MarriageWeek: investir dans son mariage, tout un programme !

jeudi 20 janvier 2011

Toute la semaine du 7 au 14 février et juste avant la Saint-Valentin, les couples sont invités à s’investir dans une palette d’activités prévues pour eux ! Née en Angleterre en 1996, la semaine du mariage ou du couple – MarriageWeek - connaît en Suisse sa cinquième édition.

« Après une expérience pilote en 2006, nous proposons le concept pour la cinquième année consécutive en Suisse », indique à Lausanne Paul Marsh, 54 ans, sociologue de formation, et engagé depuis des années au côté de couples en difficulté. Coordinateur national de la formule, il explique que cette semaine dédiée aux couples n’est non pas thérapeutique, mais préventive. « L’éclatement familial coûte cher, au niveau relationnel, comme au niveau économique : le divorce est la première cause de pauvreté en Suisse, déclare-t-il. Cela me touche et je pense qu’il est urgent d’investir dans cette cellule de base. »

 
Comme les années précédentes, près d’une centaine d’activités sont proposées aux couples – du repas au restaurant à la leçon de fitness – auprès de prestataires sensibles à la démarche. Contacté par téléphone, ce libraire ne cache pas que son adhésion à MarriageWeek tient de la démarche commerciale et a un intérêt publicitaire évident. Mais pour lui, il est indispensable qu’un couple échange au niveau artistique, que ce soit au niveau de la lecture ou au moyen d’une exposition ou d’un concert : « Cela crée des liens et aide à comprendre les aspirations de l’autre. » Du coup, il offre 10% de réduction sur tout son assortiment « pour autant que les conjoints se rendent ensemble au magasin » !
 
Adopter les bons réflexes
Il y a 15 ans, l’un des facteurs à l’origine du succès du concept en Angleterre tournait déjà autour de la lecture avec « la carte des 10 minutes » : chaque partenaire devait faire l’effort quotidien d’exposer à son conjoint la teneur d’un article lu dans la presse qui l’avait particulièrement intéressé. Prendre du temps à deux, écouter l’autre, se dire à l’autre... autant de formules qui pourraient faire l’objet d’automatismes salutaires : « Nous mettons volontiers notre ceinture de sécurité et nous nous brossons les dents pour éviter les caries, mais rares sont ceux qui ont les bons réflexes pour maintenir leur relation conjugale en bonne santé », estime Paul Marsh.
 
Cette année, « la qualité des activités proposées est en hausse », déclare-t-il par ailleurs, en citant par exemple une suite proposée dans un hôtel de Montreux avec coupe de champagne en accueil et 10% de rabais sur la facture. A Lausanne, une école de danse ouvre gratuitement ses cours aux participants de MarriageWeek... « Les couples réguliers qui viennent ici me disent qu’ils font au moins une fois par semaine quelque chose ensemble », commente son directeur.
 
Une formule qui s’étend
C’est en 1996 et dans un magasin de bricolages en Angleterre que Richard Kane, chrétien engagé, a eu le déclic. Entre les rayons d’ampoules, de clous et d’outils, il s’est demandé pourquoi les gens dépensent autant d’argent et de temps pour entretenir leur maison et appartement, et si peu pour entretenir leur relation, notamment leur relation de couple. MarriageWeek était né. Aujourd’hui, cette semaine spéciale se déroule dans 12 pays.
 
En Suisse, plusieurs villes et régions sont partenaires du concept avec informations dans les commerces, comme par exemple à Montreux et Genève en Suisse romande. Mais des activités se déroulent dans plusieurs villages décentrés, notamment dans la région de la Broye.
 
Sur l’ensemble du pays, le nombre de divorces s’est accentué ces dernières décennies pour atteindre 48%, et concerne donc près d’un couple sur 2. A méditer !
Gabrielle Desarzens
 
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !