l’image du président ou du chef de l’Etat trône dans l’échoppe ou le foyer du citoyen lambda. Comme si cette personne souhaitait ne laisser aucun doute sur ses allégeances au pouvoir et peut-être bénéficier des bonnes grâces de ce dernier.

Quand la Genèse dit que l’être humain est créé en image de Dieu ou comme image de Dieu, ce récit démocratise la notion d’image. Ce n’est plus le Pharaon ou le roi qui serait l’exclusive représentation de Dieu sur terre, mais tout être humain. Vous et moi ! Etre image de Dieu sur terre, c’est la responsabilité que la Genèse dessine pour chacun d’entre nous.

A l’heure du réchauffement climatique et de la disparition de la biodiversité, une question s’impose : de quel Dieu sommes-nous l’image par rapport à l’ensemble de la création ? Du dieu argent, prêt à tout pour exploiter la création et amasser un maximum de profits ? Du dieu pétrole, qui nous permet une bougeotte censée tuer notre mal-être en multipliant nos déplacements ?

Ou sommes-nous l’image d’un Dieu qui prend soin des humains, des êtres vivants et de la création ? Sommes-nous ce représentant de Dieu sur terre qui cultive et prend soin du jardin, propriété du Seigneur ?

Serge Carrel

  • Encadré 1:

    Chroniques StopPauvreté diffusées sur Radio R

    Ce texte fait partie d’une série de chroniques de Serge Carrel, journaliste sur lafree.info, diffusées sur Radio R, la chaîne DAB+ de Radio Réveil. Cette série est réalisée sur mandat du mouvement StopPauvreté.

1 réaction

  • Erik Veldman vendredi, 13 septembre 2019 09:33

    "A l’heure du réchauffement climatique et de la disparition de la biodiversité, une question s’impose"!Oui, il y a une question à se poser : pourquoi faites-vous la promotion d'une telle idiotie du réchauffement climatique ? Pourquoi créez-vous la peur parmi les chrétiens ? Le Dieu après qui nous avons été créés n'est-il pas en train de tout contrôler ? Ou êtes-vous en train de suggérer que ce qui est actuellement un problème au niveau humain l'est aussi au niveau de Dieu ? Vous parlez d'être créé à l'image de Dieu, mais vous avez déformé cette image en suggérant que c'est nous, les humains, qui allons résoudre le problème.

    Tout d'abord, le réchauffement climatique (ou changement climatique) est une invention de l'homme pour soumettre l'humanité aux constructions humaines, économiquement et politiquement ! Deuxièmement, Dieu est Souverain et rien, je veux dire, absolument rien dans ce monde n'échappe à son attention. Vous défendez le même programme que le monde. Vous ne faites pas confiance à Dieu, vous faites confiance aux dieux du programme sur les changements climatiques qui disent que nous devons faire ceci et cela pour sauver notre précieuse planète. Oui, nous devons être de bons intendants de la terre que Dieu nous a donnée, mais tu sais quoi, Serge, c'est un monde déchu et "le ciel et la terre sont réservés pour le feu, gardés pour le jour du jugement et la destruction des hommes impies" (2 Pierre 3.7).

    Et jusqu'à ce jour, nous devons rester fidèles à son mandat, en tant que chrétiens, de prendre soin et d'utiliser avec sagesse toutes les ressources que Dieu a mises sur cette planète pour le bien de l'humanité. Les fossiles dits "dangereux" sont donnés par Dieu à l'humanité pour qu'elle les utilise. Vous poussez l'humanité, en particulier ceux qui vivent dans la pauvreté, dans une dislocation plus profonde en enlevant l'une des formes les moins chères de combustion et de source de chaleur. Vous avez fait du changement climatique votre dieu et vous poussez la communauté évangélique à la peur. Mais je proclame que Dieu est souverain, même sur le climat. Il règne et Il règne sur tous les aspects de la vie sur cette terre. A Lui doit être donnée toute la gloire pour les siècles des siècles.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

11 décembre

  • «Faire de mon conjoint un allié» avec Salomé et Jérémie Valiton (One’Talk)
  • «Au lieu de juger, pardonnez!» avec Camille Kursner (SPPA)

17 décembre

  • «Femme, business et maternité» avec Ruth Letare (One’Talk)
  • «Peacemakers: un gospel pour la paix» avec Liz McComb (Connexion)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !