« Transgenres, transsexuels et transphobie » par Christian Bibollet

Christian Bibollet mardi 24 octobre 2017 icon-comments 2

Le quotidien Le Temps a publié le 4 octobre cette prise de position dans sa rubrique Opinion. Son auteur, Christian Bibollet, est membre du Réseau évangélique suisse (RES). Ne manquez pas de participer au débat en fin d'article!

La nouvelle a eu un retentissement international. Le 1er juillet 2015, Bruce a demandé qu’on l’appelle désormais Caitlyn, Caitlyn Jenner. Et là, en première page d’un prestigieux magazine, on pouvait admirer son exploit. Champion du décathlon aux JO de 1976, il apparaissait, quarante ans plus tard, physiquement métamorphosé, exhalant la grâce et la sensualité d’une actrice de cinéma. Face à une aussi prodigieuse transformation, certains ont pu penser qu’une gigantesque barrière à leur épanouissement personnel venait de tomber.

Depuis son enfance, l’homme court après les oiseaux pour les attraper. Et en les voyant s’envoler, il se prend à rêver de les imiter. De la « machine à voler » de Vinci, aux prototypes des Frères Wright, aux engins supersoniques actuels, les progrès technologiques ont complètement dépassé les rêves les plus extravagants de ces pionniers. Mais parachutistes, parapentistes, vélideltistes et « wingsuiters » essaient de se rapprocher encore un peu plus de ce rêve. Et, l’espace d’une descente, ils partagent l’esprit de leur animal totem. Ils sont « aigle » ou « gypaète ».

Une fois revenus sur terre, ils sont néanmoins les premiers à reconnaître que tout cela n’est qu’un jeu, qu’une forme de sport extrême où il arrive à certains de laisser leur vie.

Idéologie « transhumaniste »

Mais, depuis peu, d’autres ne parlent plus de jeu. Il semble en effet qu’un nombre croissant de gens soient absolument résolus à effacer définitivement la frontière entre rêve et réalité. Devenir « oiseau », expliquent-ils, n’a rien de ludique. C’est une aspiration existentielle, un besoin de se libérer des stéréotypes sociaux qui monte du plus profond de leur être et les pousse à transformer leur corps afin de devenir ce qu’ils sont persuadés d’être réellement. Pour cela, médecins et laboratoires doivent oeuvrer à l’avènement de leur identité authentique afin que leur poussent bec, plumes, ailes et griffes.

Un « projet » aussi radical ne laisse jamais indifférent. Parents et proches sont souvent tourmentés par de multiples questions et par un vrai souci de l’avenir de ces personnes. Malheureusement, leur choix n’est pas toujours ouvert au débat. Questionner la perception qu’ils ont d’eux-mêmes et leur projet de vie – points tellement sensibles – ne fait pas nécessairement de vous leur ami. Et affirmer que malgré la transformation de leur apparence physique, ils ne pourront jamais voler de leurs propres ailes peut très vite être interprété comme un discours outrageusement « conservateur » ou « haineux ».

Le plus intrigant, c’est que ce « rêve de toute puissance » a déjà très largement gagné la sympathie d’un public qui va de l’Université à la presse populaire. Ce rêve est devenu, par infusion progressive, un des fondements d’une idéologie « transhumaniste » qui clame qu’il n’y a pas de limite à ce que l’être humain peut devenir. Le rêve, aidé de la technologie appropriée, doit donc permettre de voyager à l’intérieur de la galaxie du « genre » pour y visiter les différentes planètes qu’on espère y trouver.

Le « principe de réalité »

L’imagination et l’audace sont de précieuses qualités. Mais il faut à un moment reconnaître que nous n’échappons pas au fait que le « principe de réalité » reste le juge ultime de nos créations. De respectables ancêtres nous ont déjà prévenus que la réalité finit toujours par nous rappeler les lois qui la fondent. Les Grecs, représentants par excellence du pouvoir de la pensée et de l’imagination, ont néanmoins admis quelques limites. Icare, l’homme oiseau, s’est perdu en s’approchant trop du soleil. Et plus récemment, Pascal a mis en garde contre la tentation de vouloir s’élever au-dessus de la condition humaine en se prenant pour un « ange ».

Est-ce que le taux de suicide élevé chez les « aventuriers du genre » n’est pas un tragique rappel du fait que les « rêves de toute puissance » sont ce qu’ils ont toujours été, des rêves, mais des rêves mortifères. On connaît l’objection. Non, c’est l’intolérance et le rejet de la société qui provoquent le désespoir de ces personnes ! Par conséquent, ce que la société a de mieux à faire est de les accepter et de s’ouvrir à leur « rêve ».

Démonter la réalité du rêve

Mais est-ce si simple ? La question fondamentale que posent les transgenres est celle de savoir s’il faut les aider à transformer leur corps – par des traitements hormonaux ou chirurgicaux – pour qu’ils puissent se conformer à la perception qu’ils ont de leur identité ou s’il faut au contraire les aider – par un suivi psychothérapeutique et spirituel – à acquérir une perception de leur identité qui soit en harmonie avec leur corps ?

La réponse à cette question dépend étroitement de ce que nous croyons à propos de l’être humain. Est-il doté d’un genre « fixe » ou « fluide » ? L’observation scientifique soutient la première affirmation. S’il est donc ici question d’idéologie, pourquoi vouloir l’imposer à tous, dès la maternelle, comme si c’était une loi naturelle ? Plutôt que d’exiger que chacun se convertisse à ce nouveau credo, ses adeptes devraient s’atteler à la tâche de démontrer que leur rêve a plus de réalité que la réalité même.

Christian Bibollet, membre du Réseau évangélique suisse (RES)

2 réactions

  • Alain Leycuras vendredi, 27 octobre 2017 14:07

    Merci Christian

  • Roger dimanche, 29 octobre 2017 19:54

    Merci M. Bibollet pour votre prise de position constructive.

    L’espoir d’échapper aux limitations de la condition humaine... Un rêve de tous les temps…
    Il me semble effectivement que ce rêve s’insère dans le puissant courant de fond du « transhumanisme » qui nous influence tous, que nous en soyons conscient ou non.

    Luc Ferry offre une analyse de lecture facile, critique et pertinente, du « transhumanisme » qui trouve dans la synergie des nouvelles technologies - génétique, microtechnologie médicale, intelligence artificielle, informatique - des possibilités infinies pour améliorer les humains … sans limitations…
    Raymond C. Kurzweil, semble - parmi d’autres - représenter cette orientation trans- et posthumaniste.

    Le transhumanisme est donc un sujet actuel auquel nous serons certainement de plus en plus confrontés. Il me semble important d’y être sensibilisé.
    Je pose donc cette question : quelle réponse constructive pouvons-nous donner à l’idéal transhumanisme, nous qui voulons être témoins, disciples de Jésus, le Christ que nous appelons Seigneur et Sauveur ?

    A ceux que cela intéresse : Luc Ferry : « La révolution transhumaniste, comment la technomédecine et l’ubérisation du monde vont transformer nos vies » Essai, Ed J’ai lu, 2017, 295 p. format de poche (11 x 18 cm.)

    Amicalement
    Roger

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Mar 21 décembre 2021

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Mer 15 décembre 2021

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

  • Leny Tonic booste notre Avent!

    Mer 01 décembre 2021

    Toute en sourires, elle vient avec un tournevis, un bout de tissu et une lingette, « de celles qu’on met en machine à laver le linge et qui absorbent les couleurs fortes pour éviter qu’elles ne déteignent sur les plus claires ». Et avec ces quelques objets, Hélène Steiger, alias Leny Tonic, nous apporte comme des éclats d’espérance dans cette période de l’Avent.  

  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    Lun 01 novembre 2021

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

eglisesfree.ch

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !