« Gladys Aylward, au-delà des montagnes » : la nouvelle comédie musicale des Fabricants de joie pour petits et grands

vendredi 31 mars 2023

Après « La fabuleuse histoire de George Muller », les Fabricants de joie reviennent avec une nouvelle comédie musicale. La troupe retrace l’histoire de Gladys Aylward, une femme petite en taille mais grande dans sa détermination à servir Dieu en Chine. Sur scène, des enfants, des jeunes et des adultes de différentes Eglises évangéliques romandes.

Les premières représentations de « Gladys Aylward, au-delà des montagnes » – le nouveau spectacle musical des Fabricants de joie – auront lieu les 3 et 4 juin prochains au Théâtre Benno Besson d’Yverdon. Le spectacle tournera ensuite en automne à Fribourg, Tramelan, la Tour-de-Peilz, Genève et reviendra à Yverdon fin novembre 2023 (d’autres dates peuvent encore s’ajouter).

Des participants de plusieurs Eglises et de toutes générations

A nouveau, la troupe qui porte le spectacle ressemble à une grande famille, avec des acteurs de tous âges, entre cinq et soixante-cinq ans. «Dans nos valeurs à Jeunesse en mission et aux Fabricants de joie, il est évident qu’un tel projet doit être intergénérationnel et interdénominationnel », relève Marjorie Waefler, la conceptrice du spectacle. Ainsi les participants proviennent d’une vingtaine d’Eglises évangéliques différentes : des Eglises de la FREE, comme les Gospel Center de la Béroche et d’Yverdon, l'Eglise évangélique La Rencontre à Vallorbe ou encore l’Eglise de l’Abri à la Neuveville, mais aussi des Eglises de Réveil, les Eglises @home, C3 et Westlake Church de Lausanne etc.

Déterminée malgré les obstacles

Après avoir raconté sur scène la vie de George Muller, un chrétien ayant fondé plusieurs orphelinats au XIXe siècle, la troupe explore cette fois-ci la vie de Gladys Aylward. Née en 1902, cette missionnaire britannique conduisit une centaine d’enfants chinois dans les montagnes, pour les protéger lors de l’invasion des forces japonaises. Cette figure marquante du christianisme, Marjorie Waefler l’a découverte en lisant la collection des Héros de la Foi (éd. Jeunesse en mission) : « Ce qui m’a le plus touchée, c’est la détermination de Gladys, malgré les circonstances défavorables. C’était une simple domestique, sans éducation, ni argent, et personne ne croyait en elle pour partir en Chine. Au point qu’elle a été renvoyée de l’école de formation à la mission », relate la collaboratrice de Jeunesse en mission. « Malgré tous les bâtons qui se sont mis sur sa route, Gladys était convaincue de son appel et elle ne s’est jamais découragée ; elle a franchi chaque montagne avec l’aide de Dieu ».

Vocation et persévérance

De la vie de la missionnaire ressortent deux notions centrales : la vocation et la persévérance. Ces aspects sont d’ailleurs travaillés lors des répétitions de la troupe: « Nous essayons de découvrir et de mettre en valeur les dons de chacun, de réfléchir aux capacités que Dieu nous a données et à la manière de les mettre à son service », explique Marjorie Waefler. Chaque participante et participant est amené·e à réfléchir à ce qu’il aimait faire dans son enfance. Cela donne souvent des pistes pour comprendre la voie professionnelle qu’on va suivre (ou qu’on a suivie) : « Quand j’étais petite, j’écrivais déjà des chansons et des pièces de théâtre », confie Marjorie Waefler. Tout en ajoutant qu’elle faisait des choses improbables, comme se mettre dans la position du poirier en plaçant un doigt sur son nez, afin d'être « la première du monde » à réussir telle ou telle chose. « Cela me montre que j’ai un côté pionnier, comme Gladys Aylward d’ailleurs».

Et en effet, Marjorie Waefler se sent au cœur de sa vocation dans les différentes étapes du processus de création : mettre en valeur et en chansons la biographie d’un héros de la foi, monter une troupe qui va avancer dans sa relation avec Dieu et créer un spectacle de qualité accessible à des spectateurs d’arrière-plans différents. Mais la « JEMienne » peut compter sur des compétences précieuses : Priscille Cavin et François Stauffer (Eglises FREE des Uttins) pour la mise en scène, plusieurs compositeurs pour les musiques des chansons et Pascal Crelier pour les arrangements musicaux. « Pour les chorégraphies, nous laissons la place à des adolescents et de jeunes adultes pour s’exprimer de manière créative ».

Billetterie: https://spectacle-gladys.ch/

Photo: Une partie de la troupe

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !