"La Bible, un cadeau pour vous!" par Anne-Catherine Piguet

vendredi 14 décembre 2007

Demandez à vos voisins ce qu’est la Bible… Et il y a de fortes «chances» qu’ils vous répondent: «Un vieux livre poussiéreux». Et si vous leur présentiez la Bible comme un cadeau? Le cinquième article de la confession de foi de la FREE nous y invite.

La confession de foi de la FREE l’affirme : « La Bible est Parole de Dieu… » Oui, vous avez bien lu: la Bible est Parole de Dieu... pas un vieux livre déglingué, écrit par et pour des cinglés! Non, c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu (2 Pi 1.21). Ils n’ont pas écrit juste pour raconter des histoires. Ils avaient conscience que le Seigneur leur parlait d’une façon particulière et qu’il fallait mettre par écrit ces précieuses paroles. La diffusion de ces textes était capitale pour qu’au fil des siècles, une multitude d’hommes et de femmes rencontrent le Dieu vivant.

Une richesse d’auteurs
Dieu a un infini respect de ses créatures. Il n’a pas traité les auteurs bibliques comme des automates! Non, il leur a donné une inspiration, une pensée prophétique qu’ils ont transcrite dans leur langage. Dieu est assez puissant pour parler au travers des hommes, et dans chacune de leurs langues! Les auteurs bibliques ont donc écrit en hébreu, en araméen et en grec. La Bible surpasse de loin tous les autres écrits sacrés. Car ni Mahomet, ni Bouddha, ni aucun autre maître spirituel n’a compilé des textes écrits durant plus de 1000 ans, provenant d’une quarantaine d’auteurs de cultures et de langues différentes! Oui, la Bible est l’œuvre de Dieu. Mais elle est aussi une parole humaine, écrite par des fidèles... comme vous et moi!
Les auteurs bibliques se dévoilent dans leurs écrits et indiquent parfois le temps et le lieu de leur vie (Es 1.1). Pour bien les comprendre, il s’agit, autant que possible, de tenir compte du contexte dans lequel ils écrivent. Ils expriment leurs sentiments, en osant par exemple crier leur détresse (Ps 13) ou chanter leur joie (Ps 101.1). Avec réalisme, ils racontent des expériences de vie plus ou moins heureuses, ce qui les rend très proches de nous malgré la distance dans le temps! Les auteurs font preuve d’une fine psychologie pour raconter la vie d’Abraham, de David et de tant d’autres. Instinctivement, le lecteur se met dans la peau de ces «héros». Mais quelle surprise, lorsqu’un David couche avec Bathschéba (2 Sa 11.4)! Quelle leçon, aussi... Oui, même les plus grands héros de la foi restent des pécheurs comme vous et moi.

L’intelligence de la foi
Chaque auteur a son style et ses thèmes de prédilection. Par exemple, Paul insiste sur la grâce et la justification par la foi, tandis que Jean médite sur l’amour, la lumière et la vérité. Les auteurs bibliques utilisent des genres littéraires très différents: poésie, chant, complainte, récit, proverbe, généalogie, texte de loi, lettre, parabole... Malgré ce qu’on croit parfois, la lecture littérale ne garantit pas la justesse de l’interprétation! Car on ne peut pas lire une poésie de la même manière qu’un récit ou un texte de loi. Lorsque le prophète Esaïe dépeint la nouvelle Jérusalem sous les traits d’une femme, il est évident que, littéralement parlant, Jérusalem n’est pas une femme, mais une ville (Es 52.2)!
Certaines vérités bibliques sont à appliquer telles quelles, comme par exemple: «Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force» (Dt 6.5). D’autres vérités sont à appliquer de façon mesurée, comme par exemple: «Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi» (Mt 5.29). La Bible ne se lit donc pas comme une série de choses à faire... ou une liste de commissions! Elle fait appel à notre intelligence. Mais cela ne suffit pas! Il faut le secours de l’Esprit saint pour nous convaincre que la Bible est entièrement vraie, pour nous la faire comprendre... et nous aider à la mettre en pratique aujourd’hui!
«L’Ecriture joue donc un rôle protecteur et correcteur par rapport à tout enthousiasme incontrôlé et subjectif. En même temps, lorsqu’elle est utilisée selon la chair et non l’Esprit, la Bible peut être une simple lettre (qui) tue (2 Co 3.6)» (1). En sortant un verset de son contexte pour l’asséner sur son prochain, on peut faire de gros dégâts... Mais alors, comment garantir une juste interprétation des textes?

Un message clair
Dans notre société hyper-individualiste, certains estiment qu’il suffit d’appliquer à chacun sa propre «grille de lecture ». La Bible n’aurait donc pas un sens précis pour nos vies, puisque chacun pourrait la comprendre différemment. Il y aurait autant de sens que de lecteurs, autant de vérités que de personnes. Cette conception est très éloignée de ce que l’Ecriture affirme. Car il n’y a qu’une seule vérité en la personne de Jésus-Christ! Et la Bible a une telle autorité qu’il s’agit de nous y soumettre jusque dans les moindres détails. L’appel à nous détourner de nos péchés est clair et identique pour tous: «Que le coupable abandonne sa voie, et l’homme malfaisant ses mauvaises pensées! Et qu’il revienne à l’Eternel qui aura compassion de lui, à notre Dieu qui lui accordera un pardon généreux» (Es 55.7).
Entre l’époque de la Bible et la nôtre, la distance est très grande. Certains passages semblent donc assez mystérieux. Alors, continuons à chercher ce que le Seigneur a voulu nous dire! Aujourd’hui, nous avons le privilège de bénéficier de nombreux commentaires bibliques. Une lecture communautaire nous aidera aussi à y voir plus clair. Il serait trop bête de renoncer aux richesses bibliques, simplement parce qu’un texte nous rebute! Et n’oublions pas que la plus grande distance, c’est Dieu qui l’a faite. Car il s’est mis à notre niveau, allant jusqu’à se faire homme pour nous sauver! Il n’a pas seulement parlé dans la langue des auteurs bibliques, il est venu jusqu’à nous... en personne!

Inspirés... ou expirés?
Les 66 livres de la Bible sont pleinement authentiques (Ps 119.140,160; Jn 17.17) et inspirés (2 Tim 3. 16-17) par Dieu. Et ils n’ont pas atteint leur date d’expiration! Dieu a préservé sa Parole (Mt 5.18; 24.35). Il a veillé à ce qu’elle soit transmise fidèlement au cours des siècles, même si des erreurs de copie ont pu se glisser ici ou là. L’Ecriture n’est pas un ramassis de belles pensées. Les styles littéraires, les cultures et les époques sont comme les différentes faces d’un diamant: mises ensemble, elles forment un joyau d’une parfaite unité.
Essayez de retirer un livre biblique, et vous vous apercevrez qu’il manque à cette belle unité! Certains ont rejeté le livre de Jonas avec ce gros poisson jugé trop «mythologique». Mais en enlevant ce prophète, c’est encore Matthieu et Luc qu’il faut amputer (Mt 12. 39-41; Lc 11. 29-32)! Car ils citent Jonas. Mieux: ils comparent les 3 jours dans le poisson aux 3 jours de Jésus dans le tombeau. Qui aurait eu l’audace de comparer un prophète si peu obéissant à Jésus-Christ? Et pourtant, à sa façon, Jonas nous annonce la résurrection!
L’Apocalypse... un livre tellement obscur, dit-on souvent. Mais lisez l’Apocalypse après avoir étudié la Genèse et les prophètes. Et vous serez surpris de voir toutes les réminiscences de l’Ancien Testament, tous les liens que l’apôtre Jean tisse entre l’histoire ancienne et le Royaume qui vient! La Bible est vraiment une source de méditations inépuisable!

La Bible... un cadeau empoisonné?
Au nom de la Bible, on a commis beaucoup de violences, organisé des croisades. Le cadeau était-il empoisonné? Non, bien sûr! Car si Dieu a choisi de se révéler, c’est pour nous dire combien il nous aime. Sa Parole est vivante et agissante (Hé 4.12; 1 Thess 2.13), elle nous transforme et nous guérit... nous rendant chaque jour un peu plus semblables à Jésus-Christ! La Bible a toute autorité pour nous guider dans la foi et nous faire connaître le cœur du Père. Elle fonctionne comme source et norme de toute la vie (Mt 4.4).
«Que ta parole est douce à mon palais! Elle est meilleure que le miel et j’acquiers du discernement grâce à tes ordonnances!» (Ps 119. 103-104). Et si, dans nos Eglises, nous avions à cœur de redécouvrir la Bible comme un lieu d’inépuisable ressourcement en Jésus-Christ?

Note
1 Collectif, Dictionnaire de théologie biblique, Excelsis, Charols, 2006, p. 45.

  • Encadré 1:

    Comment l’interpréter?
    Un livre vieux de 2000 ans, que peut-il encore nous dire aujourd’hui? La distance culturelle apparaît souvent comme un frein. Mais on oublie que les auteurs du Nouveau Testament avaient aussi une grande distance culturelle avec Moïse... vieux d’environ 1300 ans pour eux! Pourtant, ils n’ont pas eu peur d’étudier des textes si anciens. Et ils ont réinterprété l’Ancien Testament avec beaucoup d’audace! Leur clé de lecture? Jésus-Christ. Car en lui, ils avaient découvert la seule clé d’interprétation de toute l’Ecriture (Jn 5.39)!
    D’ailleurs, l’apôtre Paul est très clair: les Israélites qui n’acceptent pas Jésus-Christ restent dans une compréhension voilée de l’Ecriture. Ce voile ne leur est pas ôté, car c’est dans l’union avec le Christ qu’il est levé... «Lorsque Moïse se tournait vers le Seigneur, il ôtait le voile». «Le Seigneur» dont parle le texte, c’est l’Esprit, et « là où est l’Esprit du Seigneur, là règne la liberté» (2 Co 3. 14-17).

  • Encadré 2:

    Confession de foi de la FREE: la Bible
    La Bible est Parole de Dieu. Par son Esprit, Dieu a conduit les écrivains bibliques dans toute la vérité. Par conséquent, l’Ecriture sainte, Ancien et Nouveau Testament, est seule revêtue de l’autorité divine et l’Eglise s’y soumet entièrement. Le secours de l’Esprit est indispensable pour étudier, comprendre et mettre pleinement en pratique la Parole de Dieu.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !