Pour Ernst Sieber (1927-2018), la résurrection de Jésus-Christ était source d’énergie pour l’action sociale

Serge Carrel lundi 21 mai 2018

Le « pasteur des toxicomanes zurichois », comme on l’appelait souvent, est décédé paisiblement samedi 19 mai, a annoncé sa famille et sa fondation. En 2005, il avait participé aux rencontres Eglises en Mission de la FREE (AESR à l’époque) à Aubonne autour du thème « Le monde est spi ». Afin de le faire mieux connaître en Suisse romande, Serge Carrel avait eu l’occasion de le suivre dans les rues de Zurich et d’effectuer un reportage avec lui dans l’une des institutions sociales qu’il avait fondées : « Sune Egge ». Hommage à cet homme de Dieu original, avec un article publié dans le journal Vivre en 2005.

« La résurrection soutient le travail de « Sune Egge ». C’est le fondement de tout ce que nous entreprenons ici pour les malades du sida. » Le pasteur des toxicomanes zurichois, Ernst Sieber, cherche dans un immense trousseau de clés au bout d’une longue sangle orange un sésame. Celui qui lui permettra d’accéder à l’une des nombreuses oeuvres sociales qu’il a fondées dans l’agglomération zurichoise. Nous sommes en plein Kreis 5, à quelques encablures de la gare principale, non loin du Platzspitz et du Letten, les deux scènes ouvertes de la drogue à Zurich des années 1990. A 78 ans, Ernst Sieber est toujours alerte. Cette personnalité atypique du protestantisme suisse alémanique franchit une première porte et salue le gardien qui lui permet d’entrer dans la clinique elle-même.

Une croix, un billet et Janine

« Voilà 16 ans que nous avons reçu d’une famille zurichoise, cette belle demeure, explique Ernst Sieber. Aujourd’hui, elle accueille entre 20 et 30 personnes, pour la plupart des malades du sida. Au 3e étage, les plus atteints par le virus et au 2e des malades de la scène des sans-abri zurichois. » Une cinquantaine de toxicomanes viennent aussi chaque jour chercher leur dose de méthadone, dans cette clinique qui dispose du personnel médical suffisant pour faire face à un tel accompagnement.

Au premier étage, dans la cafétéria de l’institution, un petit panneau d’affichage informe les malades de la vie de la clinique. Sur la partie du haut, une maxime attribuée à un chrétien indien affirme: « La foi, c’est comme un oiseau qui chante quand la nuit est encore sombre. » Aujourd’hui un petit billet porte un prénom féminin. Il est punaisé sur une croix. « Janine nous a quittés voilà deux jours, explique le pasteur-aumônier. Quand un patient meurt, tout le monde partage la tristesse de ce départ. Mais dans le même temps, parmi ces malades, il y a beaucoup d’énergie pour croire que tout ne s’arrête pas avec la tombe... »

Expérimenter la résurrection aujourd’hui

A côté de ses activités d’aumônerie dans les diverses institutions qui portent son nom, Ernst Sieber fréquente plusieurs fois par semaine la clinique « Sune-Egge ». Il y visite les malades, tout en animant des rencontres de discussion autour de thèmes qui touchent à la vie des sidéens et à leur spiritualité. Le pasteur des toxicos zurichois aime rappeler que la résurrection de Jésus-Christ n’est pas qu’une réalité historique ancienne, ni un thème qui touche aux confins de l’existence. « Il est possible d’expérimenter la résurrection aujourd’hui déjà, en confiant sa vie aux mains du « bon Dieu », affirme-t-il dans son français au fort accent suisse alémanique. Pour le pasteur zurichois, le fait de vivre son quotidien en présence de Dieu ouvre déjà sur l’éternité, sur la vie après la mort. En paraphrasant une parole tirée de la Bible, il ajoute : « Que nous vivions ou que nous mourrions, nous sommes entre les mains de Jésus... A tous ceux qui viennent terminer leur vie ici, c’est très important de transmettre cette vérité chrétienne fondamentale, parce qu’aujourd’hui déjà, avec cette conviction, je peux jeter un autre regard sur ma propre mort. »

Penser à partir du soleil

Pour Ernst Sieber, rester centré sur les départs qui se succèdent à un rythme soutenu dans cette sorte de « mouroir », c’est se laisser gagner par la spirale du désespoir. « Ce qu’il faut, aime-t-il dire, c’est non pas réfléchir à partir de soi et de sa détresse, mais à partir du soleil, le symbole de la résurrection de Jésus. » Tous les matins, le fondateur de Sune-Egge (Coin de soleil) souhaite accomplir les mêmes gestes que sa mère qui, quand il était enfant, ouvrait les volets de sa chambre pour faire entrer la lumière. « Pour que notre vie échappe au désespoir du non-sens de la mort, il faut commencer à penser à partir de Jésus et de sa résurrection. Réorienter ses propres pensées permet alors de faire entrer la lumière et la paix dans notre vie. »

En ce printemps 2005, le pasteur Sieber vit un peu une résurrection. L’automne dernier, les oeuvres sociales qui portent son nom connaissaient des difficultés financières importantes. Plus de 2 millions de francs manquaient à l’appel et pouvaient conduire à la faillite. Ce printemps, grâce à des restructurations internes et à la générosité de nombreux donateurs, la situation s’est améliorée. Et de nombreuses dettes importantes ont pu être honorées. « Mes activités en faveur des pauvres ne sont pas différentes du quotidien de M. ou Mme Tout-le-monde, explique-t-il. On passe aussi par des tourmentes, mais ce qui est le plus important, c’est quand malgré tout on continue. »

Serge Carrel

  • Encadré 1:

    Ernst Sieber en bref

    Ernst Siber est né en 1927 à Horgen (ZH). Valet de ferme à Villeneuve pendant la Seconde Guerre mondiale, il suit d’abord une formation en agriculture avant de commencer des études de théologie. Il est consacré pasteur de l’Eglise réformée zurichoise en 1956, avant de vouer le plus clair de son ministère aux laissés-pour-compte de l’agglomération zurichoise. Au fil des années, il fonde une quinzaine d’institutions sociales au service des sans-abri, des toxicomanes, des malades du sida... La dernière en date s’appelle le « Pfuusbus », une association qui offre dans un semi-remorque agencé pour la nuit un hébergement d’urgence pour une douzaine de sans-abri. Entre 1991 et 1995, le pasteur Sieber a été conseiller national.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

eglisesfree.ch

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !