Un petit livre de Nicolas Farelly pour mieux «Lire l’Evangile selon Jean»

Sélina Imhoff vendredi 12 octobre 2018

Le samedi 10 novembre, Nicolas Farelly, spécialiste de l’Evangile selon Jean, animera une journée du FREE COLLEGE à l’Eglise évangélique de Cologny (GE), en lien avec son livre : « Lire l’Evangile selon Jean. En route pour la mission ». Pour se préparer à cette journée, voici une présentation de ce livre par Sélina Imhoff.

Avec « Lire l’Evangile de Jean. En route pour la mission », Nicolas Farelly ne propose pas un nouveau commentaire biblique du quatrième évangile. Inspiré par l’analyse narrative, cette nouvelle technique d’appréhension du texte biblique, son petit livre retrace plutôt l’intrigue narrative, qui tient en haleine le lecteur, lui qui sait pertinemment comment s’achève l’histoire de Jésus. Au fil des pages, Nicolas Farelly montre que l’évangéliste souhaite « affermir ses lecteurs dans leur foi et dans la compréhension de l’identité de Jésus-Christ », afin qu’ils puissent à leur tour poursuivre leur part dans la grande mission de témoignage.

Les personnages principaux du récit

Après la partie introductive qui survole la structure du récit ainsi que le contexte des destinataires de l’évangile, le livre s’oriente vers la compréhension de ce qu’est la mission selon Jean. C’est là qu’entre en scène les personnages principaux de l’évangile. D’abord Jésus, puis les disciples. Nicolas Farelly dresse le portrait de Jésus selon les caractéristiques que dévoile Jean : Jésus le Logos, Jésus l’Humain et le Messie. Ou encore le Fils de Dieu. Jésus y est présenté dans sa relation unique au Père, mais aussi dans l’opposition qu’il a subie de la part du « monde ». Et dans la trame narrative, l’opposition, puis la crucifixion marquent le tournant majeur dans la compréhension que les disciples auront du Christ pour poursuivre leur mission de témoins.

Dès le départ, Nicolas Farelly souligne que l’Evangile de Jean a été écrit en particulier pour affermir les disciples déjà croyants, tout en restant ouverts à ceux qui ne croient pas encore. Car les disciples tiennent aussi un rôle clé dans le scénario. C’est à eux qu’est confiée la mission de continuer ce que Jésus a inauguré, en dépit de l’opposition qu’eux-mêmes devront traverser.

Une lecture en filigrane

Malgré les différences d’époque et de circonstances entre les personnages du récit évangélique et le lectorat de Jean, le chapitre 4 explique les similitudes qui existent entre les deux monde. Ainsi le lectorat direct de Jean a pu se reconnaître dans les personnages de l’Evangile. Les tensions vécues, la persécution, mais aussi l’attachement à Jésus et à la communauté des chrétiens ont sans doute fait écho dans le vécu des communautés auxquelles s’adresse Jean. Cette appropriation et cette identification aux personnages et aux événements de l’Evangile invitent les croyants à devenir de meilleurs témoins.

La métaphore du procès de Jésus

Le mot « témoin » n’est pas anodin ni pour l’évangéliste Jean, ni pour Nicolas Farelly. Il fait partie du langage juridique. En effet, la question de la justice et de l’injustice a toute sa place dans l’évangile, en particulier au travers du récit du procès intenté à Jésus. Les chapitres 5 et 6 abordent les notions juridiques de vérité et de témoins. Mais aussi, les notions de jugement et de verdict qui sont tombés sur Jésus, lui qui est l’ultime Juge prononçant le verdict et la sentence finale.

Le procès de Jésus montre aussi l’opposition que rencontrent les disciples après la glorification de Jésus. Mais dans ce procès, les chrétiens ne sont pas seuls à se défendre ; le Saint-Esprit est à leur côté. En effet, Nicolas Farelly souligne aussi la dimension juridique du Paraclet – défenseur et avocat – dans la vie des témoins de Jésus.

Une mission vécue au cœur de la Trinité

Tout l’Evangile de Jean invite à se réengager dans la mission de témoignage que Jésus a initiée. En particulier dans le témoignage à l’amour de Dieu. Car le thème de l’amour, de l’amitié et de l’affection, est très présent dans l’Evangile du disciple que Jésus aimait. La communauté à laquelle s’adresse Jean n’est pas repliée sur elle-même, précise Nicolas Farelly. Elle est invitée à s’ouvrir au monde, tout comme Dieu s’est révélé aux disciples. Ce livre lance aussi cette invitation aux lecteurs du XXIe siècle.

A la fin de chacun des chapitres, Nicolas Farelly propose quelques questions de réflexion afin de se positionner à son tour, individuellement ou en groupe, dans l’engagement de la foi et du témoignage chrétien. Une occasion de bilan de lecture, utile à tout lecteur !

Sélina Imhoff

Nicolas Farelly, Lire l’Evangile selon Jean. En route pour la mission, Charols, Excelsis, 2017, 119 p.

S'inscrire à la journée du FREE COLLEGE du samedi 10 novembre avec Nicolas Farelly intitulée: «Découvrir l'Evangile de Jean». (Lieu: Cologny (Genève). De 9h à 17h. Prix: libre participation).

  • Encadré 1:

    Bio express

    Nicolas Farelly est pasteur dans la Fédération des Eglises évangéliques baptistes de France. Professeur associé de Nouveau Testament à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine (F), il a soutenu en 2010 une thèse de doctorat sur l’Evangile de Jean. En 2017, il a publié « Lire l’Evangile selon Jean. En route pour la mission », un livre de 120 pages qui met en évidence certaines clés pour comprendre la trame narrative du quatrième Evangile. Pour Nicolas Farelly, l’Evangile de Jean encourage les lecteurs à s’affermir dans la foi en Jésus-Christ, la compréhension de Jésus-Christ et le témoignage à Jésus-Christ.

Publicité

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

16 janvier

  • «L'islam conquérant» avec Shafique Keshavjee (Ciel ! Mon info)
  • «Jessica Dorsey» dans Tchat avec Nath

23 janvier

  • «Shafique Keshavjee: les conditions du dialogue interreligieux aujourd'hui» (Ciel ! Mon info)
  • «Dépasser l'infidélité» avec Christian Reichel (Mieux vivre à deux)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • La boxe percute à l’église !

    Lun 14 janvier 2019

    Des jeunes boxent chaque semaine dans les locaux d’une église évangélique de la FREE. Une façon de faire venir ou revenir les moins de 20 ans à l’église ! Stéphane Hofer, l’instigateur de la formule Box Up Crime Switzerland, espère que l’activité fasse boule de neige. Reportage sur place.

  • L’aumônerie fait sa mue

    Lun 31 décembre 2018

    Que ce soit à l’hôpital, à l’armée ou auprès des jeunes, l’aumônerie est actuellement un chantier ouvert qui veut se professionnaliser et s’éloigner des églises. « Je ne sais pas où cela va nous conduire », réagit lundi 31 décembre Olivier Cretegny, ancien aumônier et président de la FEV (Fédération évangélique vaudoise). Non sans ajouter qu’une Journée de réflexion à l’adresse de tous les aumôniers évangéliques romands est agendée le 30 avril.

  • « Noël donne du sens aux circonstances de nos vies ! »

    Jeu 20 décembre 2018

    Trois personnes différentes, trois époques différentes, trois circonstances différentes. Et pourtant, c’est la même question qui surgit dans les cœurs. Cette question  touche au sens de Noël ; et quand on touche au sens de Noël, on touche au sens de nos vies. Bonne lecture du conte de Gilles Geiser, pasteur à l’église évangélique de Châble-Croix (FREE) d’Aigle !

  • « La véritable histoire de Noël »

    Jeu 20 décembre 2018

    Le début de l’hiver, c’est le début des veillées autour du feu. On s’est longtemps rassemblé au même endroit pour économiser l’huile et le bois, un moment propice pour se raconter des histoires. Philippe Henchoz, pasteur de l’église évangélique de Meyrin (FREE) vous propose ce conte pour votre veillée de Noël.

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !