×

Message

Failed loading XML...

Antioche sur Californie, le nouvel horizon de la présence de l’Eglise dans le monde, par Henri Bacher

jeudi 23 avril 2009

Avec ce premier article, Henri Bacher se lance à nouveau dans ses réflexions favorites sur les changements culturo-spirituels dans l'Eglise. D'autres vont suivre, notamment sur les natifs et immigrés dans le monde du numérique et sur les tendances ecclésiastiques en voie de développement.

L'incarnation est un mot-clé dans l'expérience chrétienne, particulièrement lorsqu'il s'agit du message. Le Christ s'est aussi incarné dans une culture, celle des juifs. Le christianisme a pu se répandre parce que des théologiens et des missionnaires comme Paul ont accepté de laisser tomber, en quelque sorte, la culture juive pour adapter leur message au monde grec. Le monde était, à cette époque, en train de basculer et le grand apôtre des païens n'a pas fêté les 500 ans de la naissance du prophète Esaïe (1) pensant que ça servirait à revigorer la foi de ses contemporains. Non, il a lancé une révolution copernicienne en ne prenant plus Jérusalem comme centre de la spiritualité chrétienne. Au fil des années et des siècles, le développement des disciples du Christ a suivi non seulement les évolutions politiques, mais aussi les avancées technologiques. Les chrétiens ont souvent été des avant-gardistes. Aujourd'hui, on les appelle des « geeks », des passionnés de nouveautés technologiques, des découvreurs de nouvelles manières de communiquer, des explorateurs de nouveaux espaces de socialisation. Si les Eglises semblent aujourd'hui à la traîne, c'est qu'une bonne partie de la Suisse a tendance à se retirer dans sa coquille. Elles se révèlent donc tributaires de leur environnement.

Les voies romaines, la toile du temps de Paul
Paul a utilisé le réseau des voies romaines et la langue grecque pour diffuser l'Evangile. Ce réseau ressemble à s'y méprendre à nos réseaux électroniques actuels. Antioche était un nœud important de communication dans le système des échanges romains. La langue du réseau était le grec, et l'araméen que Jésus parlait, n'aurait servi à rien. Ce ne sont pas les disciples directs du Christ, comme Pierre, qui ont investi ce réseau romain, ce sont des gens comme Paul. Des « pluriculturels », des « résoteurs », des explorateurs.
Plus tard, les centres comme Antioche se sont déplacés vers « l'ouest » : Constantinople, Rome, Wittenberg ou Genève, l'Angleterre, la côte est du continent américain avec les pères fondateurs des Etats-Unis et aujourd'hui la côte ouest avec la Silicon Valley. Demain, le nouveau centre du monde sera peut-être chinois. Toujours plus à l'ouest selon les dires de Jacques Attali (2). Cet auteur parle surtout de développement économique lié à des découvertes comme le gouvernail, les lettres de crédits, etc. Toutefois il est intéressant de constater que les centres d'influence des chrétiens ont suivi ces pôles économiques. Ce constat est indéniable : le moteur actuel du christianisme se trouve aux Etats-Unis, tant du point financier que du point de vue spirituel. De là à dire que le christianisme est aussi lié à l'économique me paraît un peu exagéré, mais n'empêche que cette question devrait nous titiller. Du temps de la Réforme, Genève était une importante ville de foire connue dans toute l'Europe et les banquiers y jouaient un rôle important.
Donc, pour résumer, comme chrétien nous devons investir les centres de pouvoir, mais aussi entrer dans les techniques de communication et les « philosophies » qui s'y rattachent. La Réforme a utilisé à fond le levier technologique de l'imprimerie, mais elle a aussi puisé dans l'humanisme qui n'était pas à proprement parlé un mouvement spirituel.

En Eglise, expérimenter le « toujours plus à l’ouest »
Aujourd'hui les gens se trouvent mentalement, mais aussi d'une manière virtuelle sur la côte ouest des Etats-Unis entre Google, Twitter, Facebook, Seesmic, Youtube, Dailymotion, Iphone et Androïd. Si les chrétiens ne laissent pas tomber le monde des imprimeurs et celui de l'approche scolaire de la foi, ils perdront le fil de leur histoire. Dans nos Eglises on soutient plus facilement des librairies que des télévisions. On organise encore des bibliothèques de prêt au lieu de gamberger sur Facebook. Notre élite est formée à « Genève » et « Wittenberg » au lieu d'expérimenter le « toujours plus à l'ouest ».
En Californie se forge une nouvelle culture que j'appelle « oralité électronique ». Les disciples actuels du Christ, comme Pierre, à l'époque, devront peut-être recevoir une puissante révélation, pour se rendre compte que les « païens » d'aujourd'hui ont besoin d'un Evangile repensé et revisité; attention je n'ai pas dit « édulcoré » ni « amputé ». Mais, j'ai confiance, Dieu a préparé des Paul pour s'élancer dans les réseaux électroniques et sociaux actuels.

Henri Bacher
www.logoscom.org

Notes
1 C'est un coup de pied au 500e de la naissance de Calvin, fêté en 2009. Esaïe aurait vécu à Jérusalem au VIIIe siècle av. J.-C., approximativement entre 766 et 701 (Wikipedia). Cette allusion à ce prophète n'est donc que symbolique.
2 Jacques Attali, Une brève histoire de l'avenir, Paris, Fayard, 2006.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !