Médiation et conflits : avant tout une affaire de cœurs ! par Laurent Cuendet

lundi 09 janvier 2012

Les conflits sont au cœur de la vie… y compris des Eglises ! A l’occasion de la sortie du livre de Thierry Juvet Les conflits, une école de l’amour, lafree.ch vous propose un mini dossier sur le sujet. En ouverture une contribution de Laurent Cuendet.

Les conflits, c’est un thème qui nous concerne tous ! Un thème universel. Personne ne peut y échapper, car ils font partie de la vie normale de l’être humain, créé à l’image de Dieu.

Au commencement, la différence

Après avoir médité la narration de la Création, un auteur donna pour titre aux deux premiers chapitres de la Genèse : « Au commencement, Dieu créa la différence. » A la lecture de ce récit, nous ne pouvons qu’être frappés par la diversité de la Création. Dieu aime la différence (Gn 1,27). Et nous les humains, nous n’échappons pas à ce désir de celui qui est l’alpha et l’oméga.
Cette différence dépasse largement le cadre de notre identité sexuée, elle habite toute notre personne : nous sommes toutes et tous distincts et uniques. Nous avons tous notre propre façon d’appréhender le monde et de réagir face à ceux qui nous entourent. Le résultat naturel de cette diversité amène nos heurts relationnels.

Une vie sans conflits ? Néfaste !
Rêver d’une vie sans conflit, comme on le fait parfois dans l’Eglise, est complètement néfaste et utopique. Bien sûr, nous n’avons pas à rechercher les conflits, mais nous n’avons pas non plus à les nier ou à les fuir. Dieu a voulu cette variété de personnalités. Elle est selon son cœur. Plus : Dieu souhaite que l’humanité vive bien ses différences. Après la Chute, l’entrée en conflit permet d’apprendre à négocier pacifiquement la gestion des différences. Car bien gérer les conflits permet l’innovation, le changement et la progression de la justice.
Le conflit peut être une chance. A ce propos, il est intéressant de souligner que les caractères qui composent le mot « conflit » en chinois signifient à la fois « danger » et « opportunité ». Cette subtilité linguistique met en lumière cette vérité : le conflit n’est ni mauvais ni bon, tout dépend de ce que l’on en fait, tout dépend de la manière dont nous allons le traverser.

La résolution ne dépend pas des techniciens mais des cœurs !
Dans son dernier livre Les conflits, une école de l’amour (1), Thierry Juvet nous permet de comprendre que la qualité de cette traversée va largement dépendre de l’attitude de nos cœurs au moment où nous nous retrouverons en situation d’affrontement. Ainsi le défi initial d’une bonne résolution de conflit se trouve dans nos cœurs.
Les meilleures techniques de gestion de conflit ne peuvent rien si nos cœurs ne sont pas disposés à se laisser interroger par ce qu’induit en nous le fait même d’être en conflit.
Aucune évolution positive ne pourra jamais se faire en situation de choc relationnel, si je pense que c’est d’abord l’autre qui doit changer, et si je ne suis pas d’accord de me laisser questionner par ce qui se vit au plus profond de moi. Toute restauration commence donc dans et par mon cœur.

« C’est lui qui a commencé ! »

Cependant, ne nous voilons pas la face ! Accepter cette priorité n’est pas simple. Nous résistons à ce travail de nos cœurs. Nous n’avons pas notre pareil pour trouver des coupables aux difficultés relationnelles que nous rencontrons sur notre route. Depuis la Chute, l’homme fuit ses responsabilités. En Eden, Adam a transmis à Eve le poids de sa désobéissance, qui, elle-même, l’a transmis au serpent. « Ça n’est pas de ma faute, c’est celle de l’autre ! » ont-ils tous les deux répondu.
Amélie Nothomb dans son livre Le Sabotage amoureux dit avec justesse : « On se moque des enfants qui justifient leurs mauvais coups par ce gémissement : ‘C'est lui qui a commencé !’ Or, aucun conflit adulte ne trouve sa genèse ailleurs. »
Dans ce domaine, un constat s’impose : cette facilité endémique de l’être humain à se disculper de sa propre part de responsabilité est extraordinaire. Il est donc important que la médiation qui connaît aujourd’hui une certaine cote ne devienne pas une pratique qui renforce cette tendance. Il faut refuser cette pensée qui voudrait nous faire croire que la seule présence d’un médiateur qualifié suffise à solutionner les luttes relationnelles dans lesquelles nous nous trouvons englués.

Les conflits non résolus
Dans son livre De l’amour des ennemis et autres méditations sur la guerre et la politique, le théologien français Olivier Abel développe un concept qu’il intitule : la préférence humaine pour le malheur. Le principe qu’il y développe est celui-ci : l’homme préfère être victime du mal qu’il commet dès lors que son ennemi en subit les dommages, plutôt que de faire le bien dont il pourrait être l’un des bénéficiaires.
La mise en lumière de cette mécanique décrit bien l’instinct naturel de l’être humain à choisir en situation de conflit la détérioration de la relation à la place de la bienveillance et de la grâce. Dans cet élan, ce fonctionnement intérieur amène ainsi l’homme à l’endroit où faire du mal lui semble être la seule option envisageable. Ce mouvement ne peut aller qu’en s’amplifiant, car, quand il offense quelqu’un, l’homme tend à s’installer dans cet engrenage. Ceci le conduit à la logique dans laquelle plus il fait du mal et plus il déteste celui à qui il en fait.
C’est ce qu’on appelle la spirale du conflit. Une spirale qui peut devenir la quadrature du cercle, car elle contient un endroit à partir duquel il sera extrêmement difficile, voire impossible, de revenir en arrière. Ce cap survient au moment où le sujet du conflit se déplace de l’objet vers la personne. Ce tournant majeur dans l’aggravation du conflit va le faire déraper. Parti d’un désaccord lié à l’expression de besoins, d’intérêts ou de valeurs, il va glisser vers un affrontement dans lequel le combat deviendra la négation de l’autre en tant que personne, en tant qu’être pourvu de dignité.
Dès lors la violence, quelle qu’elle soit, physique ou psychologique, peut s’exprimer de façon destructrice avec toutes les conséquences néfastes qui y sont liées. Des conséquences qui seront dramatiques non seulement pour les protagonistes, mais également pour tout l’entourage. Quand on en arrive là, on ne peut que constater l’échec de la résolution du conflit.
Au nombre de ces échecs de la résolution, le conflit entre Caïn et Abel. Dans ce récit biblique (Gn 4, 1-16), on perçoit bien le glissement entre un conflit d’objet (la perception par Dieu de leurs sacrifices respectifs) vers un conflit de personne (la jalousie de l’un rend la présence de l’autre insupportable à ses yeux). Ceci engendre une violence telle que l’élimination du rival va devenir la seule option imaginable.
Heureusement que la plupart de nos conflits n’arrivent jamais à cette extrémité. Pourtant force est de constater qu’un certain nombre d’entre eux se résolvent mal. C’est pourquoi il est essentiel de mettre tout en oeuvre pour maintenir le conflit en deçà de la ligne rouge décrite précédemment. La franchir nous expose inévitablement à des conclusions de conflits pénibles, pour ne pas dire cruelles.
La Bible sans cacher cette réalité des conflits non résolus – nous devrions plutôt dire mal résolus – nous offre cependant de nombreuses raisons d’espérer face à nos heurts relationnels. Son enseignement nous invite à comprendre que l’être humain n’est pas destiné systématiquement à l’échec, que les crises peuvent être surmontées et qu’en Jésus-Christ il y a des chemins de pacification et de réconciliation possibles.

Développer un savoir-être nouveau
Même si c’est vrai que le savoir-faire d’un professionnel se révèle souvent utile et nécessaire, la résolution passe par un savoir-être des auteurs du conflit. Ça n’est pas un problème de mathématiques, c’est d’abord un événement qui nous questionne sur notre manière d’être en relation avec autrui.
Qu’on le veuille ou non, le conflit va immanquablement transformer notre façon d’appréhender nos semblables. De quelle manière ? Soit en nous pétrifiant dans notre bon droit, pour ne pas dire dans notre orgueil, soit en réformant nos coeurs pour que ceux-ci vivent un cheminement qui nous donne de ressembler toujours un peu plus à celui que nous avons choisi de suivre: le Christ.
L’enjeu est donc de taille. Il y va dans les conflits de la crédibilité de l’Evangile. Dans la première épître de Jean, il nous est dit: « Marchez dans la lumière » (1Jn 1,7). Cette exhortation nous invite à accepter que la lumière soit faite dans nos propres cœurs. C’est là très concrètement la meilleure manière de se mettre en marche vers la résolution de nos conflits.

Laurent Cuendet, pasteur dans l’Eglise évangélique des Ecluses à Bienne (FREE)

Note

1 Thierry Juvet, Les conflits, une école de l’amour, St-Légier, Emmaüs, 2011.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !