Les chrétiens de Romont : entre crêpes et louange

mardi 16 octobre 2012

Le 2 septembre, une première soirée de louange a eu lieu à Romont. Sous l'impulsion du pasteur Martial Deléchat, elle a rassemblé des catholiques, des réformés et des évangéliques du lieu et devrait contribuer à approfondir des relations fraternelles déjà fortes.

Dimanche 2 septembre, 19 heures. Aux murs de la chapelle des Capucins à Romont, de grandes peintres montrent Saint-Joseph de Léonisse, les bienheureux Apollinaire et Félix et bien d'autres... Au fond, entre confessionnaux et dorures, se prépare le groupe de louange de l'Espace rencontre, l'Eglise évangélique (FREE) de Fribourg-Bourguillon.

 
Une centaine de personnes pour une première
C'est ainsi que, l'espace d'un soir et d'une rencontre de louange, la chapelle est devenue le lieu de rassemblement d'une centaine de chrétiens catholiques, réformés et évangéliques. La plupart d'entre eux habitent la région de Romont. Les réformés sont venus en nombre, pasteur, diacre et plusieurs membres du conseil de paroisse compris. Les catholiques ont également formé une jolie délégation. Les évangéliques, majoritaires, représentaient de nombreuses communautés situées à Lucens, Oron, Fribourg, Bulle, Lausanne et même Düdingen... Et pourtant il n'y a pas d'Eglise évangélique à Romont.
Le temps de louange est suivi d'un message du chanteur Philippe Decourroux qui proclame: « J'ai été enfant de chœur, mais à 25 ans, j'ai découvert la réalité d'une relation avec Dieu par l'entremise de la Parole de Dieu. »
Celui qui est à l'origine de cette rencontre de louange – et de celles qui suivront, le premier dimanche de chaque mois – c'est Martial Deléchat. Ce pasteur méthodiste hors les murs ayant vécu dans la Glâne et la Broye n'a pas son pareil pour rassembler les chrétiens et les inciter à collaborer. Il a remarqué que des rencontres de louange conviendraient aux réformés... Que les catholiques ont tout à gagner à faire connaissance avec les protestants de tous bords venant s'établir dans le canton de Fribourg... Que les évangéliques gagneraient à se connaître entre eux... Il les a donc rassemblés dans ce projet de soirées de louange. Pour la réformée Stéfanie Lozey, membre du comité d'organisation, ces rencontres répondent à un vrai besoin: « Je suis ravie de cette soirée. Dans notre communauté, nous éprouvons le besoin de nous retrouver pour spécifiquement prier et louer Dieu. »
 
L’implantation d’une Eglise évangélique pas encore à l’ordre du jour
Le nombre des chrétiens évangéliques établis dans la région de Romont n'est pas négligeable. C'est pourquoi il a été question de les voir collaborer à l'implantation d'une communauté évangélique dans la ville. Mais, pour Martial Deléchat, ce projet n'est actuellement pas à l'ordre du jour. « Pour le moment, souligne-t-il, nous sommes dans une dynamique de rassemblement des chrétiens de la région. Le temps d'une implantation d'Eglise n'est pas venu. Cela dit, catholiques et réformés ne seraient pas contre, surtout s’ils sont assurés d’un objectif commun : l’annonce de la Bonne Nouvelle. » L'une des raisons de cette temporisation réside dans le fait que les évangéliques de Romont fréquentent des Eglises aux identités variées et fortes – classiques, pentecôtisantes, darbystes... – et qu'ils doivent commencer par apprendre à se connaître et à collaborer. Ainsi, au-delà de leur but premier, les soirées de louange de Romont permettront à des communautés qui vivent déjà en bonne harmonie d'approfondir leurs liens, de mieux se connaître, de s'exercer à la collaboration, de faire progresser le Royaume...
Ce soir-là, l'offrande est destinée à l'association Espoir diffusion présidée par Philippe Decourroux, ainsi qu'à l’animation des «messes des familles» de la paroisse catholique de Romont. De plus, bonne nouvelle, les chrétiens de l'Eglise évangélique (FREE) la Perrausa, à Saint-Martin, viennent d'accepter de présider le temps de louange de la prochaine rencontre. Vraiment rassembleur, ce Martial !

Claude-Alain Baehler

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !