Initiatives pour des multinationales responsables: «Au nom de l’argent tout-puissant» par Jean-René Moret

jeudi 13 février 2020

Le peuple suisse devrait voter en automne ou en hiver prochain sur l’initiative pour des multinationales responsables. Objectif : obliger les multinationales qui ont leur siège en Suisse à respecter les droits humains et l’environnement à l’étranger. Le pasteur Jean-René Moret s’interroge sur les valeurs qui président aux débats autour de cette question sous la coupole fédérale.

Les chambres fédérales débattent et tergiversent ces temps sur l’initiative pour des multinationales responsables. Il s’agit en bref de tenir les multinationales basées en Suisse pour responsables de leurs agissements à l’étranger. Ceci en incluant aussi un devoir de diligence par rapport à leurs sous-traitants. Si le Conseil national a proposé un contre-projet satisfaisant les initiants, le Conseil des États et le Conseil fédéral veulent une approche très peu contraignante pour les entreprises.

« Ce serait mauvais pour la place économique ! »

L’argument central est économique : ce serait mauvais pour la place économique suisse. On risquerait de perdre des points de PIB. Et il semble que quand cela est dit, on ait tout dit.

Et il n’y a pas de quoi être étonné. On la connaît cette rengaine. Interdire la vente d’armes à l’étranger ? Mauvais pour l’économie. Accorder deux semaines de congé paternité ? Dangereux pour la croissance, disent les référendaires. Cesser d’acheter l’or sud-africain au temps de l’Apartheid ? Combien cela nous aurait-il coûté ? Réduire drastiquement les émissions de CO2 au niveau mondial ? « Et notre croissance ! », s’écrie-t-on.

Tout doit se mesurer en points de croissance, et malheur, malheur à celui qui vote contre la prospérité du pays. Qu’importe qu’on arme – indirectement et contre notre gré bien sûr (mais oui...) – des parties belligérantes, qu’on cautionne l’exploitation des faibles et le pillage de la nature, qu’importe la décence, l’éthique ou le soin aux enfants, on ne peut tout de même pas risquer de s’appauvrir.

« Au nom de l’argent tout-puissant ! »

Notre Constitution fédérale est fameusement introduite par l’invocation : « Au nom de Dieu tout-puissant ». S’il faut en juger par nos comportements et les arguments qui emportent trop souvent la mise, il nous faudra ajouter une note de bas de page pour préciser que par « Dieu tout-puissant », on entend en fait l’argent. Qui est en effet celui dont nous attendons le secours, celui que nous craignons d’offenser, celui au regard duquel nous jugeons de toutes les questions ? Apparemment pas le Dieu de la révélation chrétienne, créateur d’une nature dont nous sommes responsables et de tous les êtres humains, dotés d’une égale valeur. Non, ce sont les arguments économiques qui déterminent notre conduite, faisant de nous des adorateurs et des esclaves de l’argent. Si notre prospérité, notre style et notre niveau de vie reposent sur le commerce des armes et l’indulgence envers les exploiteurs, si l’on ne peut plus prendre le risque de fâcher les mastodontes de l’économie, l’argent est notre maître et non notre serviteur.

La sagesse d’Ulrich Zwingli

Concluons en citant Ulrich Zwingli, le réformateur de Zurich, qui parlait en son temps du mercenariat, institution lucrative que nous nous félicitons aujourd’hui d’avoir abolie :

« Il est vrai que les ressources de notre pays ne peuvent suffire au luxe qui s’est introduit dans nos montagnes ; mais si, satisfaits du sort que Dieu nous a accordé, nous voulions mener la vie simple de nos ancêtres, nous n’aurions pas besoin de cet argent. »

Jean-René Moret, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny (FREE)

Cette opinion est parue le jeudi 13 février dans la rubrique « L’invité » du quotidien 24heures.

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !