Ethiopie : les évangéliques fêtent le Dr Abiy Ahmed, « leur Nobel de la paix »

Kerstin Hack/Livenet mardi 22 octobre 2019

Le 11 octobre 2019 restera un jour très particulier dans l'histoire de l'Éthiopie. Son premier ministre, le Dr Abiy Ahmed, a reçu le prix Nobel de la paix. Tout le pays était en effervescence. Au milieu de tout cela, l'auteure allemande, Kerstin Hack, qui travaille régulièrement avec des ONG, se trouvait sur place. Elle a consigné ses observations dans ce compte rendu (1).

« Yeah ! Yeah ! Yeah ! » On ne pouvait manquer ce jour-là les cris de joie de Wost, un animateur de jeunesse éthiopien. Nous avons couru dehors et nous avons entendu la bonne nouvelle : « Le Dr Abiy a reçu le prix Nobel de la paix ! »

La nouvelle que l’on espérait

Le matin, nous en avions parlé en allant au centre de formation, où je donne des cours sur le stress et la gestion des traumatismes. Nous savions que le Dr Abiy Ahmed était l'un des favoris. Nous avons exprimé à Dieu notre désir de le voir gagner le prix, sachant qu'une telle reconnaissance renforcerait l'ensemble du pays et les différents processus de paix entre les groupes ethniques.

Quand on a appris qu'il avait reçu le centième Nobel de la paix, tous sont sortis de leurs maisons et se sont rendus au bureau pour écouter le discours du comité du prix Nobel norvégien sur Youtube. La porte-parole a expliqué qu'il avait reçu le prix Nobel surtout pour le processus de paix qu'il a engagé avec le pays voisin, l'Érythrée. Mais elle a également mentionné ses autres réalisations : « Au cours des cent premiers jours de son mandat de premier ministre, il a levé l'état d'urgence, libéré des milliers de prisonniers politiques, levé la censure dans les médias, autorisé à nouveau les groupes d'opposition interdits et licencié des responsables militaires et civils corrompus. Il a aussi augmenté l’influence des femmes dans la vie politique et sociale, et il s’est également engagé à renforcer la démocratie et à organiser des élections libres et équitables. »

Un constructeur de ponts

Le Dr Abiy, comme l'appellent les locaux, est un homme hors du commun. Ce fils d'une mère chrétienne orthodoxe éthiopienne et d'un père musulman est lui-même membre d’une Église pentecôtiste. Il construit des ponts entre les groupes et les peuples les plus divers. Il s’est préoccupé de la paix entre musulmans et chrétiens dans sa ville natale. Il a soutenu l'Église orthodoxe éthiopienne dans sa tentative de surmonter un schisme de longue durée et il a encouragé les processus de paix dans les pays voisins.

Dans tout cela, sa foi est la force qui le met en mouvement. En tant que pentecôtiste ou « pentay », comme on appelle ces évangéliques de manière abrégée en Éthiopie, il croit en un Dieu qui rend possible l'impossible.

En même temps, dans la plupart des milieux pentecôtistes, il est clair que Dieu veut coopérer avec nous. Par exemple, la Communauté Beza (Beza signifie « salut ») commence chaque culte en proclamant entre autres : « La réponse à la pauvreté est venue du Christ, à travers nous. Il en va de même pour la réponse à la corruption, pour la réponse à la maladie et pour la réponse à chaque larme! »

« Puissiez-vous nous guider pendant longtemps ! »

Nous autres Européens, nous avons été profondément impressionnés. Les chrétiens d’ici croient profondément que Dieu veut et peut changer leur pays à travers eux. L’Éthiopie, l’un des pays les plus pauvres du monde, miné par de nombreux conflits entre les 80 groupes ethniques différents qui le composent, fait face à des défis sociaux, politiques et économiques majeurs. La paix entre les groupes ethniques joue un rôle clé. Un homme m'a expliqué : « Les émeutes de ces dernières années m'ont montré que, sans paix, tous les efforts de développement économique et social sont vains. »

Il est clair que, même si les réalisations du Dr Abiy sont impressionnantes, il reste encore beaucoup à faire pour pacifier et stabiliser l’intérieur du pays. Mais il semble être l’homme de la situation. Sur Facebook, un montage photo de cet homme de 43 ans le présente avec une barbe grise et le commentaire : « Puisses-tu nous diriger encore longtemps ! »

L'action du Dr Abiy comme fruit de leurs prières

Les chrétiens considèrent l’action du Dr Abiy comme le fruit de leurs prières pour leur pays. Un pays qui a souffert pendant des années de politiciens corrompus et d’affrontements parfois violents entre divers groupes ethniques. Un pasteur éthiopien a relevé ceci : « Il nous représente tous. C'est pourquoi non seulement il a reçu le prix Nobel de la paix, mais nous tous, nous l’avons reçu ! »

Et beaucoup de chrétiens considèrent qu'il est de leur responsabilité de prier pour le premier ministre. Dans le centre où je travaille, un coin de la salle de prière est décoré de sujets de prière pour le premier ministre : « Protection pour sa famille », « Paix avec l'Érythrée », « Sagesse ». Il était donc tout à fait naturel qu'après les cris de joie et la fête, tout le personnel se rende dans la salle de prière et remercie Dieu du fond du cœur.

Kerstin Hack, écrivaine

Note

1 Cet article est la traduction d’une contribution parue sur le site évangélique suisse allemand, Livenet.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !