Pour Yves Bulundwe, une crise spirituelle frappe les jeunes Africains de Suisse

Camille Kursner mercredi 11 avril 2018 icon-comments 1

Une crise spirituelle frappe depuis quelques années certains jeunes Africains de Suisse. Yves Bulundwe, pasteur et directeur académique de la Factory à Lausanne, nous livre son regard.

« La crise spirituelle pousse les enfants de la diaspora noire à renier les valeurs occidentales. En quête d’identité, ils reviennent à des traditions avec lesquelles ils n’ont parfois pas grandi », explique Yves Bulundwe, le directeur académique de la Factory, une formation au leadership chrétien à Lausanne. « Dans certaines discussions, on m’a même dit que je devais me positionner. A cause de mon métissage, on m’a demandé de choisir entre les Blancs et les Noirs ».

Un retour vers des spiritualités ancestrales

En Suisse, les Africains de deuxième et troisième génération posent de plus en plus un regard critique sur l’histoire de leurs parents. Alors qu’une grande partie des enfants de la diaspora noire est intégrée dans des communautés religieuses, une minorité ressent un certain malaise vis-à-vis de la foi chrétienne. Beaucoup de ces jeunes quittent leur Eglise pour revenir à des spiritualités ancestrales. Selon eux, le christianisme est une religion de « Blancs » qui a été imposée à leurs ancêtres durant la période coloniale ; le kémitisme (1) est l’un des courants de pensée les plus influents de ce mouvement.

Yves Bulundwe reconnaît les erreurs commises par l’Eglise durant la période coloniale. Certes, les colons ont instrumentalisé la religion pour imposer leur hégémonie sur les peuples du Sud. Cependant, il faut avoir une bonne lecture de l’histoire : « Certaines sources bibliques et historiques montrent déjà des manifestations du christianisme en Afrique bien avant la période coloniale. Le discours de Jésus-Christ est bien éloigné de celui des colons avides de pouvoir. Par ailleurs, le fait de revenir à une religion première est une utopie. Rien d’historique ne permet d’affirmer la présence d’une religion primaire globale à l’Afrique. Il s’agit d’une construction qui répond à un besoin ou à une crise, mais qui n’a pas de fondements réels. »

Le cri du cœur d’une génération en quête d’identité

Yves Bulundwe propose de comprendre ce phénomène ainsi : « Derrière la révolte de ces jeunes se cache le cri du cœur d’une génération en quête de repères. Il faut réaliser que ces jeunes ne se sentent nulle part chez eux. Si tous les adolescents se posent les questions : Qui suis-je ? Quel est le sens de ma vie ? et Que fait Dieu dans tout cela ?, les jeunes Africains se demandent en plus : D’où est-ce que je viens ? et Où se trouve mon chez moi ? La crise spirituelle vécue par de nombreux adolescents est donc exacerbée chez les personnes d’origine étrangère.

Selon lui, « le discours chrétien peut amener une solution aux luttes intérieures des jeunes Africains. La vérité biblique de l’appartenance des hommes au Dieu créateur transcende toutes les questions d’origines et de couleur de peau. »

L’Eglise locale et la jeunesse africaine

Au-delà de la question liée aux jeunes Africains, les statistiques démontrent que la majorité des jeunes, toutes nationalités confondues, quittent les Eglises locales. « Ce constat nous renvoie à la pertinence de l’Eglise dans le monde actuel, ajoute Yves Bulundwe. L’Eglise n’a pas suivi les virages pris par la société du XXIe siècle. Elle doit pouvoir renouveler ses réflexions en matière d’approche des minorités et du discours du Christ dans un contexte multiculturel. »

Quand un jeune vient dans une Eglise, il doit pouvoir être rejoint dans ses questionnements et ses luttes intérieures. Pour un étranger, il doit pouvoir expérimenter un sentiment d’appartenance qui résulte de la dimension familiale du corps du Christ. « Le monde a plus que tout besoin de communautés qui adoptent le principe spirituel de l’apôtre Paul aux Corinthiens : “Je me suis fait tout à tous afin d’en sauver quelques-uns“ » (1 Corinthiens 9.22).

Camille Kursner

Camille Kursner a interviewé Yves Bulundwe dans le cadre d’une émission Ciel ! Mon info. Cette émission est disponible sur lafreetv.

Note
1 Le kémitisme est un ensemble de croyances et de pratiques qui trouvent leurs origines aux États-Unis dans les années 1970 et qui s'inspirent librement de la religion de l'Egypte ancienne.

1 réaction

  • Koffi vendredi, 13 avril 2018 13:11

    Merci pour cet article. J'ai vivement apprécie la réflexion et cela me fait réfléchir a ce que l'Eglise peut faire.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Ven 09 juillet 2021

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

  • La 11ème plaie d’Egypte (2/9)

    Lun 05 juillet 2021

    Quel référentiel convoquer pour parler de la pandémie ? Et quelle implication a-t-elle eue sur la foi des croyantes et croyants ? Accompagnante spirituelle dans un home médicalisé, la protestante Marianne Guéroult parle d’une traversée du désert qui l’a tenue éloignée de ses proches.

  • "Subjectif!" épisode 10: Si la foi était un voyage?

    Ven 02 juillet 2021

    Découvrez aujourd'hui le dernier épisode d'une série de 10 capsules vidéo pour faire réfléchir sur la foi, au travers de questions parfois déroutantes posées à des chrétien·ne·s romand·e·s et au-delà. Des capsules de deux minutes environ à partager sans réserve sur tous les réseaux! une coproduction de La FREE, Médias-pro et DM.

  • « Quelqu’un te cherche ! »

    Jeu 01 juillet 2021

    Membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), Katia Baechler, 44 ans, vient de sortir son premier roman. Elle y parle d’amour, d’espérance et de foi. « Parce que je crois que Dieu peut encore rencontrer chacun là où il se trouve », dit-elle jeudi 1er juillet sur la terrasse de sa maison.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !