«Norme pénale antihomophobie: des craintes légitimes» par Jean-René Moret

Jean-René Moret vendredi 03 janvier 2020 icon-comments 3

En Suisse, la « norme antihomophobie », objet de votation le 9 février prochain, suscite le débat en milieu évangélique. Après une première prise de position de Marc Früh et des réactions sur lafree.info, voici le point de vue de Jean-René Moret. D’un côté, le pasteur de l’Eglise évangélique de Cologny (FREE) souligne que les chrétiens pratiquant l’amour du prochain n’ont rien à craindre d’une telle norme. De l’autre, dans le climat actuel, il émet des craintes par rapport à certains refus de « prestations » et par rapport à certaines prises de position sur l’orientation sexuelle. Ne manquez pas de participer au débat !

La population suisse va être amenée le 9 février à voter sur l'extension de la norme pénale antiraciste pour inclure l'orientation sexuelle. Cela signifierait que des personnes pourraient être poursuivies, et même poursuivies d'office, pour avoir incité à la haine ou à la discrimination envers une personne en raison de son orientation sexuelle, pour avoir « abaissé ou discriminé d’une façon qui porte atteinte à la dignité humaine », pour avoir nié le droit à l'existence ou à l'égalité une catégorie de personnes sur la même base, ou pour avoir refusé une prestation offerte au public pour cette raison.

Les chrétiens ne sauraient cautionner l’appel à la haine !

Dans les grandes lignes, l’objectif est louable, et les chrétiens ne sauraient cautionner l’appel à la haine ou la négation de la dignité humaine. Cependant, cette modification législative pose de sérieuses questions quant à son application dans un futur proche ou lointain.

Ainsi, sur l’appel à la haine et la discrimination, les chrétiens ne sont censés haïr personne, et, si même ils avaient des ennemis, ils seraient appelés à les aimer et à les bénir. Et pour l’heure, l’application en Suisse de la norme pénale antiraciste demande qu’il y ait objectivement appel à la haine pour qu’il y ait condamnation. Sur cette base, les chrétiens devraient pouvoir dormir sur leurs deux oreilles, et ceux qui ne le peuvent pas devraient apprendre à tenir leur langue !

Museler l’opposition à des demandes LGBT+

Par contre, l’actualité montre qu’à l’international, l’accusation d’appeler à la haine (« hate speech », « homophobie ») est utilisée dès qu’une personne ou un groupe « se sent » offensé – et la tactique a été utilisée pour museler l’opposition à des demandes formulées par les groupements LGBT+ ou autres. Ainsi cet automne, la philosophe Sylviane Agacinski a dû annuler une conférence à l’Université de Bordeaux parce que des groupements estimaient que sa mise en cause de la technicisation du corps humain et de la reproduction était homophobe. Si une telle interprétation de l’appel à la haine était un jour acceptée en jurisprudence, il en serait fait de la liberté de parole. Et même si les juges gardaient une interprétation restrictive de la notion, il y a fort à parier qu’ils auraient à gérer une avalanche de plaintes dès qu’une revendication LGBT+ serait mise en cause.

Et le refus de prestations ?

Une autre question d’interprétation porte sur la notion d’une prestation refusée en raison de l’orientation sexuelle. En soi, le texte de loi parle d’un refus adressé à une « personne » en raison de son « orientation » sexuelle. Cela concernerait une réaction telle que : « Je refuse de te couper les cheveux, parce que tu es gay », réaction qu’on ne saurait cautionner. La question qui se posera tôt ou tard, c’est le statut du refus d’une prestation qui concerne un couple en raison de la nature homosexuelle de ce couple. La bénédiction d’un mariage par un pasteur ne serait pas concernée, parce que nous n’avons pas de « marriage chapel » comme aux États-Unis, où les tarifs sont annoncés publiquement ; nos pasteurs accompagnent des couples vers le mariage sur la base d’une relation personnelle, et n’offrent pas une prestation destinée à l’usage du public. Par contre, on peut imaginer le cas d’une Église qui annonce publiquement louer sa salle pour des mariages, et ne voudrait pas qu’une union homosexuelle soit célébrée dans ses locaux. En soi, je soutiens que cela ne devrait pas être puni par la nouvelle norme, parce que c’est l’évènement et non les personnes qui sont visées. Prenons un parallèle avec le cas des religions : refuser une prestation à une personne en raison de sa religion est bien entendu punissable. Par contre, il est tout à fait coutumier qu’une salle ne puisse pas être utilisée pour un événement religieux, et cela n’est pas pris comme discrimination contre les personnes en raison de leur religion. Mais peut-on garantir que la jurisprudence suivra cette distinction de bon sens ? Dans l’atmosphère actuelle, je crains que non.

En justice pour avoir dissuadé de pratiques homosexuelles ?

De même, la norme actuelle interdit de discriminer une personne en raison de sa religion, ou de propager une idéologie visant à la rabaisser ou à nier son droit à l’égalité ou à l’existence. À ma connaissance, cette loi n’a jamais signifié qu’on ne pouvait pas argumenter sur les religions, et qu’un athée ne pourrait pas dire à un chrétien les raisons qu’il voit de penser que la foi chrétienne est erronée et que le chrétien devrait abandonner sa pratique et sa croyance. Par analogie, avec l’extension de la norme, il devrait être licite d’expliquer pourquoi nous ne croyons pas que l’homosexualité correspond à la plénitude du dessein de Dieu pour la sexualité, tant que l’on n’appelle pas à la violence ou à la coercition. Mais là encore, peut-on garantir une jurisprudence raisonnable ? Ne doit-on pas craindre des plaintes injustifiées ?

Des craintes légitimes

En bref, le sujet est difficile, parce que le texte en soi se prête à une interprétation raisonnable, mais que l’atmosphère sur ces questions donne à craindre qu’il soit utilisé d’une manière abusive. Je crois que nous avons des craintes légitimes à exprimer, mais qu’il faut prendre garde de ne pas sembler revendiquer un « droit de haïr ». Et tout ramener à la liberté d’expression est une tactique dangereuse, parce qu’on sait bien qu’en fait la liberté d’expression a des limites, et ceux dont le seul argument est la liberté d’expression sont souvent les porteurs des idées les plus nauséabondes.

Jean-René Moret
Pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny (FREE)
 

3 réactions

  • Früh Marc lundi, 13 janvier 2020 13:52

    L'extension de l'orientation sexuelle s'étendra aussi aux pédophiles, à la zoophilie et d'autres relations sexuelles réprouvées par la loi de Moïse.

  • Jean-pierre Jaquoz lundi, 13 janvier 2020 23:53

    "il faut prendre garde de ne pas sembler revendiquer un « droit de haïr ». Et tout ramener à la liberté d’expression est une tactique dangereuse, parce qu’on sait bien qu’en fait la liberté d’expression a des limites, et ceux dont le seul argument est la liberté d’expression sont souvent les porteurs des idées les plus nauséabondes."

    Merci pour ces paroles sensées. Un certain autre pasteur qui n'a que le mot "censure" à la bouche depuis le début de sa croisade contre cette loi ferait bien de s'en inspirer.

  • Jonathan Varidel jeudi, 30 janvier 2020 17:10

    Merci pour cette analyse.

    La question qu'il reste à poser est de déterminer ce qui va motiver mon vote. Mes craintes ou l'amour pour mon prochain ?

    Faire ce qui est juste est rarement sans risque. Est-ce que j'accepte ce risque ?

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !