"Service Pâques": t-shirts vert fluo dans la cité

mardi 06 avril 2010

Les participants aux camps « Service Pâques » de Lausanne et Yverdon-les-Bains ont témoigné de leur foi en se mettant au service des gens. Rencontre au Léman Centre de Crissier.

Un samedi pluvieux, perdu entre le Vendredi saint et le dimanche de Pâques. Les nuages sont gorgés de pluie et le ciel semble prêt à éclater. Devant le centre commercial Léman Centre de Crissier, des dizaines de voitures en tous genres sont bloquées dans les embouteillages. Des gens trottinent derrière leur caddie, d’autres avancent vers l’entrée du magasin, à pas lents, voire fatigués.
Une fois la porte circulaire passée, tous déploient comme une nouvelle énergie, galopent à travers les étalages, en empilant dans leur chariot toutes sortes de choses dont ils semblent avoir besoin. Puis ils se ruent en direction des caisses, soulagés d’avoir terminé leurs achats, et se réjouissant sans doute de rentrer chez eux. C’est alors qu’une petite troupe revêtue de t-shirts vert fluo vient à leur rencontre pour leur demander s’ils n’auraient pas besoin d’aide pour ranger leurs courses dans des sacs ou des cartons...

Pour faire plaisir !
« Comme ils sont stressés et de mauvaise humeur, les gens nous repoussent ; mais certains acceptent, parce que ça leur rend service », commente Clémence, 16 ans, en poste depuis 13h de l’après-midi... jusqu’à 18h ! Plusieurs clients du centre commercial essaient de payer d’un franc ou deux ces jeunes qui leur rendent service ; et sont surpris quand ceux-ci leur disent ne pas être là pour gagner un peu d’argent, mais pour leur faire plaisir... « Il y a une dame qui m’a demandé pourquoi on était là, raconte Benjamin. Je lui ai dit que c’était pour rendre service et elle m’a regardé bizarrement. »
Deux jeunes filles sont en train d’aider une dame, un peu surprise, elle aussi : « Pourquoi faites-vous cela ? » Florence, 16 ans, répond très naturellement que c’est parce qu’elle est chrétienne. La cliente, surprise, murmure un « ah, d’accord » perplexe. Puis répète ensuite ne pas avoir très bien compris « pourquoi ces jeunes faisaient ça ». A la question de savoir si cette aide lui a fait plaisir, elle répond néanmoins oui en riant. Mission donc accomplie, car le service gratuit est bien le premier objectif de la troupe !

« Se mettre au service... ça paraît louche! »
Julien Russ, pasteur pour jeunes à l'Eglise évangélique d'Echallens (FREE) et l’un des organisateurs de ces camps « Service Pâques », explique : « L’idée c’est de montrer à la ville de Lausanne et à celle d’Yverdon-les-Bains ce que cette fête représente pour nous, chrétiens. Il s’agit de servir plutôt que de faire la morale. Les gens sont souvent surpris par la démarche. »
Si à Crissier des jeunes aident les personnes à ranger leurs commissions, d’autres participants aux camps offrent ailleurs des biscuits ; une équipe prie pour la ville, pour que Dieu la bénisse ; d’autres encore distribuent des mots positifs aux passants... « Pas si facile de trouver comment aider gratuitement, indique Julien Russ. Se mettre au service des gens, ça paraît louche, c’est d’un paradoxal ! »
Fanny , 16 ans

D'autres échos sur l'édition 2010 du « Service Pâques »: paques.fabricantsdejoie.ch.

  • Encadré 1:

    300 participants à l'édition 2010
    110 personnes à Lausanne et 190 à Yverdon-les-Bains – de 0 à 120 ans, paraît-il – ont envahi les rues de ces 2 villes du 2 au 8 avril.
    « Pour les participants, c'est l'occasion de progresser dans leur foi chrétienne, de vivre une aventure enthousiasmante et de nouer des amitiés, estiment les responsables. Ils ressortent du 'Service Pâques' avec le sentiment d'avoir été utiles à la collectivité, d'être des acteurs dans la société et que leur contribution compte ! Avec cela, ils ont une vision plus claire de leurs capacités, de leurs dons et surtout une connaissance plus profonde de qui est Dieu. »
    Les Fabricants de Joie et les Eglises locales sont les partenaires de ces camps. La ville d'Yverdon-les-Bains – où tout a commencé – et celle de Lausanne ont accueilli très favorablement l'organisation de ces « Services Pâques ».
    Le « Service Pâques » a débuté en 2006. Il a pour but d'encourager jeunes et moins jeunes à s'investir dans l'espace public avec leurs rêves, leurs idées et leurs projets, et à se mettre au service de leurs concitoyens.
    F.D.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !