×

Message

Failed loading XML...

« Qu’a donc l’islam d’exceptionnel pour refuser la laïcité? » par Christian Bibollet

Christian Bibollet mercredi 13 avril 2016

Christian Bibollet, membre de l’Institut pour les questions relatives à l’islam au sein du Réseau évangélique suisse (RES), réagit dans Le Temps du 10 avril à un débat sur l’inscription de l’islam dans la société «laïque» helvétique. Ce débat oppose différentes personnalités genevoises, au nombre desquelles : Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève, et Pierre Kunz, président de l’Institut national genevois.

Dans deux articles récents, MM. Pierre Kunz et Hani Ramadan ont fait le procès d’une laïcité qui ne permet pas aux musulmans de vivre pleinement leur religion. A la suite de Pierre Manent dont il reprend les idées, M. Kunz nous recommande d’accepter et d’intégrer «les musulmans comme ils sont, avec leurs coutumes et leurs mœurs». Absolument enchanté par ces propos, Hani Ramadan surenchérit: «Disons-le sans détour: il faut aller encore plus loin pour se rendre compte que la grande civilisation de l’islam, dans son essence même, n’est doctrinalement pas soluble dans la laïcité.»

L’islam classique ne conçoit pas de cohabitation avec d’autres religions

Cette affirmation directe a le mérite d’être vraie. En effet, l’islam classique, quand il est majoritaire, ne conçoit pas de cohabitation avec les membres d’autres religions, à l’exception des «gens du Livre» (Juifs et chrétiens), mais à condition que ces derniers acceptent leur état de citoyens de seconde zone, situation dans laquelle vivent les Coptes d’Egypte depuis le VIIIe siècle. Quant aux représentants des autres religions et aux athées, ils ont le choix entre se convertir à l’islam et se retrouver dans la catégorie de ceux dont le «sang est licite», c’est-à-dire qu’on peut légitimement tuer. Le cas des Yézidis d’Irak tombés aux mains de l’Etat islamique a récemment illustré ce point.

L’islam est, par essence, hostile à la notion de démocratie

La «grande civilisation de l’islam n’est doctrinalement pas soluble dans la laïcité» pour une autre raison: elle est, par essence, totalement hostile à la notion de démocratie. L’islam affirme en effet que «Allah» est le seul législateur légitime et que l’homme n’est absolument pas habilité à élaborer des lois et à se doter d’un gouvernement démocratiquement élu. Que certains pays musulmans aient adopté des principes démocratiques est dû aux influences extérieures qu’ils ont subies plutôt qu’à l’islam. L’islam n’est pleinement lui-même qu’en soumettant individus et sociétés à sa loi. Hani Ramadan ne nous dit rien d’autre quand il oppose au processus de sécularisation qui a caractérisé l’Occident le fait que l’islam, au contraire, «définit les normes auxquelles obéissent l’individu musulman, la famille musulmane, la communauté musulmane, et même l’Etat islamique».

La cité idéale est soumise à la charia

Il faut par ailleurs noter que cette cité idéale, soumise à la charia, produit sa propre hiérarchie. Au sommet, il y a «Allah», Maître absolu et inapprochable devant qui le croyant se présente comme un humble esclave. Au-dessous se tiennent ses messagers et ses prophètes. Viennent ensuite les musulmans qui se répartissent en plusieurs catégories. Au plan religieux, il y a l’élite des savants auxquels obéissent les croyants. Au plan social, les hommes libres occupent un rang supérieur à celui des esclaves et les hommes un rang supérieur à celui des femmes. Au-dessous du segment musulman de la pyramide, on trouve les «gens du Livre», et, tout en bas, ce qui reste: les croyants de toutes les autres religions et les athées auxquels l’islam ne reconnaît que les droits mentionnés plus haut: se convertir, fuir ou mourir.

Comme le dit Pierre Kunz, «Contrairement aux catholiques, aux protestants et aux Juifs, les musulmans sont en effet «extérieurs» à l’histoire, à la culture européenne et à nos valeurs». Mais pourquoi le sont-ils? Parce que leurs «coutumes» et leurs «mœurs» sont fondées sur une conception de Dieu et de l’homme particulière. Et pour le montrer, nul besoin d’engager un grand «débat de civilisation» comme le suggère Hani Ramadan. Un débat théologique simple suffirait à expliquer qu’une société établie sur le principe d’un «Dieu rédempteur» diffère profondément d’une société fondée sur celui d’un «Dieu «chef dominateur suprême» (Coran, Sourate 6.18)». Le premier demande la foi et appelle à la vie. Le second exige la soumission et glorifie le martyr.

L’islam est une proposition alternative à la tradition judéo-chrétienne

Il est certain que la religion constitue une «motivation puissante et significative» et qu’elle exerce une influence considérable sur la réalité sociale et politique. Et parce que c’est vrai de l’islam aussi, il est nécessaire d’approcher cette religion pour ce qu’elle est: une proposition alternative à la tradition judéo-chrétienne occidentale. Posons donc la question: pourquoi le principe de laïcité que l’Etat et les religions se sont mis d’accord d’observer conviendrait à tous à l’exception des musulmans? Qu’est-ce que les musulmans ont de plus ou de moins que les autres pour qu’il leur faille des aménagements particuliers?

Les sociétés occidentales ont bien des défauts et une histoire qui n’est pas sans reproche. Mais pourquoi tant de musulmans choisissent-ils de venir y vivre? N’est-ce pas parce qu’ils y trouvent de nombreux avantages qui sont loin d’être exclusivement matériels? Contrairement à ce qu’affirme M. Kunz, ce n’est donc pas d’abord à nous d’avoir «l’ambition d’intégrer les musulmans dans notre société». C’est à ceux qui nous rejoignent de montrer une telle ambition afin de contribuer au bien commun. Une telle attitude rassurera la population et la disposera à se montrer accueillante envers les nouveaux venus. A cet égard, il est juste de saluer ici les efforts de tous ceux qui ont accepté de relever un tel défi.

Christian Bibollet, membre de l’Institut pour les questions relatives à l’islam au sein du Réseau évangélique suisse (RES)

Site de l’Institut pour les questions relatives à l’islam (IQRI)

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !