Mieux communiquer pour mieux vivre à deux

lundi 01 février 2010
La communication est centrale à la qualité de vie des couples. Deux thérapeutes chrétiens dévoilent leurs pistes de réflexion pour tenter d’orienter le baromètre relationnel sur beau temps.
« Souvent dans les couples, la communication s’effiloche au fil du temps. Des tensions apparaissent et la communication se fait de plus en plus difficilement parce que les conjoints sont déconnectés. » Marlise Bachmann est psychothérapeute et thérapeute de couple Imago à Nyon. Beaucoup de conjoints qu’elle reçoit dans son cabinet ne se comprennent plus, parce qu’ils s’écoutent mal et ne parviennent pas à s’exprimer de manière à être entendus.
A Renens, le conseiller conjugal Christian Reichel partage le même avis. Pour lui, les couples sont à la peine en matière de communication et ne prennent pas suffisamment de précautions pour bien se parler et mieux se comprendre. « De nombreux couples, relève-t-il, ont des difficultés parce qu’ils communiquent spontanément. Ils ne font pas attention à ce que l’autre soit en phase pour écouter... Et cela pose souvent de grandes difficultés ! »
Face aux défis de la vie conjugale, ces deux thérapeutes chrétiens accueillent tous les couples qui le souhaitent en consultation. Et les encouragent systématiquement à suivre une formation. Marlise Bachmann plaide la cause des trois jours de stage Imago qui permettent à tous les couples « de développer une relation consciente, de ‘reromantiser’ leur relation et de faire face ensemble aux difficultés, plutôt que de s’affronter ». Christian Reichel, lui, a mis en place une formation, « Redynamiser son couple », qu’il propose dans les Eglises comme dans les entreprises. Elle permet d’acquérir des techniques de base pour mieux communiquer à deux.

Apprendre à « faire le miroir »
« La thérapie Imago a pour but de développer une relation consciente de ce qui est en train de se passer en soi-même et d’éviter de toujours tomber dans les luttes de pouvoir avec son conjoint, explique la psychologue Marlise Bachmann. Une communication claire permet d’ouvrir une fenêtre sur le monde de son conjoint et de différencier ce qui se passe en soi de ce qui se passe en l’autre. » Pour parvenir à cela, l’une des techniques utilisées consiste à « faire le miroir ».
Concrètement, le couple va prendre le temps d’une rencontre en face à face. L’un des conjoints écoute ce que l’autre dit sans l’interrompre, puis, après quelques phrases, reformule  sans déformer. Cette technique entraîne des conséquences importantes chez celui qui parle. Il peut se dire face à son conjoint sans être interrompu par des justifications ou des explications. En faisant part de son ressenti, il découvre aussi en lui des éléments dont il n’était pas conscient. De son côté, le conjoint qui écoute découvre le monde de son époux ou de son épouse, ce qui lui fait mal ou qui le/la blesse, et les raisons d’une réaction qui n’a peut-être rien à voir avec ce que lui imaginait.
Faire le miroir est une technique qui encourage à quitter la surface des choses pour cerner la racine d’un problème. « Les conflits dans les couples portent souvent sur de petits riens, précise la thérapeute Imago, les chaussettes qui traînent, le tube de dentifrice resté ouvert... Derrière cela il y a des choses plus importantes dont il importe de parler. » Les conflits au sein des couples signifient en fait que l’on est fait l’un pour l’autre ! « Si cela ‘grenouille’ dans mon couple, lance Marlise Bachmann, c’est que j’ai quelque chose à apprendre sur moi, sur l’autre et sur la relation ! »

Les temps « bonus » et les temps « travail »
En matière de communication, Christian Reichel ne propose pas une technique liée à une école de thérapie conjugale particulière. Il est allé chercher des techniques chez différents professionnels, y compris chez des spécialistes en communication d’entreprise. « Dans mon suivi des couples, j’ai remarqué que beaucoup ne prennent plus de rendez-vous. Ils ne font plus attention à l’autre et n’ont souvent plus d’égards pour lui ! » En fait, de profondément relationnelle lorsqu’un couple est amoureux, la communication est devenue fonctionnelle et utilitaire. Elle permet de gérer le quotidien, sans place pour l’approfondissement de la relation conjugale.
Pour redonner aux couples le goût de partager du temps ensemble, Christian Reichel leur propose de vivre des « moments bonus » et des « moments travail ». « Les moments bonus, explique le conseiller conjugal, c’est par exemple prendre un rendez-vous pour partager à deux un repas dans un délicieux petit restaurant. Il faut être clair, ajoute-t-il, interdiction d’échanger de mauvaises nouvelles ! » Dans ce cadre-là, place à la rencontre, place à la joie des retrouvailles à deux. Quand l’un des conjoints commence à faire la tête, l’autre doit dire : « Stop ! On revient sur les bonnes choses ! » En fait pour le conseiller conjugal de Renens, le couple est comme un « vase affectif », plus il est rempli de la joie de vivre à deux, plus il est à même d’affronter les sujets difficiles ou ceux qui fâchent.
A côté de ces « moments bonus », Christian Reichel plaide aussi pour les « moments travail ». « Il s’agit pour les couples de prendre rendez-vous, de se donner un lieu – si possible peu confortable, la cuisine par exemple – un temps – une demi-heure, un soir entre 20h et 20h30 – et un thème unique ! Il ne faut surtout pas lors du même rendez-vous aborder la question des finances, de la voiture à changer... et de la belle-mère ! » lâche-t-il en riant. Pour éviter que ces rendez-vous ne dégénèrent, chaque conjoint a la possibilité, pour reprendre une image footballistique, de sortir un carton jaune ou rouge, si besoin, afin de ramener au sujet de discussion ou d’arrêter l’échange avant qu’il ne dérape.
Pour vivre au mieux ces temps d’échange, Christian Reichel invite aussi chaque conjoint à écouter l’autre. Un moyen qui facilite cette écoute, c’est celui de l’objet que l’on se passe et qui donne droit à la parole. Pour encourager à une bonne qualité d’écoute, chaque écoutant peut aussi, son tour venu, reformuler ce que l’autre lui a dit et parvenir ainsi à une bonne compréhension de son propos.

« Les différents langages de l’amour »
Dans sa boîte à outils pour aider les couples à mieux communiquer, Christian Reichel propose aussi un passage par « Les 5 langages de l’amour » de Gary Chapmann. Ce thérapeute américain chrétien, connu pour ses livres à succès, affirme que nous exprimons notre amour pour notre conjoint de 5 manières différentes : par des paroles d’encouragement, des gestes de tendresse, des cadeaux, des services rendus et du temps de qualité passé ensemble. « J’aime bien proposer cet outil, explique Christian Reichel, parce qu’il y a des hommes qui sont insensibles au fait que Madame n’a pas besoin de cadeaux, mais d’un peu de temps passé ensemble. Et des femmes qui ont peut-être oublié que Monsieur apprécie un petit câlin au retour du travail... Rendre sensibles les uns et les autres aux différents langages de l’amour permet de restaurer un brin d’entente au sein des couples ! »

La qualité de la communication pour ces thérapeutes, c’est un peu le baromètre des couples. Si la communication est bonne, c’est que le couple se porte plutôt bien. Si elle pointe sur variable, c’est qu’il est temps de « faire un petit service », relève Christian Reichel. Soit en suivant un stage Imago ou un cours « Redynamiser son couple ». Soit en consultant directement un conseiller conjugal. Et là Marlise Bachmann et Christian Reichel font chorus : « La plupart des couples viennent un peu tard nous consulter ! » Un conseiller conjugal est là aussi pour les temps où le baromètre indique « variable » ou « beau » !

Serge Carrel
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !