Gospel Center de Lausanne : les cultes au D! Club, c’est parti !

lundi 11 janvier 2016

Le 10 janvier 2016, le Gospel Center de Lausanne (FREE) a organisé son premier culte, suite à son déménagement de la gare de Lausanne. Il se réunit désormais dans un lieu connu de la jeunesse lausannoise : le D! Club, dans le quartier du Flon. Une nouvelle aventure pleine de défis et de promesses.

Au rez-de-chaussée, tout est peint en noir. Au premier étage, tout est peint en violet. Les monitrices du culte de l'enfance ont décoré le local dans lequel elles s'apprêtent à accueillir les enfants, afin d'y introduire de la couleur. Elles ont également caché les alignements de bouteilles d'alcools forts derrière des voiles. A l'entrée, la responsable de l'accueil et le videur travaillent côte-à-côte. Le D! Club est fin prêt pour abriter le culte du Gospel Center (FREE) de Lausanne.

Le dimanche soir 10 janvier, cette Eglise tournée vers les « non-Eglisés » a rassemblé près de 200 personnes lors d'un premier culte dans ses nouveaux locaux. Après s'être réunie à Vennes et dans une salle du buffet de la gare de Lausanne, la communauté a été contrainte de déménager. « Nous n'avions aucune envie de rejoindre une banlieue industrielle, précise Marc Gallay, pasteur au Gospel Center. Nous voulions louer un local au centre de Lausanne, là où les gens passent et sortent le soir. » Et ils ont trouvé le D! Club, une salle de concert et discothèque situé au cœur de la ville, dans le quartier du Flon.

gosple-center-lausanne enfants gallay

Au rez-de-chaussée, le culte commence sur les chapeaux de roues avec un temps de louange musclé. « Au D! Club, ils ont compris qu'on fait de la bonne musique et qu'on touche le même public qu'eux », explique Marc Gallay. Pour ne pas avoir à trop se boucher les oreilles, des personnes plus âgées se sont assises au fond de la salle, loin des haut-parleurs, derrière le bar resté ouvert.

Dans l'eau, plutôt qu'en cale sèche

Peu après, Marc Gallay prend la parole : « Voilà certainement près de 40 ans que je n'ai pas mis les pieds dans une discothèque. Par le passé, j'ai été pasteur dans une chapelle qui comportait une fresque du dernier repas de Jésus à une extrémité et une étagère à cantiques à l'autre extrémité. Ce soir, je prêche avec un bar devant et un bar derrière. » Puis, le pasteur montre, Bible électronique en main, comment il est possible de se frotter à la société tout en restant fidèles à Dieu : « Nous sommes comme des bateaux faits pour naviguer. Mais parfois, par crainte que de l'eau ne rentre dans le bateau, nous préférons rester en cale sèche ».

A la fin du culte, une maman monte rechercher ses enfants au bar transformé en école du dimanche. Elle discute avec une monitrice d'un problème passager d'odeur de fumée : « Je travaille dans un EMS. J'ai un bon truc pour faire disparaître les mauvaises odeurs... » Manifestement, le processus d'adoption des lieux va bon train.

gosple-center-lausanne enfants

Gospel Center de Lausanne

  • Encadré 1:

    Une mission d’Eglise : aller à la rencontre des « non-Eglisés »

    « Notre vision de base, au Gospel Center, c'est de rencontrer des gens « non-Eglisés », non habitués à nos communautés, explique Marc Gallay, le pasteur. Nous voulons être une vitrine de la foi évangélique auprès des personnes de 20 à 40 ans. » Mais des personnes plus âgées font partie de la communauté. Elles adhèrent au concept ou accompagnent leurs enfants.

    Heureux d'organiser leurs cultes dans un lieu connu et visité par la jeunesse lausannoise, les responsables de la communauté songent déjà à la manière de rentrer en contact avec les badauds de la place de l'Europe, juste devant le D! Club. Mais les rencontres commencent déjà à l'intérieur, puisque lors de chaque culte une équipe du D! Club est présente : agents de sécurité et barmen. « J'ai aussi rencontré une employée affectée aux nettoyages. Elle est intéressée par notre programme pour les enfants », se réjouit Marc Gallay.

    Durant la semaine, le Gospel Center de Lausanne propose une vie d'Eglise plus traditionnelle : des rencontres pour personnes qui découvrent la foi et des « bases », des groupes de maison avec prière, partage et étude de la Bible.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

27 mai

  • «100 témoins» avec Charles-André Geiser (Ciel! Mon info)
  • «La guérison intérieure» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

3 juin

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

myfreelife.ch

  • « Dieu m’a conduite. »

    Mar 19 mai 2020

    « Travailler dans une œuvre chrétienne n’est pas toujours facile. Il faut savoir pourquoi on est là ! » Rire en cascade et lunettes bien ajustées, Françoise Huguelet tire fin juin sa révérence à la FREE, qu’elle aura servie pendant 13 ans. Rencontre.

  • «Chronique de la salle de bain #9» : «Il était une fois un homme sage et son disciple...» (Marie Ray)

    Lun 11 mai 2020

    Dans un pays lointain d'ici, il y avait un homme parcourant le pays pour partager la Bonne Nouvelle de Jésus, souvent avec son disciple... Un jour, tout bascule et ils se font arrêter et jeter en prison... Quelle sera leur attitude dans cette épreuve? C'est la découverte que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa neuvième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Sion : le culte "drive-in" passe à la trappe

    Jeu 30 avril 2020

    Après une première très concluante dimanche 26 avril, le culte en mode drive-in à Sion ne peut se répéter : le pasteur Matthias Radloff a reçu mercredi 29 avril une interdiction de la part des autorités cantonales. Il fulmine.

  • Comment le coronavirus profite aux djihadistes de Boko Haram en Afrique

    Mer 15 avril 2020

    Il y a six ans, les lycéennes de Chibok au Nigeria étaient enlevées par Boko Haram. Alors que certaines sont toujours détenues, l'ONG Open Doors England souligne mardi 14 avril que le confinement lié au coronavirus profite au groupe djihadiste. Et invite les chrétiens à prier pour ces jeunes victimes. 

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !