C. S. Lewis, un érudit imaginatif à la portée des enfants comme des adultes

vendredi 27 juin 2008
Dans le monde anglophone, l'écrivain C. S. Lewis (1898-1963) est un monument. La sortie du premier volet des ses chroniques sur grand écran le 21 décembre permettra au public romand de combler une lacune. « Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique », produit par Walt Disney, reprend le livre connu en français sous le titre « L’armoire magique ». Ce film donne un aperçu de l’imagination d’un homme qui a enchanté petits et grands depuis plus d’un demi-siècle. Présentation de cet écrivain profondément chrétien par un inconditionnel : Peter Clarke.

C. S. Lewis a peut-être été l'auteur chrétien le plus lu et le plus étudié du XXe siècle. Né à Belfast, le 29 novembre 1898, il est mort à Oxford quarante livres plus tard à l'âge de 65 ans.

Surpris par la joie
Il termine brillamment ses études de latin, grec, anglais et philosophie à l'Université d'Oxford où il est chargé de cours dès 1925 et jusqu'en 1954, date à laquelle il devient professeur de littérature du Moyen Age et de la Renaissance à Cambridge.
Malgré une éducation chrétienne, Lewis fut athée pendant de nombreuses années. En 1916, il écrit à un ami: «Toutes les religions ou mythologies - pour leur donner leur vrai nom - ne sont que pures inventions humaines...» La marche de son imagination et de son intelligence vers une réacceptation de la foi de son enfance prit de nombreuses années. Deux auteurs l'ont marqué tout particulièrement. Après avoir lu l'oeuvre de fiction romantique «Phantastes» de l'Ecossais George MacDonald, Lewis dit que celle-ci a «baptisé» son imagination, le préparant ainsi à concevoir un monde au-delà de celui de son matérialisme athée. Le livre de G. K. Chesterton, «L'homme éternel», lui présente ensuite une image globale et compréhensible du christianisme et de sa place dans l’histoire.
Dans son livre «Surpris par la joie», Lewis décrit sa conversion: «Ce que j'avais tant redouté a fini par m'arriver. Au cours de l'été 1929, je cédai et admis que Dieu était Dieu. Je me jetai à genoux et me mis à prier - j'étais sans doute cette nuit-là le converti le plus démoralisé et récalcitrant de toute l'Angleterre.» Lewis devint membre de l'Eglise anglicane.

Un écrivain pour enfants, adultes et universitaires
C. S. Lewis fut un écrivain aux multiples talents, à même de s'exprimer dans toutes sortes de genres littéraires. Son oeuvre comporte au moins quatre genres totalement différents: une douzaine de monographies érudites sur la littérature médiévale; des oeuvres de fiction chrétienne, y compris les sept Chroniques de Narnia (voir l'encadré) et une trilogie de science-fiction; les deux volumes autobiographiques: «Surpris par la joie», qui raconte le pèlerinage spirituel et intellectuel qui l’a mené à la conversion et «A Grief Observed» qui exprime sa douleur et son désarroi face à la mort de son épouse; enfin les livres d'apologétique chrétienne, dont « Tactique du diable» et «Les fondements du christianisme ».
Ces derniers livres se sont montrés des outils d'évangélisation sans pareil, Citons l’exemple de l'avocat américain Char1es Colson, conseiller spécial du président Nixon et condamné à une peine de prison pour son rôle dans l'affaire du Watergate. Dans son livre «Watergate» 1, Colson décrit ses impressions lorsqu'un ami lui a prêté une copie des «Fondements du christianisme». Convaincu que ce livre se situerait purement au niveau intuitif et émotionnel, Colson est surpris de côtoyer le contraire. Il écrit : « Je me suis trouvé face-à-face avec un intellect si discipliné, si lucide et si implacablement logique que je ne pouvais qu'être reconnaissant de ne pas avoir eu à l'affronter dans une cour de justice. Bientôt j'avais couvert deux pages de papier avec des «pour» à ma question : « Est -ce qu il y a un Dieu? » Pour Colson, comme pour des milliers d'autres, l'oeuvre de C. S. Lewis a constitué un maillon dans la chaîne qui les a amenés à cette conversion totale: la nouvelle naissance.

Une personnalité profondément touchée par la grâce
Intellectuel rigoureux, C. S. Lewis était imaginatif et inspiré aussi, mais ces qualités n'auraient pas suffi. W. Hooper le considère comme «l'homme le plus totalement converti qu'il a jamais rencontré ». Cette transformation, qui commença avec le «baptême» de son imagination en lisant «Phantastes», ne s'est pas arrêtée là. Lewis ne vivait pas un divorce entre le côté émotif et imaginatif de sa personnalité et le côté logique. Jésus-Christ est devenu Seigneur de son humanité entière. Face à la richesse de l'oeuvre de C. S. Lewis, le message le plus urgent à retenir est celui-là: Dieu ne veut pas une partie de chaque homme, que ce soit les émotions, l'imagination, la rigueur intellectuelle, ou une autre partie encore. Dieu nous veut entier, totalement. Chaque composante de notre personnalité a besoin d'être convertie.

Peter Clarke
(Peter Clarke enseigne la neuroscience et l’anatomie à la Faculté de médecine de l’Université de Lausanne. Originaire d’Angleterre, il est père de deux filles. Il est membre de l’Eglise évangélique de Villard à Lausanne, AESR)

Note
1 C. W. Colson, Watergate, Genève, La Maison de la Bible, 1997.

Cet article est paru dans le journal Vivre en décembre 1998.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !