La force irrésistible de l'amour, moteur de la mission

mercredi 24 août 2005

La prédication de la croix tend à s'affadir… Son caractère substitutif, de première importance pour les apôtres, laisse la place à un discours populaire et humaniste sur le " moi "… Jacques Blandenier plaide pour un recentrage sur le cœur du message chrétien: l'amour de Dieu qui nous étreint. Il l’a fait dans le cadre d’une rencontre missionnaire.

" L’amour de Christ nous étreint... Nous sommes ambassadeurs pour Christ... Soyez réconciliés avec Dieu. " Ce texte de la seconde épître de Paul aux Corinthiens (5, 14-21) est indéniablement un grand " classique " missionnaire. Qu’est-ce qui peut nous mobiliser en vue d'un engagement renouvelé : la perspective d’une avance conquérante, des portes largement ouvertes, un temps favorable ? Ou au contraire l’émotion face aux besoins écrasants, le spectacle de la détresse et de la perdition de multitudes ?…

Souffler le chaud et le froid
Souvent, lors des rencontres missionnaires, les orateurs soufflent successivement le chaud et le froid pour tenter d’obtenir d’une façon ou de l’autre une réponse de l’auditoire. Ainsi, on peut avoir recours aux statistiques pour leur faire dire ce qui nous paraît percutant. Savez-vous par exemple qu’il y a juste un siècle, en 1900, on comptait environ 550 millions de chrétiens sur la terre, alors qu’aujourd’hui la barre des 2 milliards a été franchie ? Quelle progression fulgurante, n’est-ce pas ! L’engagement missionnaire de l’Église au XXe siècle a été fantastique.
La pertinence de l’Évangile est attestée par une croissance spectaculaire du nombre de conversions. Le christianisme n’est pas en train de s’éteindre, la Bible n’a jamais autant été traduite et diffusée depuis vingt siècles. C’est un puissant remède contre le découragement et le repli sur soi. Seulement les mêmes statistiques peuvent fournir un tout autre éclairage sur la situation : en 1900, il y avait un milliard de non-chrétiens. Aujourd’hui, il y en a quatre milliards. Faut-il plutôt en appeler à ces chiffres pour arracher les chrétiens à leur paresse inerte et leur donner le sens de l’urgence tragique de la tâche qui s’impose à eux ?

Le réveil de l’engagement missionnaire ne vient pas des statistiques
L’une ou l’autre de ces démarches peut jouer son rôle et a sa légitimité. Mais, fondamentalement, un véritable réveil de la conscience missionnaire viendra d’ailleurs. J’ai trouvé récemment ces lignes écrites dans son journal intime par un pasteur français, Alfred Boegner, qui fut directeur de la Mission de Paris de 1882 à 1912 : "Le fondement, le point de départ, le ressort de l'œuvre missionnaire n'est ni l'enthousiasme personnel, ni l'enthousiasme public, ni l'utilité particulière de l'entreprise. Ce fondement, ce mobile est uniquement et à jamais l'ordre du Christ (Matthieu 28 et Marc 16). Le fondement biblique est le seul suffisant, le seul inébranlable, le seul qui ne chancelle jamais sous les pieds. Tout le reste trompe."
Alfred Boegner avait vu la victoire de l’Évangile et l’émergence de jeunes Églises dans des régions naguère vouées à la superstition et aux angoisses du paganisme. Il avait aussi assisté à des mésententes entre missionnaires, à des deuils ; il avait vu capituler des enthousiastes devant le prix à payer et l’aridité de certains terrains. Il avait constaté que la seule motivation inébranlable, au-delà des succès ou des échecs, c’était le commandement du Seigneur lui-même.
Aujourd’hui on ne sait plus très bien quoi dire à nos Églises pour qu’elles se mettent en route ! Un message sévère, comme il y a une trentaine d’années ? avec un appel déchirant qui nous effrayait et nous culpabilisait ? On visait parfois à provoquer une sorte d’obsession, celle d’apporter impérativement son témoignage à tous, toujours et partout. Ce temps-là est révolu. Aujourd’hui, où il faut que les Églises croissent à tout prix pour prouver qu’elles sont spirituellement dans le vrai, on céderait plutôt à la démagogie : l’Évangile du bien-être, la louange qui nous élève au ciel, Jésus le moyen d’éviter les problèmes, Jésus le thérapeute, Jésus qui sécurise. Mais le commandement du Christ ? Mais les risques qu’on pourrait courir en allant en son nom là où d’autres ont besoin de notre secours ?

L’amour du Christ qui étreint
Oui, il y a une contrainte. Une étreinte. Paul l’écrit : l’amour de Christ nous étreint. C’est l’amour de Christ qui exerce cette influence, forte, dynamisante, structurant la vie de celui qui l’accueille. La pression de l’amour. Un amour apte à nous émouvoir peut-être, mais surtout à nous mouvoir. Car Paul ne se situe pas dans un registre simplement affectif, mais il applique son discernement et sa réflexion au sens à donner à la crucifixion du Christ : nous discernons que si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts. Et il enchaîne en effet :" Afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux". Le formidable impact de la croix, dans ma vie, n’est pas de me faire échapper à la mort (" tous donc sont morts "), mais de me faire vivre pour lui, comme lui est mort pour moi.
Il faut se garder de rabaisser la mort de Jésus sur la croix à une sorte de " tour de passe-passe judiciaire ". Imaginez le pire des criminels, un tueur en série, un Dutroux par exemple, dont les forfaits inspirent l’horreur totale. Le voici devant ses juges, le verdict tombe : la perpétuité. Et soudain, quelqu’un se présente devant le tribunal en disant : j’accepte de prendre sa place, en cellule à perpétuité… Amour inouï, c’est vrai. Mais que dira la société ? Est-elle prête à admettre qu’un Dutroux soit mis en liberté, recommence à battre la campagne à la recherche de fillettes à séquestrer, violer ou étrangler ? Le juge va-t-il dire: après tout, pourquoi pas ? ce qui m’importe, c’est qu’il y ait quelqu’un à perpétuité dans une cellule ? Jamais de la vie, et heureusement ! Ce n’est pas cela que nous propose la doctrine dite de la " substitution ". C’est trop court de dire simplement: Jésus est mort à ma place (donc je ne meurs pas). Car alors la logique conduira à dire d’un même tenant qu’il est ressuscité à ma place (donc... je ne ressuscite pas !). Est-ce cela que nous voulons ?

Pas substitution, mais échange
En réalité, pour que Dutroux soit remis en liberté, il faudrait qu’il comprenne que si un autre vit sa vie de criminel en prison, c’est pour que lui vive en liberté la vie de celui qui l’a pareillement aimé. Il y a alors échange plutôt que substitution judiciaire. Quelqu’un endosse la vie de Dutroux pour que Dutroux endosse la sienne. Luther nous invite à prier : " Seigneur Jésus, je suis ton péché et tu es ma justice, tu as pris ce qui est à moi, et m’a donné ce qui est à toi. "
Paul a écrit aux Galates (2,19-20) : " Je suis crucifié avec Christ : ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi."
La puissance du message de la croix, c’est de nous faire comprendre que Celui qui nous a aimés au point de donner sa vie pour nous est Celui qui vit désormais en nous, par le Saint-Esprit. Or le Saint-Esprit n’est pas un moyen de vivre une vie chrétienne euphorique, mais de nous rendre capable de donner notre vie — puisqu’il est en nous la présence vivante de Jésus-Christ qui a donné sa vie.
L’amour de Christ nous étreint... Ce qui nous pousse, ce n’est pas le succès de nos entreprises ou l’urgence des besoins. Ce n’est même pas le malheur, supposé ou réel, des adeptes du paganisme ou des religions non chrétiennes. Notez-le en effet, Paul n’a pas écrit : " Malheur à eux si je n’évangélise pas ", mais " Malheur à moi si je n’évangélise pas " (1 Co 9,16). Car ce serait m’éjecter du projet d’amour que Dieu a formé pour ma vie. Je ferais le choix de vivre pour moi, je chercherais à sauver ma vie, ce qui, dit Jésus, revient à la perdre (Mc 8,35).

Etre chrétien, c’est risquer sa vie !
Osons-nous dire qu’être chrétien, c’est risquer sa vie, la donner, l’offrir en " sacrifice vivant " ? (Ro 12.1). Nous venons de vivre un événement qui nous a tous profondément marqués, le 11 septembre, avec les dramatiques attentats de New York et Washington. Folie meurtrière, folie suicidaire ! Un journaliste politique a fait cette remarque : la plus grande puissance économique et militaire du monde ne peut rien contre des gens totalement déterminés à sacrifier leur vie pour leur cause, pour semer la mort, par haine. De même, le " prince de ce monde " est réduit à l’impuissance face à ceux qui sont prêts à donner leur vie pour semer la Vie, par amour.
A la pression de la haine saurons-nous répondre par l’étreinte de l’amour du Christ pour nous, de l’amour du Christ en nous, et de l’amour du Christ par nous pour les autres ?

Jacques Blandenier

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Jeu 07 avril 2022

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Lun 04 avril 2022

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !