8 ans à la tête du Réseau évangélique, Norbert Valley dresse un bilan

vendredi 27 mai 2016

Alors que le Réseau évangélique suisse (RES) fête ses dix ans, son président sortant, le pasteur Norbert Valley du Centre de rencontre FREE de Morat nous livre son bilan. Le rôle et l'évolution du RES sont avant tout de rendre les évangéliques compréhensibles dans notre société.

« En 10 ans, le Réseau évangélique suisse (RES) a su trouver sa place et gagner la confiance de ses membres, des institutions et des médias, se réjouit Philippe Thueler, le secrétaire général de la FREE. Il joue un rôle spécifique que ni les fédérations d'Eglises, ni les Eglises locales ne peuvent jouer, notamment en terme de représentation des évangéliques et de réseautage. » Au moment où le RES fête ses dix ans, c'est bien son rôle de représentation des évangéliques qui est régulièrement souligné.

Le pasteur Norbert Valley a quitté la présidence du RES cette année. Il revient sur plusieurs aspects de l'évolution et du rôle de cette institution.

Comment le RES accompagne-t-il l'évolution des relations entre Eglises et Etat ?

En Suisse, les relations entre les Eglises et l’Etat sont de la compétence des cantons. Mais au plan suisse, les vis-à-vis de l’Etat sont des structures comme la Conférence des évêques suisses ou la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS). Le Réseau évangélique suisse (RES) se place au même niveau que ces structures catholique et réformée.

Le système suisse est compliqué, puisque les relations Eglises-Etat et la laïcité sont vécues de manières différentes dans chaque canton. Ainsi, à Genève où le RES a son siège, une laïcité presque « à la française » donne au Réseau un statut comparable à celui de l’Eglise protestante de Genève (EPG, l’Eglise réformée historique).

Le RES représente donc la plupart des évangéliques auprès des gouvernements cantonaux, mais aussi de la Confédération. C'est par exemple le cas lorsqu'il s'engage en faveur de la présence d'évangéliques à l'aumônerie militaire.

A quoi le RES sert-il ?

Depuis sa constitution en 2006, le RES n'a pas modifié ses buts. Héritier à la fois de l'ancienne Fédération romande d'Eglises et œuvres évangéliques et de l'Alliance évangélique romande, il regroupe des individus, des Eglises sans fédération ou seules en Suisse romande, ainsi que des Eglises affiliées par l'intermédiaire de leur propre fédération. Il est donc un lien fort entre évangéliques et réformés de sensibilité évangélique.

Les groupes de travail du RES, qui se sont multipliés ces dernières années, remplissent des tâches que les fédérations d'Eglises ne pourraient pas effectuer. Il porte une voix évangélique auprès des médias généralistes qui peinent à s'y retrouver parmi nos Eglises. Ainsi, ses communiqués sont de plus en plus repris. On remarque aussi que le nombre de citations du RES par les médias profanes a été multipliée par onze depuis 2007.

Mais il reste du travail dans le domaine de la communication, car la perception des évangéliques par les médias et la société ne correspond pas forcément à la réalité. Nous nous souvenons par exemple d'une certaine émission de la télévision qui prétendait que les pasteurs évangéliques étaient autoproclamés et sans formation théologique...

Le RES devient-il une sorte de super-fédération de fédérations d'Eglises ?

Le Réseau évangélique met en lien et représente, mais il ne remplace pas les fédérations d'Eglises. Il est une plate-forme d'échanges. Par exemple, il laisse aux fédérations, et plus précisément aux Eglises locales membres de ces fédérations, le rôle de proclamation de l'Evangile. Par contre, il peut aider les fédération à coordonner leurs efforts, notamment en qui concerne l'implantation de nouvelles Eglises.

De plus, le RES ne relie pas seulement des Eglises, mais aussi des œuvres. Il leur permet de dialoguer et de résoudre les conflits qui surgissent parfois.

Le canton de Genève compte désormais plus de 100 Eglises évangéliques dont beaucoup sont constituées de chrétiens d'origine étrangère. Quelle est l'évolution du mouvement évangélique en Suisse romande ?

Il y a 100 ans, les évangéliques se trouvaient presque tous dans l'hémisphère Nord. Maintenant, c'est le contraire, ils se trouvent en majorité dans le Sud. Mais les migrations font que, en Suisse, les évangéliques sont de plus en plus multicolores, que se soit par la couleur de leur peau ou par leurs approches théologiques. C'est pourquoi le Groupe de travail concernant les questions interculturelles du RES prend tout son sens.

Les Eglises de migrants – qui préfèrent être appelées « Eglises internationales » – sont plus nombreuses que les communautés indigènes dans certaines villes. Le RES les aident à s'intégrer dans notre société et il aide particulièrement les chrétiens de deuxième génération de migrants. Ceux-ci vivent généralement des crises identitaires.

L'arrivée de chrétiens du Moyen-Orient est également source de remise en question chez nous. En effet, ceux-ci ne sont pas très sensibles à nos frontières entre catholiques, réformés et évangéliques. Ils ont une conception orientale de la foi qui leur permet de voyager d'une confession à l'autre sans problèmes. On pourrait dire qu'ils nous aident à réfléchir en termes de « vision du Royaume », plutôt qu'en termes de « confessions ».

Ainsi, la situation actuelle va nous obliger à nous recentrer sur notre patrimoine évangélique commun : la Parole de Dieu. Et là, nous avons un défi important à relever, notamment auprès des plus jeunes. Un autre défi nous attend : nous n'allons plus pouvoir nous permettre d'être trop dispersés si nous voulons espérer être compréhensibles dans notre société.

Propos recueillis par Claude-Alain Baehler.

Plus d'infos sur le Réseau évangélique suisse.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Jeu 07 avril 2022

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Lun 04 avril 2022

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !