«A propos de l’expression 'Allâhu Akbar' » par Christian Bibollet

Christian Bibollet vendredi 03 juillet 2020

Le 24 juin, Christian Bibollet de l’Institut pour les questions relatives à l’islam (IQRI) a publié sur le site de « 24 heures » cette réplique (1) à une « Opinion » parue dans le même quotidien le 10 juin et signée Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève (2). Christian Bibollet rappelle que la formule « Allâhu Akbar » (Allah est plus grand) n’est pas que « dévotionnelle ». Elle est un slogan politique de l’islam politique et radical !

Il y a, à propos de l’expression « Allâhu Akbar », quelques vérités qu’il vaut la peine de rappeler. Le terme « Allah » dérive de la même racine sémitique qu’Elohim et El. Ainsi, la version arabe de la Bible désigne Dieu sous le terme d’Allah. D’autre part, musulmans, Juifs et chrétiens n’ont aucun doute sur le fait que la foi en Dieu rend les cultes idolâtres caducs et reconnaissent ensemble la grandeur de Dieu.

Pourquoi une association au terrorisme ?

Mais alors pourquoi, en Occident, l’expression « Allâhu Akbar » est-elle associée au terrorisme, à la violence, au fanatisme et à l’obscurantisme ? Est-ce dû, comme l’affirment certains (2), à un attachement dogmatique aux enseignements des Lumières, à notre analphabétisme religieux et à notre culture du non-sens ? Dans une certaine mesure, assurément. Mais est-ce la seule cause, et est-ce la plus importante ? L’idéologie islamiste n’en serait-elle pas la raison déterminante ?

Un but atteint par la guerre

Examinons quelques faits. Hassan al-Banna, « le Guide suprême » des Frères musulmans, a résumé son projet de société en un slogan bien connu : « Dieu est notre but, le Prophète est notre chef, le Coran est notre Constitution, la guerre dans le chemin d’Allah (jihad) est notre moyen, la mort au service de Dieu notre désir suprême ». Ces propos désignent bien Dieu comme but, mais ce but est atteint par la guerre qu’il a prescrite et pour laquelle les membres de la confrérie doivent se mobiliser et être prêts à mourir (en martyrs).

Cette manière agressive et violente de concevoir le « service de Dieu » est confirmée par les premiers mots de la sourate 8.60 figurant sur l’emblème des Frères musulmans, au-dessous de deux sabres croisés et d’un coran. Ce verset dit : « Et préparez (pour lutter) contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée afin d’effrayer (terroriser ou jeter l’effroi, littéralement) l’ennemi d’Allah et le vôtre ». Ce verset a été « révélé » à Mahomet pour rendre licite une des premières batailles menées par ses troupes contre les polythéistes. Il a utilisé le cri « Allâhu Akbar » pour signifier que la guerre était faite au nom d’Allah, comme le fait l’islam politique et guerrier de nos jours, un procédé contre lequel s’élève une majorité de musulmans laïcs.

Un cri de l’islam politique

Ce qu’il y a de remarquable, c’est qu’en Occident, les partisans de l’islam politique – tels les Frères musulmans, très bien implantés en Suisse – s’évertuent à mettre l’accent sur son caractère strictement dévotionnel. Mais en le faisant, ne tentent-ils pas de dissimuler une réalité embarrassante ? « Allâhu Akbar » est non seulement le cri de guerre de nombreux groupes terroristes inspirés par leur propre idéologie mais aussi celui de l’islam politique qui, en Occident, adopte une discrète approche d’infiltration culturelle afin de reprendre le contrôle sur la vie de nombreux musulmans qu’ils cherchent à rallier à leur cause. Il y a donc quelques bonnes raisons pour lesquelles « Allâhu Akbar » résonne très mal à nos oreilles.

Christian Bibollet
 
 
Notes
2 Lire la prise de position de Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève, sur le site de « 24 heures » : « Quelques précisions sur l’expression Allâhu Akbar (Dieu est plus Grand) ! ».

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !