Les divorcés et séparés ont leur cours : « Revivre »

vendredi 14 décembre 2007

Après les cours « Alphajeunes » et « Elle & Lui », les cours Alphalive ont un nouveau petit frère : les cours « Revivre après avoir été délaissé(e) ». La première édition de ce cours pour divorcés et séparés a eu lieu dans la région de Gland. La deuxième aura lieu de février à mai 2008 au Château de Bossey à Crans-sur-Céligny. Echos d’une première suisse !

« Le prochain cours « Revivre » débutera le 29 février prochain à Crans-sur-Céligny. Ne manquez pas d’en parler autour de vous ! » Christine Koenig de l’Eglise évangélique Arc-en-ciel à Gland est rayonnante. En cette fin de soirée, ce vendredi de novembre, elle conclut la rencontre-bilan d’une première en Suisse : le cours « Revivre après avoir été délaissé(e) ». Un vrai succès !
Dans la petite salle communale de Givrins, l’ambiance est très animée. Autour des tables, les conversations vont bon train. Manifestement les convives ont du plaisir à être ensemble. Une cinquantaine de personnes – majoritairement des femmes - ont partagé un repas pour dresser un premier bilan de ce cours pour divorcés ou séparés. En tout 6 soirées autour de thèmes aussi différents que « Faire face aux conséquences de la séparation et du divorce », « Le divorce : questions juridiques », « Etre seul à nouveau et avancer »... « Pour lancer ce cours, explique Christine Koenig, nous sommes allés à Londres, à Holy Trinity Brompton, l’Eglise anglicane qui a lancé les cours alpha. » C’est que le cours « Revivre » est un « sous-produit » des cours alpha : un repas et une soirée-discussion non pas autour de la foi chrétienne, mais autour d’un problème de vie qui touche de plus en plus de personnes dans notre société.

« Un service que l’Eglise peut rendre au monde »
« Ce cours permet de se faire du bien au travers du partage. » Le pasteur réformé Jean-Denis Roquet fait aussi partie du comité d’organisation de cette première édition suisse de « Revivre ». Remarié après avoir passé par les souffrances d’un divorce, ce pasteur assure l’appui théologique de l’équipe des organisateurs. Avec son épouse, qui a aussi connu un divorce, il a par exemple dispensé l’enseignement de la deuxième soirée consacré à « La communication et la résolution de conflits ». « En fait, ajoute Jean-Denis Roquet, ce cours est un véritable service que l’Eglise peut rendre au monde. »
Un support écrit, traduit de l’anglais et susceptible de paraître prochainement en français, donne l’orientation générale du cours. Pas de prêchi-prêcha dans ce manuel. La foi chrétienne transparaît plus par le développement de certaines valeurs comme le pardon que par des références directes à Jésus ou à la Bible. En fait, il s’agit de rencontrer les participants dans leurs souffrances et de leur montrer qu’ « il y a une vie après le divorce et qu’il est possible de retrouver espoir ».

Des divorcés de longue date comme des fraîchement séparés
« Voilà 6 ans que j’ai divorcé, raconte Claude autour d’une table, et le conflit avec mon ex-épouse dure toujours ! » Cet ingénieur de ventes qui fréquente aussi régulièrement des rencontres « papa contact », dans le cadre d’un mouvement de la condition paternelle, a deux enfants. « Les voir un jour toutes les deux semaines, explique-t-il très ému, c’est 13 jours de tristesse pour un jour de bonheur ! » La soirée qu’il a le plus appréciée, c’est celle consacrée au pardon et au lâcher prise. « Au travers des échanges avec d’autres femmes, relève-t-il, j’ai pris conscience que la souffrance n’était pas l’apanage des hommes. En fait je n’avais jamais imaginé que des femmes puissent souffrir autant d’une séparation ! »
Nicole affiche une tout autre trajectoire. La semaine où son mari demandait la séparation a coïncidé avec le début du cours. Elle s’y est inscrite, alors que « la panique était à bord » ! « Dans des instants comme ceux-là, on se pose 1000 questions. Les échanges avec les autres personnes de mon groupe m’ont beaucoup aidée, témoigne-t-elle devant l’assistance. La prière de mes amies chrétiennes a constitué une source de consolation. C’est pour cela que je tiens encore debout ! » Nicole regrette une chose. Ne pas avoir bénéficié de l’enseignement de la soirée sur la communication avant que son mari ne la quitte. « Si j’avais entendu cela voilà quelques années, je n’en serais pas où j’en suis aujourd’hui. »

Des incidences concrètes dans la vie des participants
La soirée sur le pardon a aussi été le moment-phare du cours pour Christian, un chrétien engagé. « Je n’avais jamais suivi une dynamique de groupe de ce style, raconte-t-il. Lors de la soirée sur le pardon, j’ai découvert que si je ne le pratiquais pas, je serais perdant. Dimanche dernier, j’ai pu demander pardon à mon ex-épouse pour ma part de responsabilité dans notre séparation, sans attendre la réciproque... » Christian s’arrête. L’émotion l’empêche d’aller plus loin... « Je dois vraiment réapprendre à vivre seul, poursuit-il après quelques instants. Il y a une vie après un divorce. Il y aura peut-être même autre chose, lâche-t-il. N’a-t-on pas le droit de goûter à nouveau au bonheur ? »

Des cours bientôt en région genevoise et à Lausanne
Le prochain cours « Revivre » aura lieu à Crans-sur-Céligny à partir de fin février. La région lausannoise pourrait l’accueillir l’automne prochain. « Des questions se posent autour de la publication d’un manuel et sur l’association qui va gérer ce cours, explique Christine Koenig. Une chose est sûre : il correspond à un besoin ! » Et il devrait se multiplier dans toute la Suisse.
Pour venir en aide aux divorcés, Christine Koenig n’as pas que ce cours dans la tête. Depuis 3 ans, elle participe avec d’autres à l’animation d’un groupe « Solobatire » dans la région de Gland. Ce groupe propose des sorties et des rencontres aux divorcés de la région. Notamment dans des moments délicats de la vie sociale où la solitude pourrait se faire cruellement sentir. « Se rencontrer et passer du temps ensemble dans des moments comme Noël, ajoute-t-elle, permet vraiment de se soutenir ! »

Serge Carrel

  • Encadré 1:

    Plus d’infos sur « Revivre »
    Le prochain cours « Revivre après avoir été délaissé(e) » aura lieu au Château de Bossey à Crans-sur-Céligny. Il commencera le 29 février. Les lieu et date du cours de l’automne 2008 dans la région lausannoise ne sont pas encore fixés.
    Pour tout renseignement : koenig_christine (at) hotmail.com.
    Vous pouvez aussi télécharger ci-dessous le dépliant de présentation du cours
    .

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !