Samedi 25 septembre : allocution du conseiller national Jean-Pierre Graber en faveur de la liberté religieuse sur la Place fédérale à Berne

vendredi 01 octobre 2010

Le conseiller national Jean-Pierre Graber est intervenu sur la Place fédérale à Berne à l’occasion de la manifestation en faveur de la liberté religieuse dans le monde musulman. Il a accepté de nous transmettre la version écrite de son intervention. Une prise de position courageuse... A lire.

Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Soyez chaleureusement remerciés, toutes et tous, de votre participation à cette manifestation en faveur de la liberté religieuse. Par votre présence à Berne, vous témoignez de votre attachement à la plus haute liberté qui soit, l’inestimable liberté de conscience. En étant ici, vous contribuez même à la préservation de notre régime démocratique.

La liberté religieuse et la liberté de conscience sont sœurs jumelles. Intuitivement, nous savons tous ce qu’est la liberté religieuse. Celles et ceux qui en ont été privés le savent encore mieux. Raymond Aron, l’un des plus grands penseurs français du XXe siècle, a donné cette excellente définition de la liberté religieuse et des libertés personnelles en général : « Si nous écartons le sens philosophique … de la liberté, celle-ci se définit … par la garantie donnée à chacun de nous qu’il pourra faire ceci ou cela sans qu’un autre l’empêche de faire ce qu’il veut faire ou l’oblige à faire ce qu’il ne veut pas faire. Liberté d’expression, liberté religieuse, en bref les libertés personnelles rentrent dans cette définition. Celle-ci, il est vrai, implique des interdictions, autrement dit des lois : pour que A ne contraigne pas B à se rendre à l’église le dimanche, il faut qu’une loi interdise d’exercer cette contrainte. De même, pour que le croyant soit libre de pratiquer sa foi, il faut qu’une loi interdise aux particuliers ou à la police d’empêcher physiquement, ou par la menace de sanctions, la célébration du culte. »

La liberté religieuse est une liberté matricielle. Historiquement, elle a permis l’éclosion des grandes et indivisibles libertés de pensée, d’opinion et d’association qui ont une valeur inestimable pour les chrétiens aussi bien que pour l’humanité en général. Logiquement et historiquement, la liberté religieuse est la première des libertés. C’est elle qui se trouve à l’origine du régime démocratique. Liberté religieuse et démocratie sont inséparables. Aujourd’hui, nous devons réaffirmer – avec toute la force voulue – que l’affaiblissement de la liberté religieuse entraîne toujours celui de la démocratie. La disparition de la liberté religieuse équivaut à l’effondrement de la démocratie. L’absence de liberté de conscience représente d’ailleurs l’une des principales caractéristiques, sinon la caractéristique essentielle du totalitarisme. C’est là une règle universelle : lorsque les êtres humains perdent leur liberté religieuse, ils perdent toutes leurs autres libertés.

Le Nouveau Testament nous apprend que « tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés » (II Tim. 3, 12). « Combien il est dangereux de dire la vérité en général, et la vérité chrétienne en particulier », s’est exclamé Denis de Rougemont.

Ces grandes vérités spirituelles sont hélas corroborées par l’histoire.

Il y a quelques jours, j’ai lu ce bref passage dans une revue qui milite en faveur de la liberté religieuse : « Les chrétiens vivant en Arabie saoudite ne peuvent pratiquer publiquement leur religion sous peine d'emprisonnement. Les chrétiens sont persécutés en Corée du Nord, en Iran, en Somalie, en Inde, en Irak, en Afghanistan, au Nigeria. En 2004, un prêtre catholique a été assassiné en Inde par des extrémistes hindous qui l'accusaient de prosélytisme. Le pays de Gandhi n'est pas tendre envers les chrétiens. On y a agressé des pèlerins, saccagé des couvents, incendié des églises, forcé des chrétiens à se convertir à l'hindouisme... En Irak, il y a deux ans, des militants musulmans ont crucifié des enfants pour terroriser leurs parents et les inciter à fuir le pays. »

Ces très tristes et douloureuses réalités ne doivent d’aucune manière nous plonger dans le fatalisme et la résignation, nous faire accepter les intolérables atteintes à la liberté religieuses, nous inciter à un silence coupable et dévastateur.

Nous devons, bien au contraire, nous lever pour défendre le principe de la liberté religieuse et son universalité, puis faire entendre notre voix pour secourir les victimes des persécutions.

L’engagement en faveur de la liberté religieuse implique l’exercice des devoirs de protestation et de vigilance.

Adressons-nous à la conscience des dirigeants et de leur peuple pour qu’ils octroient et reconnaissent la liberté religieuse.
Rappelons à tous les pays l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme ainsi libellé : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites. »

Invitons notre gouvernement à évoquer les atteintes à la liberté religieuse dans les pays avec lesquels il entre en négociation.

Finalement, exhortons toutes les personnes et tous les peuples à appliquer le principe de réciprocité dans leurs relations avec les autres. C’est la fameuse règle d’or qui commande de se comporter à l’égard d’autrui comme l’on voudrait qu’autrui se comporte à notre égard.

Dans sa version chrétienne, elle trouve sa quintessence dans cette célèbre parole de Jésus-Christ : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes. »

Agissons en faveur de la liberté religieuse. En le faisant, nous contribuerons à rendre le monde un peu meilleur et à réduire les souffrances des hommes et des femmes injustement persécutés pour leur foi. Soyons des porteurs d’espérance, des combattants de la liberté sans laquelle il n’y aura jamais de dignité humaine.

Vive la liberté religieuse !

Merci de votre attention et bonne chance pour la suite de vos vies !

Jean-Pierre Graber, conseiller national UDC (BE)

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

eglisesfree.ch

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !