Dans l’Emmental et le Jura, découvrons les anabaptistes

jeudi 13 septembre 2007

A l’initiative de l’organisation Pro Emmental, une « Année anabaptiste 2007 » se déroule dans l’Emmental et dans le Jura. Au programme: des conférences, des expositions, des excursions... Pour faire connaître l’histoire difficile des anabaptistes dans ces régions, pour encourager une réconciliation avec les réformés... et accessoirement pour promouvoir le tourisme. Découvertes. (L’intégralité de cet article est à lire dans le prochain « Vivre »).

«L'Année anabaptiste doit être l'année de la réconciliation, explique Samuel Lutz, le président du Conseil synodal des Eglises réformées de Berne-Jura-Soleure. Il s'agit d'apprendre à se parler. Le dialogue et la rencontre sont cette première étape incontournable qui permet, avec franchise et authenticité, de découvrir ce qui nos unit et comprendre ce qui nous différencie. Les Eglises réformées et les Anabaptistes partagent une vérité, l'Evangile de Jésus-Christ».
A l'origine de ce beau programme se trouve, non pas des Mennonites désireux de se faire connaître ou des Réformés repentants, mais Pro Emmental, l'organisation pour la promotion de l'économie et du tourisme de cette région. Ainsi, l' « Année anabaptiste 2007 » (« Täuferjahr 2007 ») est le fruit de la collaboration entre une chambre de commerce, des communautés anabaptistes de l'Emmental et l'Eglise réformée. Rencontre originale!
Avec comme thème: «Rendre témoignage à la vérité», l'Année anabaptiste 2007 est l'occasion de toutes sortes de manifestations destinées à mieux faire connaître le mouvement, son histoire, son organisation et ses particularités théologiques. Ainsi, nous voyons fleurir dans l'Emmental – mais aussi dans le Jura, l'autre région de Suisse comprenant une forte population anabaptiste – des expositions, des conférences, des représentations théâtrales, des concerts, des films, des excursions culturelles...

Le Jura, terre d’accueil des Anabaptistes
Le Jura a servi de refuge aux anabaptistes. Chassés de Berne et de l’Emmental, certains se sont réfugiés dès 1530 dans l’Evêché de Bâle. Les entreprises bernoises pour «anéantir cette maudite secte non chrétienne» ont laissé le Prince-Evêque de Bâle assez passif. Des vagues de réfugiés arrivèrent dans l’Evêché du XVIIe au XIXe siècle. En 1815, le Congrès de Vienne attribua l’Evêché de Bâle à l’Etat de Berne, avec des dispositions en faveur des anabaptistes.

Un style de vie particulier
Les hauteurs du Jura furent défrichées pour rendre les terres cultivables. Les familles anabaptistes y développèrent un style de vie simple. Ils se réunissaient en cachette dans des lieux comme la Chapelle des chèvres ou le Pont des Anabaptistes. Plus souvent, ils se retrouvaient dans leurs fermes pour manger, chanter, lire la Bible et la méditer. La limitation des liens sociaux favorisait le maintien de la langue allemande. Bien après la constitution de la Suisse moderne (1848), les anabaptistes édifièrent leurs premières chapelles (vers 1900), s’établirent en dessous de 1000 mètres d’altitude et commencèrent à apprendre le français. Durant la seconde partie du XXe siècle, leur intégration sociale s’est normalisée. Les collaborations avec les autres Eglises se sont intensifiées et des débuts de réconciliation ont été entrepris entre réformés et mennonites. Les lieux de culte mennonites se trouvent aujourd’hui sur les hauteurs ou à l’écart des cités (Les Bulles, La Chaux-d’Abel, Les Mottes, Le Jean Gui, Moron), comme dans les vallées et au pied du Jura (Bienne-Brügg, Cormoret, Tramelan, Tavannes, Moutier, Bassecourt, Courgenay).

Claude-Alain Baehler

Plus d’informations
• Pour en savoir plus sur les anabaptistes:
www.menno.ch.
• Le programme de l’année anabaptiste dans l’Emmental, avec des propositions de visites et d’excursions, est disponible sur le site:
www.anabaptism.org (une partie du site est traduite en français).
• Quatre excursions sont proposées, à la découverte des lieux importants de l’anabaptisme jurassien. Renseignements auprès de Pierre et Lydia Zürcher, à Tramelan, tél. 032 489 1079, courriel:
lydia.z@sysco.ch.
• Les émissions religieuses de la RSR diffusent cette semaine une série d'entretiens sur lea anabaptistes avec Claude Baecher, professeur à l'école biblique du Bienenberg: http://www.rsr.ch/espace-2/a-vue-d-esprit#vendredi.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !